samedi 27 février 2016

Après l'inespoir le désespoir

Le désespoir des agriculteurs n'a d'équivalent que leur grossièreté ou leur bêtise.
Peut on leur en vouloir ?
La réponse se lit dans la question. Difficile de leur en vouloir même s'ils se trompent de cibles (mais qu'elles sont les cibles. Leur syndicat parfois ?)
Ce pauvre FH ( ben oui, je ne vais pas le remettre en cause à chaque billet, d'autant que c'est surtout son premier ministre  qui m'inquiète ..) possède une bonne dose de courage.
Il faisait presque pitié. C'est terrible, car les marges de manœuvre sont étroites et le désarroi et le désespoir sont gigantesques.
Comme disait l'autre, je ne voudrais pas être à leur place.
D'autant plus, en quelques mots, qu'il est probable que dix fois moins d'agriculteurs ne poseraient pas dix fois plus de problèmes et pourraient même produire une agriculture plus respectueuse de l'environnement, au sein même de la filière bio....
Tout ça est complexe mais FH a fait preuve d'un courage certain, de beaucoup d'abnégation et de patience. Tout ça contraste terriblement avec son prédécesseur.
Certes, il y a la réforme du travail ( mais ça va bouger, et dans le bons sens..si, si, j'ai des infos) mais on ne peut pas regretter tous les jours d'avoir bien voté ..
Ce monde ne tourne plus rond.

jeudi 25 février 2016

L'inespoir d'un hollandais

Début novembre je craignais déjà le pire. Valls voulait s'occuper du code du travail, ça promettait des soucis, et "à ce rythme la droite n'aura plus rien à faire".
Cette réforme du travail semble sortir d'un concours Lépine de l'apprenti ultra libéral du siècle dernier. Comment prétendre qu'elle est socialiste, faite pour l'emploi, et même social démocrate ?
Elle n'est pas socialiste car elle n'est pas de gauche. Un seul exemple parmi tant d'autres : les heures supplémentaires, probablement (le rapport de force dans une entreprise n'est pas favorable au salarié) majorées seulement de 10 % au lieu des 25 % actuellement...
Cette mesure est contre productive dans la lutte contre le chômage.( connerie déjà faite par Sarko).
Balancer un projet de loi sans consultation préalable est l'inverse d'une social démocratie qui, par ailleurs, nécessite une contrepartie à la flexibilité, la sécurité.
Et ce n'est qu'une mesure. Il y en a plein qui pose problème parfois plus gravement.
FH doit reprendre la main pour éviter une catastrophe d'une ampleur inégalée.
J'en profite pour inviter les soutiens aveugles du gouvernement, de Valls ou même de FH de ne me plus me traiter de nul ou de conservateur. Se faire jeter d'un groupe de discussion parce qu'on ose critiquer une mesure ne me paraît pas très ouvert et démocrate, voire progressiste . Quand je vois des vieux cons à la retraite depuis dix ans dire que les anti réforme El Khomri ( en réalité une réforme Valls Macron) ne connaissent rien au monde du travail, ou les conseiller de lire avant de critiquer, ça met à mal ma tolérance habituelle.....
Bref, le monde ne va pas bien.

jeudi 18 février 2016

A quand la suppression du smic ?

Trop c'est trop.
La derniere de El Khomri en est une belle..de connerie..
Nous ne sommes même plus dans le registre du libéralisme, nous sommes simplement dans la mise en place des revendications du MEDEF. Les mesures proposées ne sont ni efficaces, ni efficientes, ne répondent en rien au problème du chômage, ne sont pas de gauche et ne le seront jamais car elles sont rétrogrades voire réactionnaires.
Les leviers de l'emploi sont : la croissance ( création de richesses), l'innovation, la formation....
Tout ce qui ne favorise pas de près ou de loin ces trois processus n'auront aucun effet sur l'emploi.
Les mesures proposées sont quasiment inutiles.
A quoi peut on s'attendre demain ? La suppression du smic ? Le retour du travail des enfants ?
S'ils ont la tentation du 49.3, ce sera suicidaire.
Mon billet d'hier est encore plus d'actualité.

mercredi 17 février 2016

FH, à l'aide

Durant l'ère mitterrandienne il n'était pas rare que lors d'un conflit qui commençait à devenir sérieux, la rue faisait appel à tonton, souvent avec succès. Lorsqu'un ministre de droite ou de gauche emporté par un zèle mal placé ou un courage plus souvent marqué par la bêtise que par le sens du devoir, restait figé sur une mesure, une loi, une réforme qui mécontentait une part importante de la population les manifestations et les protestations (plus discrètes quand le gouvernement était de gauche) en appelaient à l'arbitrage de François Mitterrand. Et ça marchait plutôt bien.
Vu les con...ies  , pardon, les propositions de El Khomri pour "refondre" le code du travail, nous allons avoir besoin d'un arbitre qui se souvient un tant soit peu qu'il est de gauche. La lutte contre le chômage peut tout justifier mais celles ci n'auront aucun effet. Elles n'agissent sur aucun levier en faveur de l'emploi.
Alors, l'heure est pour le moins préoccupante, "à l'aide FH !" . Fiche moi tout ça à la poubelle avec tact et efficacité, tu auras tout à y gagner et l'emploi n'y perdra rien.

mardi 16 février 2016

Une histoire sans intérêt : 30 ans de mutation..

Il était une fois un emploi industriel au zénith en 1973. Le premier choc pétrolier fut le début du déclin.
Pourtant l'emploi a continué d'augmenter presqu'au même rythme que la population.
Quels sont ses ressorts ? Et pour quelles raisons le chômage continue de progresser ?
Voilà la problématique.
Les seules fonctions qui augmentent encore franchement sont les fameuses fonctions métropolitaines (conception recherche, gestion, prestations intellectuelles, culture loisirs, commerce interentreprises) . C'est bien. Seulement, comme leur nom l'indique ce phénomène est surtout caractéristique des métropoles. Autour comme au centre, c'est plus dur. Autour, car leur développement ne permet pas encore une diffusion des richesses sur l'ensemble des territoires, au centre, car la précarité reste particulièrement prégnante dans les grands centres urbains.
Pourtant un fait : le nombre de cadres des fonctions métropolitaines a explosé en trente ans. De plus, plus il y a de cadres, plus il y a d'emplois. La formation est donc une des solutions.
Pour terminer ce billet qui fait ch... tout le monde ( enfin les trois lecteurs qui restent), j'aborderai deux questions et un enjeu.
Le salariat est définitivement en perte de vitesse et sera partiellement remplacé par quelque chose proche de l'auto entrepreneuriat.
La durée du travail deviendra obsolète car les limites vie privée, vie pro vont disparaître.
Alors tout l'enjeu sera de créer de nouvelles protections sociales adaptées aux mutations de l'emploi
( il fait peur Uber). Protéger les uns, d'un nouvel exploiteur, eux mêmes, et les autres, d'un harcèlement sans limite ...


lundi 15 février 2016

Copé JLM, même combat

Ces deux hommes ont plein de points communs.
Aucun des deux n'est de gauche. Copé, j'espère que tout le monde en est convaincu pour JLM, ça doit être une surprise pour certains qui seront déçus. Il n'est plus de la vraie, celle qui a pour fondement la tolérance, la solidarité, le respect de tous et de chacun, la priorité de l'intérêt général, les libertés, de la presse, de l'expression, de l'individu, les valeurs de la démocratie et de la république chevillées "au corps et au cœur", le progressisme....etc....les quelques idees de gauche tout à fait respectables qui lui restent datent du siècle dernier...attention: la retraite à 60 ans pour tous (peut être imposée, à voir),  les 35 heures, le smic à 1 700 euros ...
J'ignore s'il renonce aussi à l'abandon de l'euro...ça n'a jamais été très clair.
Très cultivé, il a des sorties qui peuvent paraître sympathiques avec sa verve et sa rhétorique à la Marchais mais il ne participera pas à une primaire, bien improbable, de toute la gauche. Preuve supplémentaire qu'il n'appartient pas à ce camp.
Son soutien infaillible à Poutine devrait être rédhibitoire pour tout le monde à gauche.
Copé est comme lui, sa candidature à la primaire, aussi ridicule qu'elle soit, n'est pas pour gagner mais pour faire perdre. L'un, c'est Sarko, l'autre c'est FH. L'un a "changé", l'autre ne changera plus.
Belles stratégies de perdant/perdant.

vendredi 12 février 2016

Entre reniement et remaniement, adulation et détestation

J'ai déjà pu évoquer la difficulté du politique pour exister dans les démocraties modernes. Moderne au sens où tout est vu, su, critiqué, caricaturé, où le bashing est roi, et le tout dans des temps records aussitôt commenté par l'intellectuel que par l'abruti du coin qui se croit un génie au sein de son petit réseau. Cette phrase est très longue et incompréhensible, je la laisse mais passons à autre chose. La crédibilité du politique aujourd'hui ....vaste sujet. Et puis, " les peuples ont les gouvernements qu'ils méritent" ...
Néanmoins, il y aurait beaucoup de choses à dire sur ce dernier remaniement. Les critiques se multiplient de part et d'autre. Elles sont acerbes. Je devrais endosser le rôle du défenseur face aux nombreux pourfendeurs. Mais qu'il est difficile...
A 15 mois d'une presidentielle, normalement on aurait dû nous proposer un gouvernement de combat pour gagner une éventuelle primaire qui n'aura pas lieu et un premier tour qui sera probablement décisif. En effet contrairement à l'accoutumée, la prochaine élection ne se gagnera pas au centre mais à gauche. Enfin une vraie gauche, c'est à dire pas une gauche qui se veut radicale ou plus exactement des radicaux qui se veulent de gauche, une vraie gauche sociale démocrate réellement  emprunte d'idées socialistes même si le contexte contraint à la réserve et la modestie.
Au centre, il y a trop de monde, à droite c'est presque pire. La prochaine élection se gagnera à gauche et au premier tour.
Aussi, pour espérer la gagner, il aurait fallut laisser au repos et Macron et Valls qui n'ont pas toujours démérité mais qu'on peut se réserver pour d'autres batailles.
Enfin, bref, je veux bien être legitimiste, mais on est de gauche tout de même...
Il y a au moins une réussite : l'entrée des verts ou le retour de EELV. Toujours dans la perspective de 2017, c'est une excellente nouvelle que l'ex secrétaire nationale se renie à ce point. Toute candidature duflotiste apparaîtra au mieux inutile, au pire incongrue avec un résultat qui ne devrait pas dépasser les 1,5%.
Alors FH, après avoir atteint le rang de père de la nation en novembre, retombe au rang de bricoleur du jeudi en février. Et les peuples n'auraient pas ce qu'ils méritent ? Ils sont encore trop gâtés.

vendredi 5 février 2016

Sarko fait un tabac

Cet homme fait le combat de trop.
Si j'en crois les quelques extraits visionnés rapidement et les commentaires de droite et de gauche, hier soir, encore une fois il a été piteusement mauvais. Ce n'est pas une surprise.
Mais il est particulièrement dangereux quand il prend position contre le paquet neutre.
Ses arguments sont bêtes à pleurer, mais ce ne serait pas grave. Il remet en cause la politique de santé public contre le tabac, et ça c'est criminel. Comment un ancien Président de la République peut dire des âneries pareilles.?
Ce poison n' est plus fabriqué en France ou alors si peu. Ce n'est absolument pas un produit du terroir.
Y renoncer, c'est tout simplement recouvrer la santé.
Ce pauvre NS est capable de toutes les pantalonnades pour retrouver la lumière ...
Il y a meme pire. Ce pauvre député LR dont je tairais le nom, qui associe la campagne anti tabac au djihadisme 
Pourtant, le politique le plus menteur de l'année, ce n'est pas Sarko, c'est une menteuse....et là, on touche le fonds.

mardi 2 février 2016

Déchoir la dégressivité

Alors la déchéance, je n'ai rien dit. Il l'a dit au congrès, tout le monde a applaudi, nous sommes dans une situation dramatique. Il faut redonner du sens au concept de nationalité. On manque de symbole, en voilà un.
Certes,  c'est inefficace, c'est une idée de la droite fascisante , ce n'est que stratégique, admettons...
Seulement ça déplaît à beaucoup et finalement, ça risque de coûter cher.
Mais je passe là dessus, je soutiens FH, je suis un légitimiste comme ils disent. En réalité, je suis peu sensible à certains arguments et je crains que certains opposants ne soient que de vils tacticiens. J'ai dit certains.
Mais alors la dégressivité !
Faut reconnaître, ils n'ont pas de chance avec les mots en dé...
Non, la dégressivité, ce n'est pas socialiste, ce n'est pas de gauche, ce n'est même pas de centre gauche...
Tout le MEDEF est pour, toute la droite est pour et tellement favorable à cette mesure qu'ils l'inscrivent tous dans leur "programme" ou "projet" pour la France.
Meme s'il est indispensable de réaliser encore des économies dans ce domaine, la dégressivité est à oublier. D'autres mesures sont à étudier.
Non seulement, elle est inefficace (il paraît que les gens de l'Insee le disent, et j'ai de bonnes raisons de les croire), mais elle est vraiment injuste. Comment penser quand on est de gauche, que les chômeurs se reposent plus longtemps parce qu'ils bénéficient d'indemnités stables dans le temps. Cela voudrait dire que le chômeur ne commencerait à chercher sérieusement un emploi seulement quand le risque de la paupérisation se concrétiserait . Et que par conséquent, comme par miracle, les emplois s'offriraient alors à lui pour lui éviter de manquer de tout. Il y aurait donc des centaines de milliers de profiteurs pour qui l'absence de travail ne serait d'aucune souffrance.
Ils ont déjà la précarité, la honte, on voudrait leur ajouter la misère ...
Il faut donc jeter les dés, pas de dégressivité, pas de déchéance, il n'y aurait pas de démission, ni de désillusion, ni de défaite ....

lundi 1 février 2016

Il suffirait de presque rien....

Il suffirait de presque rien, peut-être une centaine de milliers de chômeurs en moins, pour que sa cote remonte enfin, d'une manière définitive.
On éviterait ainsi la comédie d'une primaire à gauche sans fin et sans fondement.
On oublierait aussi les prises de position de Dany Cohn Bendit en faveur de Juppé qui souhaitent mettre en place la réduction rapide des indemnités chômage et la retraite à 65 ans. Comme premières mesures, ça promet...et encore, c'est le plus modéré des successeurs potentiels à FH.
On oublierait la déchéance, les cars Macron (qui sont un succès)la demission de Taubira, l'augmentation parfois injuste des impôts, le réduction parfois injuste des impôts, ...on en oublierait assez pour faire en sorte qu'une majorité confortable réélise FH pour 5 ans...
Mais je crains, que ce soit un autre que lui demain, pourtant il aurait suffit de presque rien....

L'emploi pour les nuls

Non, Monsieur Macron, les emplois aidés ne dénaturent pas la politique de l'emploi. Elle est constituée de nombreux axes de développeme...