lundi 31 mars 2014

Que choisir ?

Trois thèmes majeurs de blog en moins de 24 heures, c'est inédit....en ce qui me concerne.
Mais quel sujet choisir ?
Les municipales ?
Après avoir relu mon billet d'hier soir sûrement trop optimiste, aveugle ou autiste diraient certains, je n'ai pas vraiment le désir de renouveler l'exercice. La débâcle de 2014 appartient déjà à l'histoire. Il faut que les socialistes prouvent leur engagement par leur volonté, leurs capacités et leurs compétences. Il est difficile de déloger une équipe qui effectue une politique clienteliste à tout va. Ensuite, il faut faire confiance aux élus de droite pour se faire les rois de l'immobilisme ou se fourvoyer dans quelques affaires sordides. Néanmoins, il ne faut pas rêver mais lorsque le balancier va trop loin d'un côté, il repart tout aussi fort de l'autre. On peut penser que 2020 équilibrera les couleurs des infographies médiatiques.

Les comptes nationaux ?
On attendait 4,1%, le deficit ne s'est contracté que de 0,6 points, à 4,3%. C'est un assez bon résultat dans un climat decliniste, qui ne permet pas au plus grand nombre de retrouver la confiance. Il faut rappeler qu'on part quand même de 7 % en 2010. Il est à noter aussi que la baisse de 2011 à 2012 n'est que de 0,3 points, alors que la plupart des mesures activées n'ont pour origine que le gouvernement précédent. Sans aucun doute , l'efficacité est meilleure à gauche.
Les dépenses augmentent toujours un peu mais moitié moins qu'en 2012. Les raisons ? Les prestations sociales pour une large part. Mais faut il démonter notre modèle social et paupériser une part supplémentaire de la population ? Est ce que les français qui ont voté à droite ou qui n'ont pas voté du tout souhaitent la baisse des prestations ? Ne plus indemniser correctement les chômeurs ?
Il y a aussi la confirmation que la croissance était de 0,3 % en 2013 après un 0 en 2012. Le pouvoir d'achat croit sur l'année et les exportations rebondissent en fin d'année.
Inutile que je m'attarde, allez lire les trois informations rapides sur le site INSEE

La nomination de Manuel Valls ?
C'est trop beau pour être vrai, tout le monde l'attendait, sauf moi.  Au tiercé, le favori gagnant, ça ne rapporte rien. Trop attendu il va décevoir un jour, c'est sur, mais dans longtemps, longtemps.... Ceci dit, l'impulsion sera sûrement bénéfique et nécessaire. Ayrault donnait une image ....peu dynamique. C'est l'opposé. Valls affiche un punch latin qui devrait satisfaire tous ceux qui attendent en permanence un leader avec des convictions et des coj....
Je ne suis pas sur que cela réponde aux attentes des socialistes militants ou même sympathisants. A lui de relever le défi....pour gagner 2022  !

L'indécision , quel luxe ...

dimanche 30 mars 2014

Une petite fessée pour la gauche, et alors ?

Copé le déclarait il y a quelques minutes, c'est la première victoire aux élections locales de l'UMP. Cet homme qui a une toute petite mine, il a bien du souci, assume que l' UMP,  parti traditionnel de notables ne possédait plus depuis longtemps de socle à l'échelon communal.
De fait, la gauche était aux manettes de la plupart des communes de plus de dix mille habitants, est au  pouvoir dans une très large majorité des départements, dans la plupart des régions, dispose d'une belle majorité au Sénat et à l'Assemblée Nationale.....
Après la mise en place d'une politique courageuse conjuguant à la fois la volonté de réduction des déficits et celle de retrouver de l'allant économique, le PS, la gauche de gouvernement a perdu une centaine de villes sur les neuf cents de dix mille habitants et plus..
L'effort demandé est important, sensible quelles que soient les couches sociales, mais il est nécessaire , peut être pas suffisant mais beaucoup plus juste et équilibré qu'auparavant.
Le courage ne paie pas. C'est parfois cruel.
L'exercice de la politique est un sport bien ingrat même  au niveau d'un modeste militant.
Perdre ce nombre important de mairies ou ne pas gagner beaucoup d'autres qui semblaient à leur portée est particulièrement décevant, attristant, décourageant même un peu plus pour tous ceux qui ont mis tout leur cœur dans cette campagne.
Mais au fonds, ce n'est pas si dramatique, cela ne changera rien à l'échelon national. Seulement le tiers du mandat de FH vient de s'écouler et les résultats ont le temps de s'enregistrer.
Tout ça est le jeu démocratique.
Ce qui l'est beaucoup moins , c'est l'élection de belles crapules comme Balkany ou des gens qui lui ressemblent.
Ce qui l'est beaucoup moins, c'est le comportement d'élus irrespectueux, omnipotents, autocrate mesquin, pratiquant allègrement le népotisme, il est vrai seulement à l'échelon communal...
Ce qui l'est beaucoup moins, c'est que des personnes exercent ou exerceront des responsabilités et n'en sont pas dignes (6 villes pour le FN dont deux par bêtises de la gauche ou de la droite, ça ne
mérite pas plus qu'une parenthèse)...
Pour conclure une question :
La docimasie aurait elle suffit à empêcher l'élection d'escrocs ou de futurs malfaisants ?

samedi 29 mars 2014

Et le cynisme en politique, ça paye ?


Hier je traitais de manière un peu brouillonne la question de l'honnêteté en politique, aujourd'hui j'introduis juste le problème de ce que j'appelle le cynisme en politique
Dans le cas présent, je devrais plutôt définir ce qui me préoccupe par du népotisme.
Le maire de VO fraîchement réélu pour la quatrième fois n'a pas trouve mieux de faire élire son fils comme adjoint au maire...
Conseiller, c'était déjà curieux surtout après avoir recruté une belle fille et trouver sa compagne "sur place" mais afficher publiquement sa volonté de créer une dynastie dans une commune de près de 30000 habitants....
Népotisme, cynisme, peu importe, ce qui est certain, c'est que ce sont des pratiques politiques de
merde.
Par ailleurs, les deux élus les plus inquiétés dans le cadre d'une enquête sur des malversations dans le cadre de la gestion d'une association (restaurant, voyages, hôtels....) ont été eux aussi élus adjoint au maire.
C'est moi, ou c'est un scandale ?

vendredi 28 mars 2014

L'honnêteté en politique, ça paye ?


Vous me direz, mais pourquoi poser cette question, alors que tout le monde connaît la réponse ?
Même sans être populiste, on répond, évidemment non.
En réalité cette interrogation est un vrai sujet qui mériterait qu'on s'y attarde un peu plus.
Je vous rassure, je suis fatigué, il ne reste plus que 5% de batterie sur  mon i pad, je ne vais pas développer le sujet. Je souhaite juste vous le proposer, y réfléchir quelques minutes.

Depuis dimanche, chacun a en tête des exemples d'élections scandaleuses d'odieux personnages et ce dès le premier tour. L'icône immonde est sans aucun doute Balkany. Mais il y en a d'autres, même un ou deux à gauche ( plutôt un d'ailleurs) . Cherchez, je ne vais pas tout vous dire. Deux indices, il roule très vite et est copain avec Tapie....
Pour compléter le tableau, je viens d'avoir la confirmation que mon maire sortant réélu dispose au sein de son conseil municipal de deux personnes soupçonnées de détournement de fonds. Je n'en dis pas plus, l'affaire est complexe, vous vous en foutez, mais les faits s'ils sont avérés sont très graves.
De plus, ce qui aujourd'hui pourrait me paraître réjouissant , est que le maire sortant réélu devrait être assez sérieusement éclaboussé ( je vous ferai partage tout ça et même un peu plus assez rapidement, élément qui prouverait bien ce que j'imaginais il y a quelques semaines...) . Désolé pour la longueur de la parenthèse.
Est ce qu'il y a lieu de pousser le cynisme encore plus loin ? L'honnêtete ne paie pas, mais alors la malhonnêteté, est elle récompensée ? Eh bien, non plus. Il est en effet rarissime de constater qu'un élu véreux élu à tort après être plus que soupçonné, serait à nouveau élu ou réélu.

C'est une des raisons de l'augmentation constante (ou la croissance régulière) de l'abstention dans nos démocraties.
La dictature de la transparence nous rend tous méfiants. On ne croit plus aux politiques, les journalistes nous racontent ce qu'ils veulent, la justice n'est plus impartiale...etc...en bref, une crise des institutions qui se caractérise par une crise de confiance généralisée en nos élites.
Que de portes ouvertes enfoncées, non ?
Je précise que ce n'est pas bien entendu mon diagnostic personnel mais quelque chose qui se ballade dans les esprits depuis de nombreuses années.
Mais la question que je soulève est celle ci (je me répète) : l'impossibilité de distinguer l'honnetete du contraire est il un facteur aggravant de l'abstention ?
Il n'y a que les imbéciles qui ne doutent pas. Au final, ces non votants, ne sont ils pas perdants, en fin de comptes, car perdus ? Ils ne se sentent pas capables d'apprécier les programmes, les réalités, le passé, pas assez motives,ils ne peuvent choisir....d'autres votent quand même, presque par habitude mais sans plus de discernements....le zapping, l'accumulation d'infos contradictoires....
Pour conclure, j'ajouterai qu'après avoir fait de gros efforts pour ne pas être trop manichéens, je dirais qu'en dehors du pouvoir, seul l'amour de l'argent permet d'aiguiser sa face sombre ...ce n'est quand même pas de ma faute si les gens de droite aiment beaucoup plus l'argent que ceux de gauche....
Bon d'accord Cahuzac....mais il n'a pas été réélu...





mercredi 26 mars 2014

Le prochain Premier Ministre

Quand on se souvient des jérémiades des frontistes  lorsqu'ils évoquaient le traitement soi disant  défavorable des médias à leur encontre, on peut être deux fois plus en colère. Leur modeste succès a été couvert par une multitude de reportages. La culture zapping est à la hauteur de ses aberrations. Comme quoi, on peut faire du pognon avec tout...
Je pense que mon intro ne décevra pas mes détracteurs habituels favoris mais précieux car peu nombreux. J'ajoute pour lui, leur faciliter la tâche, mes obsessions restent le fascisme, et les autres ismes qui vont bien avec, la cruauté, la méchanceté de l'être couple parfois avec une bêtise abyssale.

Ceci dit, mon sujet du soir sera traité toujours trop vite, en quelques lignes, n'aura qu'un objectif, penser à autre chose que les déceptions locales en suscitant peut être un débat entre soi et soi.
La question est de s'interroger sur le meilleur Premier Ministre après Ayrault. Quel serait la femme ou l'homme de la situation ?
J'ai effectué quelques recherches sans grande réussite. Au final, peu d'Instituts ou de médias s'interrogent.
Au préalable, il est plus prudent de se demander pour faire quoi ? Quelle politique ? Changer de cap ?  Poursuivre sur les voies tracées ?
Le changement de cap serait un orientation plus gauchisante et porterait les couleurs d'un traitement très socialisant à l'ancienne des valeurs de la gauche. Quelques socialistes très respectables y sont favorables. C'est le cas de Henri Emmanuelli, je le cite car je l'aime bien de par sa proximité et plus généralement par son humanité et son talent de tribun. Mais ils se trompent. Que veulent les français qui ont voté ? Sûrement pas un virage plus à gauche . Il est vrai que les autres n'ont pas voté. Comme cela, on est tranquille, on ne sait pas ce qu'ils souhaitent ! On, ils sont bien avancés.
Alors, un virage à droite. Ils sont 60% de 60% à faire semblant de le souhaiter. Au final, cela fait peu et de surcroît ils ne savent pas toujours ce qu'ils veulent. Dans tous les cas, ils devront attendre pour cela de bien nombreuses années.
En réalité, les français se moquent des orientations, ce qu'ils veulent ce sont uniquement des résultats.
Donc il conviendra de poursuivre dans la voie de la social démocratie voire du social libéralisme (non ce n'est pas un gros mot).
Qui pour cela ? Les sondages relatifs à la popularité des hommes politiques laissent apparaître que les sondés apprécient l'expérience. Qualité réconfortante et rassurante en période de crise. Le retour en grâce de Juppé est emblématique de ce mouvement.
Alors qui ?
Royale ? Trop compliqué à gérer
Ayrault  ? Si c'est un fusible, il a déjà sauté,
Montebourg ? Trop tôt
Aubry ? Trop tard
DSK ? J'aimerais bien mais je suis presque le seul
Taubira ? J'aimerais mais là je suis vraiment le seul
Valls ? Ça viendra, pas assez rassurant

Pour moi, ça pourrait être Fabius. Son expérience, sa compétence, sa vision, son intelligence ....
30 ans après ça le ferait dans les livres d'Histoire ! Alors oui Fabius.


lundi 24 mars 2014

La poussée de la nébuleuse


J'ai longtemps hésité pour choisir le titre. J'avais pensé aussi à "Les Franchouillards Nébuleux n'ont pas d'avenir". Franchouillards, d'accord, nébuleux, c'est certain, leur ligne politique est tellement ambigüe que certains points de leur programme sont empruntés à la gauche radicale, d'autres à la droite conservatrice mais le cœur reste bien à l'extrême de la droite revancharde teintée d'une xénophobie un poil raciste.
Pourquoi n'ont pas d'avenir ? La raison en est simple, quand le FN gagne une ville, il la perd le coup suivant ou démissionne.
Un ami m'a soufflé, un autre titre, "élections piège à cons...". C'est tentant. Il est vrai que les résultats peuvent laisser penser qu'hormis une horde de cons véritables, peu de personnes se sont déplacées. Tout cela est trop radical, peu tolérant, et vraiment pas respectueux de la démocratie.
Il m'a suggéré aussi " et ils sont là, et ils sont là...". Ce n'est pas mal, mais cela donne une couleur de sportivité à un exercice où les vieux sont les vrais gagnants car bien plus nombreux à voter.

Finalement, la poussée de la nébuleuse j'aime bien. D'autant plus qu'elle est bleue presque foncée et se nomme Boomerang en référence à l'autre sortant réélu (Voir article ancien).
Tout le monde craint ou en fait des tonnes autour du score du FN.
Regardons les faits. Une seule mairie prise (convoitée depuis tellement longtemps qu'on pouvait penser que c'était déjà fait) et un score de 9,2% pour les communes de dix mille habitants et plus !
Étonnant non ? Et encore, je suis beau joueur, je ne m'intéresse qu'aux communes importantes. Dans le cas contraire, leur score est plus proche d'un parti fantôme.
A comparer, le score des grands perdants, la gauche socialiste, est plus de quatre fois plus important ...
Patience, un nouvel exutoire se profile fin mai et ensuite ça fera pschitt...un gros gaz, la nébuleuse.

samedi 22 mars 2014

Parler sans Crimée

Je suis frappé du nombre de personnes qui dissertent d'un des sujets les plus complexes du moment, la situation de l'Ukraine et de sa presqu'île la Crimée.
Le nombre de spécialistes en politique étrangère, d' historiens spécialistes de la région, de pro Poutine sans connaître le commencement du début de ses intentions est vraiment impressionnant.
En honnête homme je savais que ma culture en la matière était juste moyenne mais à les lire ou les entendre, si je me compare je suis juste nul.
Il est vrai qu'ayant eu vingt ans bien avant 1990, l'URSS n'était qu'un grand ensemble dont on se souciait assez peu, dans les programmes classiques, de détailler les multiples républiques ou régions assimilées.
En dehors de la guerre de Crimée, grace au football on connaissait bien Kiev et son dynamo et sans autre curiosité, les connaissances historiques de base pourraient s'arrêter là.
Seulement dans cette société mondialisée, on se sent concerné par toute affaire, tout accident, tout incident, on use notre capital empathie pour tous les événements dont on a connaissance, quel que soit l'événement, sa localisation et la manière dont on nous le rapporte.
Mais il y'a pire, il faut ensuite qu'on ait une opinion avisée, réfléchie, documentée, sans erreur d'appréciation....sans la moindre erreur d'ailleurs. Ensuite, il faut prendre partie avec son cadre de référence perso. Comme si le cela suffisait pour analyser  une situation de crise géopolitique dont l'importance est inédite depuis la fin de la guerre froide.
Bref, c'est l'exemple type où toute opinion doit être modulée, exprimée prudemment avec toutes les réserves nécessaires. Tout ça est valable même si on a fait sciences po ou l'ENA. Dans tous les cas il faut rester modeste.
Maintenant que j'ai fait les réserves d'usage je m'interroge sur les souhaits réels des criméens, des ukrainiens dans leur ensemble, afin d'appliquer ce fameux droit des peuples à disposer d'eux mêmes .
Dans cette affaire, il est évident que la volonté de faire le bien pour les ukrainiens, n'est pas la seule motivation des intervenants extérieurs y compris les Russes, je dirais même surtout les Russes.
Quelles sont aussi les véritables intentions de Poutine ?  Doit on lui faire confiance ?
Si je me fie à mon propre cadre de référence, je crains que non et je dirais que les autres parties ont intérêt à jouer serré  afin d'éviter d'autres annexions. Mais seraient elles toujours illégitimes ?
Pour la Crimée, c'est plié, mais il vaudrait mieux à mes yeux que ses ambitions s'arrêtent là. Je n'aborderai pas le problème insoluble des sanctions tant les intérêts des uns et des autres sont différents. C'est probablement la grande force de la Russie.
On peut s'interroger aussi si ce conflit international à caractère géostratégique,  ne serait pas aussi un affrontement de deux systèmes politiques, l'un démocratique, l'autre ni une dictature, ni une démocratie. Une troisième voie encore inconnue, peu recommandable, avec des fondements patriotiques exacerbés, mais qui semble plaire à certains.
En parler oui mais tranquillement....

vendredi 21 mars 2014

Un pompier pour Sarkozy


Comprenez moi, rien de grivois dans mes propos. Encore que cela pourrait le détendre et lui permettre de retrouver ses esprits.
Je souhaite simplement faire un parallèle entre deux événements symptomatiques de notre époque.
D'un côté, nous avons un ancien Président de la République qui piétine la magistrature, la justice de son pays, de l'autre un  pompier en conflit avec sa direction qui refuse de serrer la main à son Ministre de Tutelle, Manuel Valls.
Ces deux personnes qui n'ont rien en commun , exerçant ou qui ont exercé des fonctions et des
missions hautement symboliques, dont l'exemplarité, le courage et l'abnégation sont quelques unes des qualités fondamentales et nécessaires,  choisissent délibérément de ne plus respecter la république, ses représentants et à travers eux les citoyens.
Ce valeureux pompier confond courage et témérité mal placée. Son statut ne lui permet de réagir comme il le fait. C'est peut être dommage mais c'est cela même qui le protège.
Bêtement le Figaro compare cet incident avec celui du salon de l'agriculture où Sarkozy avait été irrespectueux (déjà), impoli envers une personne alors qu'aucune règle hiérarchique ne s'imposait. Encore une fois, le ministre de l'intérieur à parfaitement réagi en garant des valeurs de la république.
A l'inverse, Sarkozy n'hésite pas à comparer les magistrats français à la Stasi, police politique de la RDA. La encore, heureusement que le ridicule ne tue pas. Il est quand même saisissant que moins de deux ans après son départ de l'Elysée, un ancien Président tienne ce genre de propos et l'écrive de surcroît. C'est scandaleux mais ce n'est pas étonnant, cela est du même ordre que la racaille qu'il faut nettoyer au karcher.  Je comprends mieux la timidité des réactions de la droite. Dans l'art de se disqualifier définitivement, il est devenu le meilleur d'entre eux, suivi de près par Copé, qui n'a guère d'avance sur  Fillon.....et les autres devront attendre que tout cela s'efface de la mémoire des français.

mercredi 19 mars 2014

Rien qu'un petit tract



On trouve de tout dans une boîte aux lettres même un tract du candidat sortant, étonnant non !
Son papier ne ressemble à rien, une demie page A4, une quarantaine de mots au mieux ou au pire en l'occurrence. 
Si l’on doute 30 secondes de sa défaite, il suffit de lire ce machin pour se rassurer.
Sa distribution a été limitée au quartier. Le sous titre est "venez parler au maire....il vous répondra". C'est rassurant, hein ! Cela prouve bien qu'il est habituellement facile d'accès. C'est donc très utile de préciser qu'il va daigner nous répondre...
Ils enchaînent en précisant que "l'échange et la concertation ont toujours été au cœur de leurs préoccupations" ils font bien de l'écrire, c'est vrai que ce n'était pas évident au départ. Le pire est qu'il vient pour un "tête à tête". 
Je vois bien que certains ne me croient pas, pensent que j'en rajoutent ou que j'invente. Tout ça est bien entendu exact, je n'ai pas assez d'imagination.
Comme ils ne craignent pas d'être ridicules, le point de rencontre est un espace vert qui n'existe plus depuis des années grace à eux.
Rassurez moi, il ne va pas être réélu ? 
Tout cela est grotesque mais vous avez remarqué, je reste courtois et poli....plus tard je verrai...

vendredi 14 mars 2014

Le centième


Non ce n'est pas le nombre d'affaires glauques dans lesquelles s'est fourvoyé honnêtement et naturellement Sarkozy,
Ça pourrait être le nombre de mairies de plus de dix mille habitants perdues par la droite,
C'est à peu près le nombre de militant que perd chaque jour l'UMP depuis que Copé est à sa tête,
En réalité ce n'est rien de tout ça, c'est simplement le nombre de billets jetés dans ce blog depuis le mois de novembre.
Comme je ne fais aucune confiance à mon originalité ou ma créativité naturelle, je sais que ce titre a du être utilisé et usé par de nombreux blogueurs bien avant moi. J'ai d'ailleurs piqué l'illustration à l'une d'entre eux (elles).
Étonnés qu'ils ont pu être d'arriver à produire des signes et des machins en nombre correspondant à ce chiffre rond. Comme moi, ils ont été ravis de tisser de nouvelles relations dont le risque majeur est qu'elles restent extrêmement superficielles ; mais, est ce un risque ? 
Comme eux, je ne me prive pas de citer ici un leader, là un maître....mais aujourd'hui, je n'ai pas envie.
Il n' en reste pas moins que je peux être quelque peu fasciné par l'imagination débordante de certains blogueurs et par leur liberté de ton....
C'est étonnant de constater qu'en ce moment même un front de gauche décide de fermer son blog, pendant que d'autres utilisent une affiche de campagne de ce même parti pour mieux le discréditer. Ils ne se connaissent pas, d'avis pourtant contraire, ils font le même constat...
C'est rassurant de pouvoir lire certains billets même orientés être bien meilleure synthèse que nombre de travaux journalistiques sur des affaires complexes(comme le dernier enfumage de l'UMP )
C'est amusant de constater que certains d'entre eux se qualifient de réac alors qu'il y a moins de dix ans, ce terme était proche de l'insulte. A ce rythme dans dix ans d'autres seront fiers et revendiqueront le qualificatif de stal.

Bon je m'égare, il me semble préférable aujourd'hui d'évoquer rapidement mes deux obsessions du moment, le renouvellement de la municipalité de Villenave d'Ornon et le sort de Christiane Taubira.
Si si, ces deux sujets ne sont associes nulle part, pour le centième, ça vaut le coup de le faire.
D'accord, il n'y a aucun point commun "évident".Personnellement, j'en vois trois (chiffre au hasard).
Le premier : le mariage pour tous connaît un bel essor à Villenave d'Ornon , alors que le maire actuel est contre et que Christiane Taubira a brillamment défendu cette loi. C'est un signe...
Le second : le maire de Villenave d'Ornon est sans étiquette comme Mme Taubira, alors que l'un a toujours été soutenu par l'UMP et que ses colistiers sont bien à droite et l'autre bien que candidate radical de gauche en 2002 serait sûrement bien à gauche au sein du PS.
Le troisième( peut être ) : leur destin politique est peut être lié. A savoir. Si le premier perd ce poste occupé depuis 19 ans par accident, la seconde pourrait alors conserver le sien grace à son talent....
Et bien moi, pour ce centième, j'y crois.


mercredi 12 mars 2014

Trop adroite la droite ?


Difficile de m'extraire des affaires locales en ce moment , une page lourde de dix neuf de droite pourrait se tourner, il y a un vrai frémissement, presque un engouement pour la candidature de Martine Jardiné et ses colistiers sur Villenave d'Ornon. 
Néanmoins, la tournure que prennent certaines affaires nationales réveille ma torpeur bloguiere.
Oh, je ne vais pas rédiger le billet de l'année. Non, simplement, par définition, je vais écrire quelques lignes qu'on pourrait identifier comme un billet d'humeur.
Heureusement que quelques blogueurs de gauche (Fred) m'informent des derniers événements, en décryptant, en analysant les points essentiels de l'affaire des écoutes, par exemple. Nicolas le premier, en deux articles successifs avec un point sur toutes les affaires Sarkozy....indispensable...(désolé pour beaucoup d'autres que je n'ai pas le temps de citer...de toutes façons, Nicolas les a tous).
A l'écoute de ma radio préférée, je suis resté médusé par la rapidité avec laquelle l'UMP a tenté de 
retourner la situation à son avantage, sans une certaine habileté, il faut bien le reconnaître. Je ne parle pas là de Copé qui croyant se refaire une santé est encore plus tristement confondant, ridicule et grotesque.
Au final, ni le gouvernement irréprochable mais un peu gauche, ni la droite, ni l'UMP en pleine noyade, ni les extrêmes vont en sortir indemnes. 
Les manœuvres grossières de la droite républicaine vont une nouvelle fois accroître les adhérents du parti des abstentionnistes.
Derrière tout ça, une nouvelle vague de Taubira démission est lancée. Cela doit être la troisième ou la quatrième salve d'invectives de la sorte. C'est intolérable. J'espère qu'elle pourra mener sa mission à son terme ...ou alors... Premier ministre ?

samedi 8 mars 2014

L'homme qu'on écoutait


Je ne comprends pas trop l'indignation des quelques militants de droite.
De quoi se plaignent ils ? Sans cesse ils réclamaient, "ah, mais si on écoutait Sarkozy, si on était attentif à ses analyses ...etc...on n'en serait pas là"
C'est exactement ce qu'ils ont fait. Je comprends, c'est décevant, ce n'est pas glorieux. Ce n'est qu'un homme qui fait des erreurs. Certes, il en fait un peu plus que la moyenne mais cela ne changera rien à son destin.
Contrairement à ce qu’ils imaginent, on se fout complètement de Sarko. Je sais depuis toujours que la république ne repasse jamais les plats (dixit ?). Il n'est pas plus concerne par 2017 que Copé, c'est peu dire. Autant je m'en suis soucié pendant des années, autant je m'en fous vraiment aujourd'hui. Il reste que nous pouvons être préoccupé par un nouveau scandale d'Etat qui va apporter de nouvelles voix, pas au FN ou à ces représentants incapables, mais à l'abstention, sûrement premier parti de France.
Pendant que l'Insee apportait la preuve que la courbe du chômage s'était vraiment inversée, la droite en pleine forme multipliait les affaires.
Ce serait un complot mediaticopoliticojudiciaire. Les médias sont donc subitement à gauche.
Je crains que cet argument ne tienne pas longtemps. A l'exception de Libé qui n'est pas bien en forme, un ou deux sites genre Mediapart (et encore), toute la presse est à droite, à l'extrême droite ou au mieux au centre. A cela, rien de choquant, ils ne défendent que leurs intérêts. Mais ils ne se censurent pas, question d'éthique.
C'est la raison pour laquelle Copé, l'escroc qui n'aime pas les poils, Buisson aux méthodes fascistes, Sarko influent devant l'éternel, à qui l'école buissonnière n'a pas porté bonheur, passent de mauvais moments. Tout ça permet aux français de rafraîchir leur mémoire qui traditionnellement n'est pas leur qualité première (quand on constate leur soudain amour pour Juppé).

vendredi 7 mars 2014

Adieu le maire sortant


La tête de liste UMP à Villenave d'Ornon est sans étiquette. C'est déjà une première anomalie, mais il y en a de beaucoup plus graves.
La principale est qu'il a dans ses mains la destinée de cette commune depuis dix neuf ans. Un homme sans charisme, sans vision et sans ambition pour sa ville est au pouvoir depuis près de vingt ans et dans le cas improbable d'une réélection, il aurait été à la tête de la municipalité durant un quart de siècle. Un homme dont la seule motivation, est la haine des opposants. Il déteste la gauche et ses représentants même les plus modérés. C'est viscéral. Quelles pourraient être les raisons de son désir de réélection en dehors de son orgueil ? Il est isolé dans la CUB, méconnu au département, peu respecté par ses pairs, incapable de s'approprier les nouvelles méthodes de gestion , incompétent pour monter un projet...bref tout cela est grotesque car au final c'est Villenave et les Villenavais qui trinquent....enfin pas seuls ....

Cet homme respecté seulement de par ses succès électoraux, est doté d'un caractère bien trempé. Il ne représente rien mais ses colères sont telles qu'aucun de ses colistiers ne se permettraient de le contrarier. Que l'on soit membre du personnel de la mairie ou représentant d'une association, faire une erreur ou le contrarier et son ire prend des proportions rarement égalée.
Cet homme usé après avoir rédigé un bilan imbécile nous propose son programme désuet, suranné, démodé, dont les seules bonnes idées ont été copiées à droite ou surtout à gauche. Je vous rassure ces dernières ne seront jamais mises en place. Il est vrai que certaines sont présentes depuis son catalogue de 1995....
Mais qui pourrait croire qu'après 19 ans d'endormissement, il serait en mesure de multiplier des projets innovants dont une ville comme Villenave d'Ornon, une ville peu à peu devenue dortoir, perdant des habitants (quasiment la seule, en Gironde la population croit d' 1% par an). Personne. Il faut un renouveau. Ce n'est plus une question de droite ou de gauche, c'est une question de pragmatisme, presque de survie ....il suffit d'interroger nos voisins de la CUB....

Son programme d'une platitude sans nom atteint malgré tout quelques sommets que je ne peux pas m'empêcher de lister.
D'abord, il souhaite développer le balayage des rues...et bien oui, jusque là, personne ne lui avait souffle qu'il fallait entretenir les rues...
Ensuite, il veut promouvoir les repas de quartier, maintenir les réunions publiques...bref, il fait semblant de penser que le lien social est important. Dans les faits, il s'en fout. De toutes façons, son action sur les repas de quartier est quasi nulle et les réunions ne sont que des informations descendantes sans aucune réelle concertation.
Enfin, dans la série le ridicule ne tue pas, il veut créer un service de Michel Morin auprès des personnes âgées, après avoir mis toute son énergie pour le détruire des son arrivée en 1995. Chapeau, fallait y penser...
Et puis, il y a quelques mots par ci par là qui traduisent la réalité de sa pensée. Il a cette phrase magnifique : "anticiper les nuisances de l'arrivée du tramway..". Il ne voit dans le tram que des nuisances... On peut se rendre compte à quel point il est favorable au tram. La preuve est dans les
faits, Villenave est la seule commune si proche de Bordeaux  ne disposant pas de ligne de tram....on
comprend mieux....

mardi 4 mars 2014

Dany forever

Qui pouvait penser en 1968 que ce leader étudiant défiant De Gaulle allait devenir le député européen le plus influent et le plus célèbre, voire le plus redouté du parlement européen jusqu'à aujourd'hui ?
Il aurait pu devenir l'emblème de la bien-pensance, il n'est que le symbole de l'anti réac qu'il soit de droite ou de gauche, l'icône du progressisme vert, le porte drapeau de l'écologie réelle, le véritable président de l'Europe ou en tout cas son meilleur VRP.
Il a la sagesse de ne pas se représenter mais quelle présence, quel charisme !
Ce politique au sens noble du terme est doté d'une énergie et d'une vivacité intellectuelle étonnante.
Ses qualités de tribun sont impressionnantes. Ses discours lors de meetings sont inoubliables.
Invité à France Inter ce matin (vous trouverez bien le podcast) sa prestation fut encore particulièrement intéressante. J'en retiens deux sujets que je résumerai de manière simplifiée, l'Ukraine et Mélenchon.
Pour lui, Poutine doit se calmer car économiquement l'Europe est plus forte que la Russie. Il faut quand même qu'on s'organise pour les approvisionnements en gaz. Il fera en sorte de calmer ses troupes à l'est de l'Ukraine pour ne pas prendre le risque de s'isoler moralement, économiquement et politiquement.
Parallèlement, il faut que tout le monde aide l'Ukraine. Influencer le FMI pour faire en sorte que l'aide soit équitable.
Il faut attendre l'avènement des États Unis d'Europe, c'est à dire .....une trentaine d'années, avant de penser à une éventuelle intégration de l'Ukraine.
Enfin, selon lui, il faut arrêter de rigoler, la Crimée est russe, trop tard pour faire autrement.

Interrogé sur le cas Melenchon, ce visionnaire n'hésite pas une seconde pour déclarer qu'il est dingue de soutenir Poutine dans cette aventure. A ses yeux, il hait tellement les allemands et les américains qu'il est prêt à défendre n'importe quel opposant même la Corée du Nord. ( il soutient bien les chinois contre les Tibétains.)
Dany le rouge est donc toujours passionné, sans langue de bois, même s'il se plante parfois en proposant par exemple, de boycotter la prochaine coupe du monde....qui se déroulera dans quatre ans en Russie.
Il n'hésite pas a rappeler que, s'agissant des membres de l'extrême droite ukrainienne, qu'ils étaient très minoritaires et qu'il y en avait bien aussi au sein de la résistance française en 40. ....



lundi 3 mars 2014

La bien-pensance

Tout le monde comprend qu'en fait la bien-pensance ne conduit à rien d'autre qu'à des mauvaises pensées. Il s'agit d'avis normés, conformistes, sans relief....en somme des opinions qui n'en sont pas. Les bien-pensants ne répètent que des informations ou des analyses qu'ils ont bien pu comprendre sans réflexion, sans ajout ou jugement critique ou apport personnel.
Ils seraient donc des moralistes sans intérêt.
Qui utilise le plus souvent ce terme qu'il positive pour mieux le critiquer ?
Aujourd'hui on pourrait penser que ce sont les réacs mais il y a quelques années c'était la gauche en parlant de la droite molle. Ces bien-pensants changent donc en fonction des époques ou des sujets.
A vrai dire, les socialistes modérés et même un peu plus les centristes sont le plus souvent mis dans cette catégorie.
Les réacs, eux, ne le sont pas. Ils n'échappent pas à la critique mais sont très à la mode en ce moment, ce qui est un comble quand on est réac.  Ils seraient même le contraire de la bien-pensance.
Prenons quelques sujets au hasard afin de tenter de définir les opinions d'un bien-pensant et en contraste de celle d'un bon réac.
Sur le plan international :
Un réac est contre l'union européenne, contre l'euro, contre tout élargissement. Le bien pensant, c'est l'inverse.
Un bien pensant aime bien Obama, Israël mais aussi les Palestiniens(il est donc parfois bien torturé)..le réac n'aime pas Obama et les conflits du moyen orient l'agacent parfois mais le plus souvent ne l'atteignent pas.
Le réac aime bien Poutine et souhaite que l'Ukraine soit annexée dans sa totalité même s'il peut de temps en temps regretter que certains manifestants n'aient pas pris plus radicalement le pouvoir. Le bien pensant déteste les agissements antidémocratiques de Poutine et est inquiet pour les Ukrainiens
Sur le plan politique intérieure :
Le réac ne supporte pas le mariage pour tous alors que le bien pensant accepte les évolutions des mœurs et plus généralement les changements societaux.
Tous les deux n'aiment pas plus les impôts que la dette. Leur différence ? Le niveau d'impôts qu'ils ressentent comme intolérable.
Le racisme ? Qui est raciste ? qui ne l'est pas ? Aucun des deux, j'ose le penser. Par contre, le réac ne sera jamais antiraciste.
Autres questions :
Le nucléaire ? Le bien pensant est contre mais ne sait pas comment s'en passer. Le réac est pour mais préfère la centrale loin de chez lui.
Le changement climatique ? Le réac n'y croit pas ou s'en fout (après lui le déluge). Le bien pensant le constate avec effroi mais ne change rien à ses habitudes......
......
Évidemment, ces questions sont traitées de manière schématiques et caricaturales. Mon bien pensant ou mon réac type n'existe pas. Au final, avec un peu plus de temps, on pourrait se rendre compte qu'on est toujours le réac de l'un et le bien-pensant de l'autre.
L'utilisation de termes ou d'appellation génériques est toujours réducteur et dévalorisant. (Bien pensance ?)