mercredi 4 novembre 2015

A ce rythme la droite n'aura plus rien à faire

Il vaudrait mieux arrêter là les conneries car la droite n'en aura plus à faire.
Je ne vais pas les lister, je laisse ce boulot à d'autres mais il est vrai qu'il y en a trois ou quatre récentes qui méritent d'être ...oubliées.
La plus dangereuse pourrait devenir celle de la réforme du code du travail qui consisterait en réalité à sa suppression pure et simple. Dans les années qui suivront, il conviendra de le reconstruire patiemment.
 Cela dit, il ne faut pas s'interdire de revenir sur des avantages acquis, qui, en les protégeant pourraient bien empêcher l'avènement d'autres progrès sociaux parfois bien plus nécessaires. Seulement, le mandat du quinquennat actuel ne comprenait pas cet aspect qui mériterait une réflexion bien en amont.
Enfin, quand on entend les quelques conneries de premier niveau de ce pauvre Sarko sur un autre domaine comme celui de la sécurité, on peut se consoler. La droite a finalement des réserves.
Ailleurs, ceux qui se pensent seuls à gauche, viennent de découvrir à nouveau ce que cette droite sénatoriale est capable de faire (ou plutôt de proposer, car le Sénat ne sert à rien ou presque dans le configuration du moment) dans le cadre de la loi de financement de la sécurité sociale. En clair, ils veulent dans un premier temps reculer l'âge de la retraite à 63 ans et multiplier les jours de carence etc...et certains à gauche s'en étonnent !!
Pour ma part, je suis surpris qu'ils s'en étonnent. Seront ils étonnés aussi de voir que le FN appliquera quelques unes de ces idées les plus imbéciles si par un hasard malheureux il gagnait une ou deux régions ? La responsabilité serait alors bien partagée.
Comme quoi, le monopole de la connerie n'existe pas ou n'appartient à personne.

mercredi 28 octobre 2015

Le FN investit la salle de sport

Il y a quelque temps déjà j'avais surpris des remarques racistes, caricaturales à un point rarement atteint et sûrement très intéressantes d'un point de vue sociologiques. Mais les émetteurs de ces propos bêtes et méchants, ces sportifs en salle, n'avaient aucunement la volonté d'exprimer une opinion ou un message politique.
Aujourd'hui les faits ont pris un nouveau virage. Un espèce de cinglé comme on en rencontre dans les réunions FN est partie dans une fureur difficilement maîtrisée en réaction à la déclaration de Valls qui  annonçait qu'il ne laissera pas le FN arriver au pouvoir. La violence des propos était particulièrement saisissante. Ses flots d'insultes et de grossièretés arrivaient par vague. Cet abruti, profil type du militant FN, tout dans sa fureur ne pouvait imaginer d'être contrarié. Cet homme inculte et surtout d'une bêtise abyssale, plein de muscles et plein de vide dans le crâne, est prêt à une guerre civile si sa championne n'obtient pas le pouvoir qui lui est promis.
Il faut tout faire pour empêcher tout espoir politique à cet homme, tout faire pour lui faire comprendre que ses idées sont innommables, tout faire pour stopper la contagion d'idées malsaines....
Il n'est plus temps de se plaindre sur la réalité de la gauche d'aujourd'hui. La gauche a déçu, peut-être. Je ne le crois pas. Les querelles intestines sont suicidaires. Dans tous les cas, nous n'en sommes plus là.

mardi 27 octobre 2015

Le plombier polonais n aime plus l'Europe

Les prises de position des vainqueurs des dernières élections en Pologne rappellent curieusement celles du FN. Aussi démagogiques, un mélange de promesses qui se voudraient  de gauche, mais simplement populistes, et qui s'affirment de droite, et qui le sont vraiment. Finalement un peu plus modéré que le FN, c'est donc une droite populiste qui retrouve le pouvoir avec le survivant des frères Kaczynski. Avec ces euro sceptiques, un supplément de complexité à gérer pour l'allemande et un souci inattendu pour le russe, et un problème de plus pour le CE......
Dans le même temps, la courbe du chômage s'est mis à osciller favorablement, d'un niveau jamais atteint depuis 2007, année où Kaczynski justement quittait le pouvoir.....attendons le taux de chômage sens BIT de l'Insee ...avant de se réjouir ( ok ça n'a rien à voir et ça n'a l'air de rien mais ça confirmera juste la réélection de FH....je sais, c'est cruel surtout pour tous les cortoistes et quelques autres...)

jeudi 22 octobre 2015

La baudruche blonde se dégonfle

La super facho a donc peur de ne pas être à la hauteur face à ses contradicteurs. Ce en quoi elle a tout à fait raison.
Doublement d'ailleurs, car cela m'évitera de passer mon temps à zapper, pester et Twitter toute une partie de la soirée. Comme dans un moment d'attraction répulsion, j'aurais pu passer quelque temps à tenter d'apercevoir comment les animateurs et ses opposants se comportent. Refusant d'entendre ses arguments d'une bassesse abyssale j'aurais zapper, fuyant la méchanceté comme on fuit la peste. Ce changement de programme m'est donc bénéfique. Je crains qu'il le soit aussi pour son dessein. Le danger pourrait se résumer en quelques mots : moins on la voit plus on la croit. Moins on la voit face à ses mensonges révélés...plus elle espère gagner.
Finalement le choix pourrait se porter sur "la soupe aux choux" . Ils se dégonflent aussi mais ils sont moins vulgaires.

lundi 19 octobre 2015

L'ethnocentrisme sans égocentrisme

Le danger de l'universalisme est probablement l'ethnocentrisme. Comment appréhender le monde et sa diversité en s'affranchissant de sa propre culture, de son passé, de son histoire ? Les dés sont alors pipés. On ne peut être sur que les jugements que l'on porte soient purement objectifs. L'universalisme ne peut être complètement universel. C'est au mieux un ethnocentrisme plein de bons sentiments eux mêmes distillés par une histoire peu commune mais dans un espace commun....( faut bien s'amuser...)
Voilà pourquoi il pourrait être plus simple de prôner le multiculturalisme. D'autant plus qu'il peut prendre de multiple formes. Et pour cause, le multiculturalisme est multiple. Il peut être libéral, de gauche, égalitaire et je ne sais quoi encore....le multiculturalisme ne peut exister sans un autre concept politicosociologique qui complexifie un peu plus l'idée d'une société multiculturelle basée sur une culture dominante.
Finalement, on comprend mieux pourquoi le monoculturalisme a tant de succès. Le concept est plus simple. L'ethnocentrisme est assumé, un peu à l'image du colonialisme des siècles précédents. Le monoculturaliste est convaincu de sa supériorité culturelle, sociale, religieuse voire intellectuelle.
Tout ça me fait penser au maire biterrois....qui porte bien mal son nom, car s'il est roi, je vous laisse deviner de quoi .....

samedi 10 octobre 2015

Le réac n'est qu'un progressiste raté

Sans vouloir paraphraser une réflexion de Marcel Gauchet sur le réactionnaire et sa réalité, il m'est apparu important d'informer les reacs qu'à l'exception notoire de quelques uns, ils n'existent pas. Plus exactement, contrairement à ce qu'ils s'imaginent, ils ne sont pas réactionnaires.
Je sais, c'est extrêmement décevant d'avoir construit tout son système de pensée autour de l'illusion d'être un représentant de l'avenir de la France, un réac, bien de chez nous.
En réalité, cet intellectuel brillant ( pas le pseudo réac mais M. Gauchet) et admirable le précise parfaitement. Des conservateurs, il y en a peu. Des réactionnaires (définition : contrerévolutionnaires qui n'adhèrent pas aux valeurs de la démocratie ) il y en a encore moins, vraiment très très peu.
Nous sommes presque tous dans le camp du progrès mais certains possèdent un système d'alerte plus développé. En clair, certains aspects du progrès leur font peur. Ils se méfient et se pensent donc réacs.
Ben non, ils ne sont que des progressistes ratés.
Ce monde pourrait finalement aller mieux.

vendredi 9 octobre 2015

Contre toute logique

Que faire d'autre que rappeler une des missions de l'Insee ?
"Éclairer le débat public" : fournir des outils d'aide à la décision en participant largement à la diffusion de données statistiques.
MLP doit se demander, à quoi ça sert tout ça ? À un truc qui lui est bien étranger, c'est à dire à conforter la démocratie.
Alors oui, contre toute logique, la direction régionale de l'Insee Aquitaine Limousin et Poitou Charentes serait implantée à Poitiers, loin de la seule métropole de la région à deux heures de Bordeaux et à quatre heures d'une aire urbaine en plein essor économique, Bayonne. Il est encore temps de corriger cette erreur qui remettrait en cause toute la crédibilité, la légitimité et la pérennité de l' Insee en région


mercredi 7 octobre 2015

Une gifle hollandaise

Comment donner une leçon à une grosse blonde immonde en plein parlement européen ?
Oui, je sais, on a dit pas le physique.
Mais quand même, il y a une limite à tout. Elle respecte quoi cette v.... ?
Rien, en insultant la fonction présidentielle, elle insulte la France et les français devant toute l'Europe. Elle ne respecte même pas son père, pourtant elle lui doit tout ; même sa méchanceté qui plaît tant aux fachos et aux abrutis.
Sa présence est en elle-même déjà une injure à la France.
FH l'a renvoyé dans ses cordes avec les mots choisis.
C'est en effet une decliniste, une extrémiste et une anti-démocratique dans les gènes.
Connaît elle seulement la différence entre souveraineté et souverainisme ? Non trop fin pour elle. La souveraineté est aussi européenne. Le souverainisme est surtout nationaliste.
En espérant que les picards et les chtis ne vont pas hériter de cette obsolescence programmée vivante.
Avec elle, ce monde irait il mieux ?

jeudi 24 septembre 2015

Menaces sur la statistique publique aquitaine




Considérant que la réforme territoriale menace les intérêts de l’Insee à l'échelon local , et plus globalement sa mission de service public,  les agents de la Direction Régionale d’Aquitaine se sont regroupés en un collectif, le Collectif Insee Bordeaux.

Le Collectif Insee Bordeaux exprime son désaccord avec la déclinaison de la réforme territoriale pour les administrations de l’État. En effet, les réorganisations induites par cette réforme porteraient pour partie sur 5000 agents qui ont déjà beaucoup œuvré dans les années récentes à la mutualisation de leurs travaux et à la réorganisation des services (Centre statistique de Metz, DRs sites, DRs centres de services). Ces éléments nous paraissent nuire aux missions de service public de l'Institut. 

Notre directeur général s’est néanmoins associé à cette réforme en proposant le maintien des Directions régionales dans les chefs-lieux de région. Ce projet, dénoncé par les agents de l’Insee, a été également contrecarré par les décisions gouvernementales de fin juillet : trois directions régionales seraient éloignées de la Préfecture régionale, faisant ainsi passer l’Insee en administration de second plan.

Pour la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes (ALPC), la direction régionale serait implantée à Poitiers et toute l’action régionale  regroupée à Bordeaux. Le directeur régional se trouverait alors éloigné de son équipe d’action régionale, de même qu’il serait éloigné du préfet. Cette nouvelle feuille de route élaborée par le directeur général de l’Insee menace le maintien d’un service public de qualité. En effet, son plan initialse basait sur l’association d'un triumvirat composé du préfet, de l’action régionale Insee et du directeur régional de l’Insee, indispensable à une bonne intégration de l’Institut au sein des instances régionales et à sa proximité des acteurs publics locaux. 

Dans ce contexte, le collectif estime qu'il doit être force de proposition, sans ignorer le contexte politique et économique actuel (baisse des effectifs notamment).

C’est pourquoi il se positionne contre la décision d’implanter la future Direction Régionale d’ALPC ailleurs que dans la métropole et futur chef lieu de région, mais aussi plus globalement contre les directives des feuilles de routes du directeur général, qu'elles soient nationales ou locales. Ces dernières engendreraient une déstructuration des directions régionales actuelles. Le collectif propose alors une autre forme d’organisation.

À l’heure de la mutualisation de masse, le Collectif Insee Bordeaux n’imagine pas un scénario autre que la disparition à terme des sites qui ne seront pas direction régionale. Or, si le site bordelais venait à disparaître, la Direction Régionale d'ALPC se trouverait éloignée de la majeure partie de son territoire, compliquant les déplacements, la gestion des réseaux d’enquêteurs, les relations avec les partenaires et engendrant des coûts et du temps supplémentaires. Rappelons qu'avec plus de 84 000 km2, la nouvelle région représentera 15% du territoire métropolitain. Tous ces éléments vont dans le sens d’une perte de la qualité du service public. 
À terme, la grande métropole et cité économique qu’est Bordeaux serait privée d’une représentation de l’Insee alors même que le rôle de l’Institut est de mesurer l’activité économique et d’éclairer le débat public local.

Concernant l’organisation interne, il nous paraît dommageable en terme d’efficacité que des travaux réalisés sur le site bordelais (prix à la consommation, gestion du répertoire Sirene), qui ne sont pas représentés à Poitiers, soient pilotés par un comité de direction qui ne les connaît pas et n’a que peu de moyen de les suivre. 

Enfin, le seul point sur lequel le collectif rejoint les propos initiaux du directeur général est la nécessité d’une proximité d’une part entre le directeur régional et le préfet et d’autre part entre les équipes d’action régionale et les acteurs publics régionaux. Dans ce contexte, le collectif ne peut que souhaiter conserver une activité d’action régionale sur tous les sites, et plus généralement, une représentation des trois types d’activité (production, action régionale, fonctions support) sur chacun des sites.
La continuité de service de l’action régionale sur tous les sites se justifie par deux points : d’une part, certaines directions déconcentrées de l’État ne seraint pas non plus implantées au siège de la préfecture (Draaf à Limoges, Dreal à Poitiers) ; d’autre part, les réformes récentes ont réaffirmé la montée en puissance des départements et desinter-communalités. Comment centraliser une action régionale sur un seul site alors que le maillage et les missions dévolues à certains de nos partenaires se densifie par ailleurs ?

De même, la conservation des activités de production et de support ressources humaines sur chaque site nous paraît nécessaire pour garantir une diversitédes postes et des métiers, caution non seulement de l’attractivité d’un site mais aussi d’un vivier de compétences constantes, reconnu par nos pairs. En effet, la diversité des métiers à l’Insee, qui fait cohabiter des activités de production et de diffusion, est garante de la polyvalence et de la montée en compétence des agents. La proximité des études et de la production est une spécificité qui a fait jusqu’ici la réputation de qualité des travaux de l’Institut. Elle permet de tenir compte des limites des données dans les études, de répondre aux attentes des utilisateurs dans la production et d’enrichir les études des connaissances réelles de l’amont.

Le collectif s’inquiète de possibles regroupements d’activités de production qui seraient menés pour compenser les pertes d’effectifs générées par une concentration des activités d’action régionale, ce qui aboutira à terme à des spécialisations d’activité en fonction des sites. L’Insee a déjà fait par le passé la mauvaise expérience d’une trop forte mutualisation. Certaines activités, mutualisées et délocalisées, ont dû être relocalisées dans les établissements. 
De plus, la concentration des activités peut nuire à l’attractivité des sites et  entraîner une fuite du personnel, mettant à mal une politique de recrutement cohérente.

Le Collectif Insee Bordeaux est conscient du contexte social actuel ; ilouvert à des réorganisations cohérentes d’activités qui permettraient une meilleure efficience des travaux de l'Insee et qui tiendraient compte des politiques de contraction des effectifs à l'oeuvre depuis plusieurs années. Mais il  rappelle avec fermeté que son administration n’a pas à être utilisée à des fins d’aménagement du territoire.


Le Collectif Insee Bordeaux

lundi 21 septembre 2015

Tsipras, le pro des élections, mais pour quoi faire ?

Il est doué. Un charisme grec à toutes épreuves, il séduit, il ravit, on l'envie..oui, on l'envie partout en Europe, partout en France, partout dans le presse. Chacun trouve l'argument qui le rassure dans la victoire de Tsipras. Il devait gagner pour rassurer l'Europe, les banques, les grecs, les allemands, la droite, l'extrême droite, la gauche, la gauche radicale, l'extrême gauche, les américains..bref, à les lire ou les entendre, le monde entier est rassuré et satisfait de la victoire de Syrisa, enfin l'aile droite de la gauche radicale grecque.
Sa première annonce ne surprend finalement personne : il va constituer un gouvernement avec un parti souverainiste de droite !
Cet homme est un génie des élections et....
Il a mené en bateau toute l'Europe pendant six mois, refusant tout ..sur quoi il n'avait que le tort de ne pas réussir sa négociation. Puis après avoir gagner un référendum, il accepte toutes les contraintes d'une austérité extrême, à l'inverse du vote..il démissionne pour mieux être élu quelques semaines plus tard.
Ce copain de Poutine et de Mélenchon n'a pas d'équivalent en France. Nos politiques perdent toujours les élections d'après...
Les grecs sont désespérés mais ne vont ils pas en plus se faire...inespérance ou inespoir pour ces perdants de l'Europe

vendredi 18 septembre 2015

La colère des maires m'emmerde

Sont ils crédibles tous ces maires de droite qui se plaignent de la baisse des dotations de l'Etat ? Sont ils crédibles quand leurs mentors programment 100 ou 150 milliards d'économie sur le budget national et ne supportent pas les conséquences d'une economie du tiers ?
Ces maires, et ils ne sont pas tous de droite, organisent une action demain pour protester contre les décisions gouvernementales.
Dans le même temps, ils sont nombreux à avoir voté une augmentation de leurs indemnités ( plein d'exemples, ici en premier et pas une paille, plus 10 %...) . Dans le même temps, ils sont nombreux à protester contre la loi notre et plus généralement contre la réforme territoriale dont un des objectifs est de conforter les intercommunalites, favoriser les mutualisations et les délégations de compétences, sources d'économies importantes, en plus d'une élévation en compétence....
Finalement, ils redoutent de perdre leur petits pouvoirs de petits maires. Ont ils conscience de la situation ?
Ils sont pathétiques.

jeudi 17 septembre 2015

L'influence des blogueurs : un mythe ou une réalité

C'est une évidence les blogs sont influents, mais on pourrait s'interroger sur la progression ou non de cette influence qui reste modeste, toute chose égale par ailleurs.
Cette question revient souvent et elle est à nouveau d'actualité avec l'affaire DSK , le buzz de la comète, la brillante prestation de Romain Blachier sur Canal plus....
Pour tenter de rester pragmatique, il convient d'associer cette variable à celle de l'utisation d'Internet et de son taux de pénétration.
Pour celui qui lit en diagonale, DSK et pénétration , ça devient intéressant.
C'est justement ça la spécificité du blogueur. Il n'a pas besoin de faire la une, de scoop, ou de montrer qu'il est libre, et  plus que son concurrent. Il écrit tout ce qu'il veut, souvent mal, parfois super bien. Le populisme, il s'en fout, lui. Il est heureux quand il écrit, il est satisfait quand il est lu,   et puis c'est tout . S'amuser avec ses amis ou potes virtuels ou réels peut lui suffire.
 Pour revenir au taux de pénétration, il est déjà très haut (70 ou 80 %, je ne sais plus) mais sa marge de progression reste convenable. Celle de l'influence des blogs, c'est pareil. C'est la raison pour laquelle, les blogs de mode, ou dans un autre genre, de littérature, sont très influents. C'est aussi pourquoi, il n'est pas rare qu'aux États Unis lors d'une rencontre officieuse avec la presse, les politiques invitent des blogueurs. DSK a pu s'en inspirer.
Bien entendu, les blogueurs de gauche, à quelques exceptions près, sont largement les plus créatifs et potentiellement les plus influents ( et je suis objectif, non ?). Avec un sujet en béton pour les billets futurs , le retour de Dsk en politique pendant que FH stagne ( pour être aimable) par exemple, le nombre de  consultations va progresser. Et cela, seulement si ça leur fait plaisir.
Bloguer pourrait peut aider à faire que ce monde tourne mieux ?

lundi 14 septembre 2015

Les vieux démons des radicaux

Corbyn, le nouveau leader des travaillistes n'a, à priori, aucune chance de conquérir le pouvoir. Ses prises de position radicales,  démagogiques mais intéressantes sous de nombreux aspects, notamment économiques, sont noircies par ses soutiens à des associations musulmanes pas claires ( d'où la noirceur...). Mais il n'y a pas de quoi rire car à cela, on ajoute quelques opinions antisémites peu ambiguës et on obtient une caricature de représentant d'une soi disant gauche, radicale certainement. On imagine mal la gauche gagner en Angleterre.
Pourtant la gauche radicale a gagné ailleurs. Tsipras reste largement en tête des intentions de vote même si, à son tour, il a une opposition à sa gauche. Ce grec bien sympathique a lui aussi une face plus grise. . . Mais que fait il avec Poutine ?
En France, cette opposition soi disant de gauche s'est souvent illustrée par des prises de position faisant plus qu'effleurer l'antisémitisme notamment dans cadre du conflit israélo palestinien. Récemment un de ses leaders s'est montré à plusieurs reprises digne d'un antigermaniste primaire...
Tout ça n'est pas terrible mais il y a pire, encore qu'il n'y a pas de mesure dans l'ignominie ni dans l'abjection, l'horreur ou la puanteur. Et Bob Ménard est arrivé. Ce type est devenu fou, sa carrière passée le prouve. Mais dans sa démence, il reste dans la ligne de la tradition de l'extrême droite française.
Les démons des uns auraient ils parfois des points communs avec ceux des autres ?

samedi 12 septembre 2015

Confessions d'un never been


Non, il ne s'agit pas de Sarko, encore que, si ce n'était pas si poétique, on pourrait bien imaginer  qu'il a volé son âme à un clown...
Magnifique chanson que j'ai bien tort d'associer à l'ex, le plus grand menteur du siècle ..série en cours

jeudi 10 septembre 2015

Veau, veau, veau et con à la fois

Toutes choses égales par ailleurs, je suis satisfait de la conduite de mes contemporains sympathisants de  l'opposition, de la droite républicaine. Ils ont su déceler l'impossible martingale d'un homme dépourvu de toute vision politique. Ils préfèrent majoritairement Alain Juppé, un véritable homme d'état, de droite, humaniste, démocrate et républicain. Je ne partage pas la totalité de ses idées politiques, loin de là, notamment sur le plan économique et social. Mais il est intègre et brillant. Tout le contraire du chef de "les républicains". Ses propos sont de plus en plus incohérents. Ils ne ressemblent à rien. Les derniers relatifs aux réfugiés ne sont même plus risibles, ils sont pathétiques.
Comment NKM peut supporter ça ? Il est ringard, dépassé, démodé. J'arriverai même à imaginer que sans alternative à droite, la cata d'extrême droite serait inévitable.
Heureusement, c'est loin d'être le cas. Juppé et d'autres sont là, pas trop dans la surenchère, pour l'instant.
Juppé va donc gagner les primaires mais perdra au second tour, de peu, contre FH. Ouf !



mercredi 9 septembre 2015

L'actualité décodée mais musclée ou je croyais avoir tout entendu mais il y a toujours pire..

Le sport, c'est bon pour la santé, c'est indéniable. Le pratiquer en salle peut favoriser les liens sociaux, les échanges.....seulement l'adage " un esprit sain dans un corps sain " n'est plus valable aujourd'hui . La connerie occupe largement la tête des musclés comme malheureusement la majorité de nos contemporains.
Mais là, on atteignait des sommets. Peu surpris sur les remarques acerbes sur l'accueil des réfugiés et la soudaine compassion pour les sdf, je n'étais pas au bout de ma peine. Il s'en est suivi une discussion animée sur le sort qu'on devait réserver aux migrants. J'étais "heureusement" trop éloigné pour intervenir. De la solution soft, " il faut les empêcher de rentrer à tout prix" on est passé par "le mieux pour eux, c'est de mourir noyés", jusqu'à, "il faudrait les tirer comme des lapins"....je croyais être à l'abri d'autres remarques de super beaufs quand j'ai cru entendre "qu'il fallait quand même un peu d'humanité".
Ouf !
Mais je me suis réjouis un peu tôt car la discussion s'est orientée sur la proposition de réforme du code du travail. Et là, faisant le lien entre les deux sujets une remarque a fusé. "tout est calculé, l'accueil des migrants pour mieux détruire le code du travail et nous obliger à accepter n'importe quoi !" Génial.
Le sujet impôts a suivi...mais j'avais mon compte.
J'ai encore eu la confirmation que
Le monde ne va pas bien.

dimanche 6 septembre 2015

Partir, partir



"Partir", une chanson peut être moins adaptée à la situation qu'une autre, beaucoup plus récente, "réfugié" de 2005, de cet ambassadeur au HCR, mais je la préfère. A sa sortie, j'avais dans les vingt ans....ceci peut expliquer cela...
Et puis, "Partir avant qu'on meure", de ce monde qui ne va pas bien....

samedi 5 septembre 2015

Je croyais avoir tout lu mais il y a toujours pire

Les fachos, les reacs, les effrayés, les égoïstes reprochent à la gauche au sens large d'être pétri de bons sentiments. Ils ne mèneraient qu'à la disparition de nos sociétés. Certes, la solidarité, l'accueil, l'hospitalité, l'amour de son prochain, auraient dit certains, ne sont pas des postures ou des solutions de facilité.
Mais connaissez vous des sociétés heureuses et développées  dont les fondements reposent sur des mauvais sentiments ? Grâce à de mauvais sentiments nos sociétés survivraient et pourraient s'épanouir sereinement au milieu de la misère et la mort. Se protéger de tout, du passage des uns, de l arrivée des autres, serait l'idéal . Ils seraient musulmans, noirs, gris ou blancs sales, ils pourraient donc crever mais surtout loin de nous. Le français aurait trop peur de ces gens qu'il ne connaît pas. Au pire, ils pourraient nous voler ou nous transmettre des maladies inconnues et barbares, au mieux, ils pourraient nous piquer nos emplois et notre tranquillité.
Aucune société est fondée sur l'intolérance, aucune ne peut l'être sur un égoïsme aveugle.
Les hongrois ( tiens donc) sont à la tête de la bêtise européenne. Les socialistes français seraient seuls  à vouloir accueillir une part des réfugiés, mais simplement par stratégie électorale. Angela Merkel serait donc devenue socialiste, ou pire, sa volonté serait simplement d'améliorer la pauvreté du dynamisme démographique de l'Allemagne.
Certains exploitent des images aussi innommables qu'insupportables, d'autres vont chercher au plus profond d'eux mêmes les sentiments les plus bas.
Décidément, ce monde ne va pas bien.

dimanche 30 août 2015

Sur la route de... #RadioBlogueurs


Disque peu connu d'Alvin Lee, accompagné de Mylon Lefebvre. Je me souviens qu'à l'époque j'enviais leurs cheveux qu'ils arboraient avec fierté sur la pochette. Le disque n'est pas le meilleur de la décennie. Mylon n'a d'ailleurs pas fait une grande carrière ; il est devenu un rocker religieux, chrétien. Comme un rappeur musulman d'aujourd'hui ? J'aurais du me méfier. Mais quand on a dix sept ans.... De toutes façons on me l'a "emprunté"...alors, bonne route

samedi 29 août 2015

La nostalgie des années Jospin

L'etudiant Macron se souvient bien des années Jospin. Il n'a pas vingt ans quand Chirac décide de dissoudre l'assemblée nationale sous les conseils éclairés de deux des meilleurs premiers ministres de droite de la cinquième. Cette connerie permet l'arrivée au pouvoir de Jospin. Le jeune Macron observe tout ça un peu interloqué. Est ce que ça bouscule ses certitudes nées de ses brillantes études à science po ? Sûrement, mais il attendra de voir à l'œuvre le gouvernement Raffarin avant de prendre sa carte au PS.
Mais quel souvenir gardons nous des années Jospin ? Les 35 heures et l'euro. Rien qui enchante les foules reacs de droite ou de gauche aujourd'hui. Macron se souvient de tout précisément. Et je comprends que cela peut le rendre jaloux.
C'est en effet la plus belle période économique et sociale de la cinquième. La croissance ferait rêver n'importe qui, même l'Allemagne. Le nombre d'emplois créés dépasse souvent le million par an. L'augmentation du pouvoir d'achat est sensible, les impôts baissent, le déficit budgétaire est ridicule, c'est la seule période où le taux d'endettement baisse, même le chômage diminue, on parle du prochain plein emploi, et en plus on commence à travailler moins...Il y a de quoi être jaloux. Il est vrai que deux excellents ministres de l'économie se succèdent, DSK et Fabius....et la comparaison serait elle douloureuse ?
Alors il faut renier cette période et faire plaisir aux patrons dans le même temps.
La meilleure méthode pour désacraliser les années Jospin tout en rabaissant Aubry  : Critiquer une nouvelle fois ces trente cinq heures fantômes ....
Les français n'ont plus voulu de Jospin, ils ont préféré attendre l'arrivée de gens comme Macron, c'est con !
Ce monde ne va pas bien.

vendredi 28 août 2015

Ni Macron, ni Mélenchon, ni Hamon, ah bon !

Parfois j'aime à me définir comme un soc dem consensuel. En fait, non, avec les trois cités plus haut, je ne peux pas. Ne serais je qu'un socialiste parmi d'autres, con ...mais sensuel ...peut être encore quand même ?
Il est vrai que Mélenchon n'est plus au PS. On ne sait plus trop où il est. Il soutient Poutine, prône des solutions économiques du FN,  déteste les socialistes plus que Sarko....il est le nouveau Chevenement. Celui qui a fait perdre 10 ans à la gauche et Jospin au PS. Les communistes l'ont rejeté. Le Parti de gauche, où ce qu'il en reste, le surveille de loin en le laissant délirer. Par moment, il se prend pour Tsipras. Il pense qu'il peut gagner la Présidentielle. Preuve que sa dépression passagère n'est pas guérie.
Mais Macron fait tout pour faire oublier qu'il est au PS. Il copie Valls mais en mieux ou plutôt en pire. Comment un jeune homme aussi brillant peut s'embarquer dans des histoires pareilles ? 35 heures, un sujet qui aura duré vingt ans, au moins. Incroyable, cette mesure n'est plus que l'ombre d'elle même et on en parle encore. Beaucoup en rêvent toujours mais ne le connaîtront jamais. Finalement, les quatre heures de réduction du temps de travail ont été occupées à échanger sur les trente cinq heures à travailler.
J'ai entendu les commentaires d'un brillant jeune homme, responsable syndical au plus haut niveau, déclarer que Macron ne devrait parler du travail que lorsqu'il saura ce que c'est....c'est très con mais ce n'est pas faux...Connaît il le travail d'un ouvrier en usine ? Non, il n'en connaît que le bureau du patron.
J'aurais aimé conclure sur le cas Hamon mais compliqué de critiquer un homme qui paraît sympathique. Je ne le connais pas personnellement mais je sais qu'il fronde après avoir été ministre....c'est compliqué et ce n'est pas crédible...
Cela dit, il s'active avec Vive la Gauche et les frondeurs qui étaient réunis à Marennes. Ce n'est pas La Rochelle mais c'est tout comme.
Et là, j'arrête mes critiques car il y a beaucoup de gens que j'aime bien. Sans stratégie politicienne, ils cherchent des solutions pour demain...l'économie sociale et solidaire, l'ecosocialisme, le revenu de base, l'innovation sociale...pour faire en sorte qu'on ne puisse plus dire :
Ce monde ne va pas bien.

jeudi 27 août 2015

Incroyable : baisse des dépenses de retraite

Pendant que Sarko propose une nouvelle réforme des retraites, pendant que Juppé envisage un retour à 65 ans pour l'âge légal de départ en retraite, l'Insee nous apprend que les dépenses liées au vieillissement vont baisser sensiblement dans les années à venir. En clair, les différentes réformes passées vont produire leurs effets et le poids dans le PIB des dépenses de retraite vont se contracter. La France grâce aussi à son dynamisme démographique sera un des rares pays à connaître cette situation.
Le saviez vous ?
Toute nouvelle réforme liée aux retraites ne serait qu'idéologique et n'aurait aucun fondement économique, pourrait être même nuisible à la croissance.
Le travail des statisticiens est capital. Sa mission principale qu'on pourrait résumer à  "éclairer le débat public" est une nécessité.
Cette mission se décline en région. Je l'évoquais il y a quelques jours, certains semblent l'oublier ou l'ignorent. Il a été décidé que la plus vaste région de France aurait sa direction régionale de l'Insee à Poitiers. Bordeaux et sa métropole sont oubliées. Tout le monde s'en fout ....pour l'instant.
Alors le personnel s'organise, se mobilise. Ils créent un collectif. Il faut entrer dans l'action ..ou la réaction pour le coup. Ce collectif Insee Bordeaux serait il trop plein de bonnes intentions ? Trop gentil ?
Alors que défendre ? Annulation de la décision et tout faire pour une direction régionale à Bordeaux.
Oui mais, nos collègues de Poitiers, les pauvres. On gagnerait à leur dépens.
Deux directions régionales, une à Poitiers et une à Bordeaux ? sympa mais idiot.
Le statut Quo ? C'est vrai, la mise en place d'une réforme s'accompagne toujours d'une constante stabilité, c'est bien connu...
Peu importe, on va y arriver, surtout quand on sera moins gentil.
Désolé pour cet "enchâssement"..mais,
Ce monde ne va pas bien


dimanche 23 août 2015

Beaucoup trop d'années après



Une des plus belles guitares de blues, rock, Alvin Lee avec son homonyme le batteur Ric Lee...
HELP ME

lundi 17 août 2015

Les dommages collatéraux d'une réforme territoriale

La direction régionale de l'Insee à Bordeaux, c'est terminé. C'est la décision du conseil des ministres du 31 juillet. Poitiers a été préférée. Il semble nécessaire d'équilibrer les directions sur l'ensemble de ce nouveau vaste territoire regroupant l'Aquitaine, le Limousin et Poitou Charentes.
Cette nouvelle réforme ne peut générer la mobilité que d'un petit millier de fonctionnaire de l'état. Les quelques "statisticiens" Bordelais concernés ne pèsent vraiment pas lourd dans la balance d'une large réforme importante, particulièrement intéressante et courageuse sous certains aspects.
Seulement voilà, la décision écartant la métropole bordelaise de l'organisation territoriale de l'Insee est une ineptie. En effet, avec la direction régionale part le service le plus important, le service des études et de la diffusion. Ce service a en charge l'action régionale et sa première mission est de créer des outils d'aide à la décision. Sa cible: les acteurs publics régionaux et en premier lieu le Conseil Régional et toutes ses émanations, la Métropole et toutes ses problématiques puis tous les services de l'état, etc, etc.....C'est donc très con d'installer une direction importante à plus de 200 km de ses partenaires habituels les plus importants, c'est donc très con d'éloigner de plus de 400 km Pau et surtout Bayonne (et par la même occasion son Agence d'urbanisme) dont le développement économique paraît remarquable des services statistiques régionaux, c'est donc très con, au delà de problèmes humains bien futiles pour le citoyen lambda, de désorganiser un établissement régional qui a déjà subit beaucoup de décisions défavorables depuis dix ans.....
L'Insee dans son ensemble et Bordeaux en particulier avait déjà été victime du caprice d'un politique avec la création du centre de Metz, l'établissement Bordelais serait encore victime d'un autre caprice ?
Le premier sans aucun fondement pertinent fut l'œuvre d'un certain Sarkozy, le second aurait il pour origine la détermination d'une certaine Ségolène ?
Merci d'avance pour votre soutien.
Ce monde ne va pas bien.

lundi 13 juillet 2015

La tragi-comédie grecque ou tout ça pour ça

Dans cette histoire tous les rôles ont été parfaitement distribués. Je m'avancerais même à dire que la fin de cette tragi-comédie était déjà connue depuis de longs mois. On peut juste s'interroger sur les raisons pour lesquelles ils nous ont embringués dans leur histoire en faisant semblant d'y croire.
Car, tout de même, à quelques virgules près, l'accord si difficile est le même que celui qui aurait pu être obtenu il y a six mois. Sauf que la dette grecque est encore un peu plus lourde, que l'économie est au point mort et que la majorité des grecques est encore plus pauvre.
Mais pourquoi ont ils fait ça ?
Pas pour l'Europe, elle en sort un peu plus ridicule et un peu moins unie.
Pas pour l'euro, sa valeur ne dépend pas des malheurs d'un pays représentant moins de deux pour-cent  du PIB commun.
Pas pour les européens, pour la plupart, ils ne s'inquiétaient que de savoir s'ils allaient payer plus d'impôts.
Pas pour la croissance, cette plaisanterie risque de nous coûter quelques dixièmes de points difficilement acquis le trimestre précédent.
Pas pour s'assurer du remboursement de la dette grecque, tout le monde sait que c'est impossible. Il serait heureux néanmoins qu'elle n'augmente pas beaucoup plus, ce que leurs pérégrinations intellectuelles risquent pourtant d'avoir comme résultat.
Non rien de tout ça. C'était simplement pour faire de la politique. Certes d'un haut niveau mais cela n'empêche pas l'inefficacité voire l'incompétence.
Alors il y avait les méchants, les manipulateurs, les gentils et les très cons.
Les méchants, inutile d'insister, tout le monde sera d'accord : les créanciers et tout ça, et Merkel en reine des méchantes,.
Les manipulateurs étaient particulièrement nombreux mais les gentils aussi. Selon le moment, ils étaient les uns ou les autres. Tsipras fut magnifique. Car enfin, provoquer un demi séisme européen en  décidant la tenue d'un référendum, faire campagne pour le non et proposer les mêmes solutions juste après pour apparaître un peu plus comme une victime. C'était fort, mais inutile. Il aurait pu gagner un raidissement plus fort encore et surtout plus réel de l'Allemagne.
Dans les très cons, nous avons la droite française avec en tête Sarko qui n'en rate pas une, et Juppé qui pour une fois n'a pas été très inspiré. Pas loin derrière, nous apercevons Mélenchon, qui ferait mieux de retrouver son copain Poutine, ça nous ferait des vacances.
Finalement, personne n'a gagné, et les grecs sont pour le moins encore plus désemparés.
Ce monde ne va pas bien.

dimanche 5 juillet 2015

Le courage de dire non, vraiment ?

Au-delà des enjeux économiques, financiers et politiques, on peut noter qu'un peuple vient de dire non en disant oxi alors que la plupart des gens qui disent nein aurait préféré un nai pour un oui. Est ce que la langue influe sur la pensée ?
Du coup, ce oxi est peut être réellement un grand oui, à l'Europe ou à autre chose ...
Oxi ne veut pas être l'exit de l'euro. Ce n'est pas un nai au grexit mais un vrai nai à l'Europe. Le contraire du non français de 2005, pourtant soutenu par ceux qui n'ont pas voté oui.
De toutes façons, le non est devenu oui. Mais que deviendra l'oxi ?
On n'en sait rien. On sait juste que tous ces négociateurs ont perdu des mois pour rien. Pourtant le resultat n'y est pour rien.
La date buttoir du 30 juin est devenue le 20 juillet. Et celle du 20 juillet ? En attendant, les conditions de vie du peuple grec s'améliorent elles ? Oxi ?
Est il  courageux de dire non quand on ne connaît pas la question ? Bien sur que oxi.
Est ce une question de fierté ? Moi je dis oxi. Je crains plutôt qu'ils ont dit oxi car ils n'avaient plus rien a perdre comme l'alpiniste qui chute en entraînant toute la cordée.
Il est temps de faire preuve d'un peu d'humanité et de solidarité d'un côté et de modestie de l'autre.
Sinon on va continuer à jouer à qui perd perd ou à perdant perdant.
Ce monde ne va pas bien.

jeudi 2 juillet 2015

Le référent d'homme grec

La Grèce doit rester dans la zone euro ; c'est une question de survie pour la filière bovine française et particulièrement pour la région ALPC. Cette nouvelle région qui est devenue au détour d'une loi, la plus grande région agricole européenne ( en valeur) doit rayonner. 
Les enjeux économiques sont donc capitaux. Il faut aider la Grèce. Pas pour sauver l'Europe, pas pour  l'euro, pas pour améliorer les retraites grecques, ou abandonner enfin l'austérité....il faut aider la Grèce afin d'aider nos éleveurs afin de sauver une région à peine née. 
Ces grecs mangent donc beaucoup de bœuf mais n'en ont pas. Sans l'euro, leur future monnaie ne vaudra rien et ils ne pourront plus acheter de bœuf. Un drame, sauf pour l'environnement.
Rassurons nous, les bourses croient en un accord prochain. Et elles ont du nez....la crise de 2008....
Ce monde ne va pas bien. 

mardi 30 juin 2015

Le mystère Tsipras

Dans un premier temps, ce garçon m'agace. Je n'ai jamais apprécié les types qui jouent les costauds sans humilité en défiant la terre entière. Rouler des mécaniques comme le font ce cher Alexis et ses copains en is, ça fait un peu adolescents attardés, d'autant plus que tout cela est teinté d'une bonne dose d'hypocrisie.
Il n'en reste pas moins que l'on soit de droite, de gauche ou du centre, ce nouveau premier Ministre grec est fascinant. Il est courageux, fidèle à ses convictions, d'une ténacité hors du commun et doté des qualités de négociateur hors du commun. ( le coup du référendum au dernier moment, pourtant cela avait moyennement marché avec son prédécesseur socialiste)
Alors, on se dit qu'il doit avoir une faille : il a léché les bottes aux colonels, il était militant au PS local, il est l'ami d'un copain à Sarko, il a de l'argent en Suisse, il a fait ses études en France...
Non rien de tout ça, selon sa courte bio, il est clean, super clean, l'anti politicien à la française ( je plaisante, y en a des biens, enfin surtout à gauche). Certes il est issu d'une famille relativement bourgeoise mais depuis son éveil politique, il est à gauche et bien à gauche.
Alors si, il a quand même deux défauts, dont un difficile à comprendre pour un européen de l'ouest.
D'abord, il est jeune, vraiment trop jeune, c'est presque le Fabius grec....ensuite il est copain avec Poutine. Alors là, qu'en penser ? Si je m'écoutais, ce serait rédhibitoire à son endroit....mais je me retiens, ce type semble trop fort ou c'est le meilleur joueur de poker du monde.
Va t'on enfin connaître le dénouement de ce feuilleton dramatique de l'été ? Car j'aurais pu aussi titrer le mystère des dates buttoirs.
Va t'il sauver ses concitoyens de la précarité ou enfoncer son pays encore un peu plus dans la crise ?
En attendant, tout le monde joue à perdant perdant.
Ce monde ne va pas bien.

jeudi 25 juin 2015

Manifester quand on est de droite

Quand on est de droite, on manque cruellement d'une culture de base et pourtant essentielle : montrer publiquement son désaccord voire sa colère en manifestant le plus paisiblement possible.
Depuis 2012, les manifestants souvent à droite, très à droite nous affichent toute la violence qui est en eux.
Dans le passé, la gauche et l'extrême gauche ont aussi eu leurs manifs violentes. Elles avaient au moins l'excuse d'être constituées par des jeunes.
Cette fraîcheur ne peut être arborée par les derniers en date, les chauffeurs de taxi. Leur violence n'a d'égale que leur bêtise, et je crains beaucoup car cette dernière est souvent profonde. Ne s'exprimer que par des actes inqualifiables n'est finalement guère étonnant . Traditionnellement, ces gens n'ont jamais respecté un gouvernement de gauche. Les populistes souvent fascistes sont majoritaires en leur sein.
Pourtant, difficile de prendre partie sur le fond. Entre des abrutis violents incapables de s'adapter, défendant leur capital et outil de travail, et les nouveaux outils des nouveaux capitalistes ne respectant ni les gens ni les réglementations....entre les archaïques et les ultra libéraux,  impossible de choisir.
Après la manif pour tous, les agriculteurs, les bonnets rouges voici les chauffeurs de taxi...il paraît néanmoins que leur violence est exacerbée à cause du ramadam....si, si, selon un responsable des ...en colère....ça ne sera pas facile à Le Pen de soutenir ce mouvement dans son ensemble.
Ce monde ne va pas bien.

lundi 22 juin 2015

Les rediffusions de l'été : les aménités des regions

Le 3 juin 2014, j'évoquais la problématique de l'évolution du PIB par région. Rien d'extraordinaire, du classique. On pouvait se féliciter ou regretter que  certaines regions bénéficiaient d'une évolution favorable. Évidemment, l'île de France, l'Alsace ou Rhone Alpes marchaient plutôt pas mal mais il était intéressant de constater l'influence positive du littoral océanique. Un an après, la situation est identique, l'économie presentielle poursuit sa progression, on peut juste regretter un déficit dans les échanges commerciaux. Le vin se vendrait il moins ? ( faisons un effort)
Je profitais de ce billet pour regretter l'isolement de l'Aquitaine et l'intérêt pour la truculence du nouveau maire de Béziers.
Finalement, l'Aquitaine est devenue la plus vaste région française et presque européenne, et depuis ce pauvre  neofacho de Ménard a fait parler de lui lamentablement mais son influence ne semble pas faiblir.
Ce monde ne va pas bien.

samedi 20 juin 2015

L'incontinent et l'égoïsme du continent

Que sommes nous devenus pour refuser toute solidarité avec la misère extrême ?
Quelques dizaines de milliers de malheureux arrivent sur nos côtes, à nos fontieres et c'est la panique en Europe comme chez nos gouvernants.
Le FN aurait donc irradié à ce point les esprits, pour que l'arrivée de pauvres parmi les pauvres soit ressentie comme un drame majeur ?
On en est à parler de quotas afin d'équilibrer le poids d'une solidarité naturelle qui apparaît là comme un lourd tribut, presque insupportable.
Avons nous tous à l'esprit que dans le pire des cas, ces pauvres gens faisant preuve d'un courage impensable, prêts à mourir pour peut être survivre, ne représenteraient que 0,04 % de la population de l'union européenne par an ?
Comment pourrait on vivre longtemps en ignorant la misère extrême près de nous ?
Personne ne peut vivre riche et heureux pendant que les autres crèvent.
Il faut les aider ici, mais aussi là-bas bien sûr, avant qu'ils ne soient obligés de prendre la décision déchirante de quitter leur pays.
Je n'évoquerait pas toutes les solutions envisagées par certains politiques, plus cruelles ou idiotes les unes que les autres. Certains doivent avoir du mal à se regarder dans le miroir. Un des pires mais pas le pire, reste quand même le chef des répumachins pour ne pas dire des répugnants qui doit avoir bien des fuites mais au niveau de la boîte crânienne.....
Ce monde ne va pas bien.

mardi 12 mai 2015

Pourvu que les gens de droite ne le soient pas autant que lui !

Selon le principe de la pyramide inversée, il conviendrait que juste après le titre je formule le message principal. Pas facile.
Pas facile parce qu'après un titre aussi long et aussi con, comment enchaîner sans être trop direct ?
Ce titre est sûrement un des plus mauvais, mais autant il m'est aisé d'assumer un titre con autant j'ai beaucoup de retenues pour dire la même chose d'un President de la république même ancien, même si peu entré dans l'Histoire, qu'il en est déjà sorti.
Pourtant, j'ai honte.
Longtemps et même encore, j'ai cherché des excuses à mes contemporains d'avoir voté majoritairement pour cet homme. Ils n'avaient pas beaucoup le choix....c'est vrai qu'il est quand même doué pour la communication, c'est vrai qu'il bouge tout le temps, il doit bien être énergique et dynamiser un peu ses équipes....
Non, rien de tout ça est vrai, rien ne peut justifier l'égarement d'une majorité.
Ils se sont trompés. Ils ont voté pour un .... Mais vraiment.
Son tweet ridicule...sa charge contre la réforme du collège, inappropriée, racoleuse ( de vieux reacs), idiote, indigne d'un ex.....bref j'ai honte pour lui. Quand je l'entends, j'éprouve une gêne. Tous ces propos tombent à plat....obligé de zapper...
Je ne veux pas croire qu'une majorité de gens de droite ne le voit pas.
Pourtant, objectivement, FH aurait dans le cas contraire toutes les chances d'être réélu..

samedi 9 mai 2015

Le socialiste, ce has-been

Qui sont les nouveaux ringards ?
Quelle est la politique la plus désuète ?
Quel parti est bientôt obsolète ?
Quel est l'oxymore le plus connu ?
Avec ce qu'on lit ici ou là, avec ce qu'on entend à droite à gauche, les réponses à ces questions deviennent tout d'un coup évidentes.

Les nouveaux ringards, c'est simple, ce sont les socialistes, surtout la part qui, si l'on entend bien la vox populi, soutient encore le gouvernement. Ces gens n'ont rien compris à la société, aux besoins de l'être humain, ils sont déconnectés de tout et n'apportent rien.
Évidemment, cela mérite quand même deux minutes de réflexion, mais le contraire est tellement évident qui n'est nul besoin d'en faire la démonstration. Sans eux le vingtième siècle et même l'actuel ne seraient rien. Je ne parle pas seulement des avancées sociales, la liste est trop longue. Je pense surtout aux progrès en matière de paix, humanisme, conditions de vie, solidarité entre les les états et entre les générations, laïcité, démocratie, économie, liberté d'expression....
Encore pire, les socialistes pro gouvernementaux. Ils ne seraient pas ou plus de gauche. Les socio libéraux seraient  des horribles fachos et la social-démocratie, c'est caca. Il est exact que rien est parfait à l'image du reste de la société, mais les réformes et les actions gouvernementales sont nombreuses et toujours orientées dans un sens : plus d'emploi, plus de justice, plus d'éducation....pour s'en convaincre il suffit de prendre ou reprendre connaissance de tout ce qu'il a été réalisé en trois ans. Objectivement, il n'y a pas beaucoup d'inspiration de droite la dedans.
La politique la plus désuète serait donc le socialisme, puisque les résultats ne sont pas la. Il est vrai qu'aujourd'hui ils vont dans le bon sens mais restent encore timides. Cette fameuse courbe du chômage plombe tout. Cela dit, les dix années précédentes n'ont pas été plus brillantes. Pour enfin
observer des bons résultats, il faut revenir à une période antérieure. Justement celle de Jospin dont certains estimaient qu'il n'était pas assez à gauche et ont réussi l'exploit de nous priver d'un excellent homme d'Etat.
Le futur parti obsolète qui devrait succéder à l'UMP serait donc le PS. Seulement, chaque décennie nous assistons à l'effondrement du parti des conservateurs. Il change de nom comme d'idées alors que le PS est toujours là avec une réelle volonté de progresser encore, qu'on signe la Motion A ou B....
La victoire socialiste sera, si les soutiens des premières heures arrêtent de snober, caricaturer et critiquer le travail du gouvernement sans retenue. Valls n'est pas le plus à gauche du monde mais il n'est pas tout le gouvernement. Après le congrès, pour éviter la cata d'un retour d'une droite bête et revancharde, il faudra se rassembler, arrêter la critique idéologique et revenir à un peu plus de pragmatisme.

mardi 5 mai 2015

Le FN a du génie ....mais sans bouillir

Les responsables de la communication au FN sont particulièrement bons. Cela pourrait confirmer qu'ils viennent de l'équipe Sarko 2007. Mêmes idees, mêmes stratégies, mêmes résultats.
Les idées, on les connaît, toujours plus à droite que la droite.
La strategie : déclencher des affaires tous les jours coûte que coûte.
Les résultats : saturation du monde médiatique afin de ne laisser aucun espace aux adversaires.

Sans être exhaustif, depuis le début de l'année, on peut citer :
Un programme complètement idiot compose des idées les plus ringardes de la gauche conservatrice et les plus caricaturales de la droite fasciste. Appliquées, la France serait sur le carreau en moins de six mois.
Réussir à obtenir 25 % des voix avec plus de la moitié de candidats factices.
Avoir à sa direction un homosexuel qui souffre d'homophobie dans le parti le plus homophobe de France et peut être d'Europe (encore qu'avec les hongrois et les néerlandais, je me méfie) et faire le buzz...
Laisser le patriarche répéter les fondements de son idéologie et le désavouer dans un feuilleton ( une série) de plusieurs semaines où justement tous les ingrédients nécessaires au succès télégénique sont présents. La deuxième série va suivre sur le thème de la réconciliation . La troisième est en préparation, son thème,  la guerre entre une tante vieillissante et alcoolique et sa nièce plutot pas mal mais néonazie.
Organiser un 1er mai du tonnerre de Dieu avec bastonnade de journalistes, non respect de la propriété privée, violence sur femmes dénudées, provocation du patriarche fou et pour finir, un discours de la fille indigne anti républicain à souhait.
Enfin, et nous sommes que le 5 mai, création d'un fichier innommable à la manière des meilleures heures vichystes par un des rares maires de ville FN, ce qui devrait occuper les médias encore quelques jours...

Fallait le faire...

Ce qui est rassurant, c'est qu'à force de saturer les médias, ils vont aussi saturer une bonne part de leurs électeurs

lundi 4 mai 2015

L'intellectuel se perd

On pouvait entendre que les intellectuels étaient trop souvent absents des grands débats. Ils n'étaient pas là pour nous éclairer, nous aider à reflechir aux différents problèmes qui secouent notre société.
On pouvait considérer en effet qu'ils n'étaient pas très présents même dans des débats récents pourtant institutionnalisés par le pouvoir en place. 
On se souvient de la question de l'identité lancée par Sarko et repris par pas grand monde qui mérite le qualificatif d'intellectuel. La conséquence fut l'échec total de la démarche. Ce qui m'a bien convenu, il faut l'avouer.
D'autres questions majeurs ont du  se poser mais s'il y en a une qui pollue vraiment tout en ce moment, c'est bien la question religieuse.
Que l'on soit de droite ou de gauche, on est bien dans la merde avec l'islamisation d'un coté, le terrorisme aveugle et la folie meurtrière d'assassins qui se disent musulmans de l'autre.
Les politiques au pouvoir font ce qu'ils peuvent et ils le font bien, même si on peut chercher ici ou là des poils sur les œufs à propos d'une loi qui serait liberticide. Il est vrai que la liberté est un droit mais pour en jouir il vaut mieux être vivant. Je crois qu'il y a des moments où la fin justifie les moyens. 
Je concède que ma position est affirmée parce que je suis convaincu qu'un parti fasciste du type FN n'a aucune chance d'arriver au pouvoir....et d'en user à mauvais escient.
Donc pour cette question religieuse, nous avons bien besoin d'éclairage d'intellectuels.
Et bien on est servi.
D'un côté, nous avons Emmanuel Todd qui, d'après ce que j'ai entendu et lu (pas encore son livre...) a eu honte d'être francais le 11 janvier. Les hordes de petits bourgeois se mobilisant contre l'ignominie, la cruauté des terroristes, l'antisémitisme et pour la liberté d'expression, lui ont paru insupportables. Selon lui, les pauvres, musulmans ou pas, se sont sentis exclus de ce mouvement d'entre soi. 
Bon. On peut s'interroger sur deux trois trucs en effet. La réponse des politiques plaçant l'éducation au centre du problème soulevé m'a semblé adéquat.
De l'autre, nous avons Caroline Fourest. Accusée parfois à tort d'islamophobe, il faut admettre que son courage est admirable. De plus, je suis très souvent d'accord avec ses thèses et ses combats. Bref, tout irait pour le mieux si elle prenait la précaution d'éviter de participer à des émissions TV et ainsi risquer de perdre son calme et un peu de sa crédibilité.
Donc on est pas vraiment aidé. Il va falloir se fader Finkie, Onfray ou Debray....
Ils ont bien tous des bons côtés mais ça ne sera pas simple...

samedi 2 mai 2015

Le jour où elles porteront des jupes trop courtes !

Il y a quelques années j'avais été surpris, amusé mais aussi interloqué en lisant un article du règlement du collège de mon fils (qui vient d'avoir trente et un ans) précisant que le port de string apparent était naturellement interdit. Je synthétise mais l'idée était celle-ci. Le string visible entre le pull très court et la jupe très basse et tout aussi courte n'était pas toléré et susceptible d'un renvoi.
Il y a presque vingt ans nous ignorions notre bonheur d'être obligé de faire respecter quelques règles simples de vie en communauté.
Cela était sûrement ostensible et non ostentatoire. En tous cas, cela n'avait qu'un objectif bête et vulgaire, se faire remarquer notamment de la gente masculine et de bien piètre manière. C'est amusant car à cette époque les femmes qui portaient des strings étaient considérées pour le moins comme des femmes libérées Ne craignant pas de subir une ficelle bien mal foutue dans la raie la plus longue de leur anatomie. Il n'était là pas question de fédérer quoi que ce soit ou de créer une secte.
Il est finalement dommage que nous n'ayons pas eu le réflexe de créer la religion du slip court. Finalement, c'est une affaire privée qui n'entrave pas la liberté des autres. En respectant un minimum de garanties citées plus haut, ce n'est vu pas personne, ça n'influence et ne perturbe personne.
Au contraire de la jupe trop longue qui lorsque qu'on enlève le voile rappelle encore astucieusement son identité religieuse.
Sans réaction, il était prévisible que les jupes longues envahissent les collèges et les lycées dans les mois à venir car il est important de prouver qu'on est une " bonne musulmane". Cela aurait pu s'assimiler à des provocations d'adolescentes pas finies comme le string. Seulement le message insidieusement soutenu par les adultes coreligionnaires n'est pas un enfantillage.
Tout cela est grotesque. Cela dit, ce ne serait pas simple d'imposer la jupe courte.
C'est idiot mais la question de l'uniforme du collégien pourrait être à nouveau posée. Ce qui nous ferait reculer d'un bon demi siècle.
L'affaire est sérieuse car seule l'éducation est de nature à participer au recul de l'influence des religions dans une société qui prône la liberté et l'égalité...et en plus c'est très laid cette jupe...


mercredi 29 avril 2015

La panne

Tout le monde se moque deja. Une panne, ça n'arrive à personne, ou alors on se tait.
Pourquoi avouer fait aussi ridicule ?
Pourtant, quel est l'homme, le blogueur à qui ce n'est arrivé ?
Dépassé un certain âge cela ne peut être évité. La vie épuise et tout se vide. Le désir et l'envie comme le reste. Mais comme on se sent penaud, idiot et honteux dans le regard de l'autre, dans le regard des autres.
Après tout ce n'est pas grave. On doit se foutre de tout. Plus aucun sujet n'a d'intérêt.
Plus exactement, rien ne déclenche l'envie.
Il est vrai qu'écrire un billet qui n'a aucun intérêt sur un sujet dont tout le monde se fout n'est pas particulièrement motivant. Et puis les jours passent et on reste en panne. Tant mieux pour mes lecteurs obligés, tant pis pour les autres.
Un de mes commentateurs avisés m'avait averti : ce blog partait à vau-l'eau .
Il avait raison. La panne guettait.
Sans celle-ci, j'aurais pu vous dire que l'économie va mieux selon l'Insee, selon les ménages,  mais pourquoi la bourse chute lourdement, que la réforme du collège est bien indispensable, que je préfère la Motion A, que l'horreur est partout et les Népalais ont tort de se noyer car la Méditerranée tremble, qu'il faut prier pour éviter une réplique en Indonésie, mais enfin cette fin de mois d'avril est bien fraîche et instable....

jeudi 23 avril 2015

Les belles régions

Ces nouvelles régions ont tout pour plaire.
Elles peuvent retrouver leur identité, la Normandie enfin réunie.
Elles peuvent s'unir sans même légiférer. La Bourgogne  à la Franche Comté, la cancoillotte au jambon persillé, un Nuits Saint Georges à un vin du Jura...
Elles peuvent constituer une des plus grandes régions européennes, la plus grand région agricole d'Europe, de la superficie de l'Autriche,  qui se nomme déjà l'ALPC et deviendra la région la plus attractive d'Europe avec sa voisine...
Elles peuvent aussi afficher un réel rééquilibrage des PIB régionaux...
Mais surtout elles peuvent nous permettre de continuer à nous amuser des joutes électorales à venir.
Une sera particulièrement intéressante à suivre : PACA. On aura du mal à ne pas se moquer, et le PS aura du mal à ne pas la gagner ( mais on peut s'attendre à tout). On ne connaît pas encore la tête de liste socialiste mais on sait déjà qu'une Le Pen sera opposée à Estrosi. Ça va voler très haut.
Comme aurait dit un ami de ce dernier, " il y a de quoi en perdre la tête !"
Inutile de rappeler son nom ( de l'ami), son histoire reste comme un choc majeur de l'année passée, et cela est beaucoup moins marrant...
Mais qui est ce ?

lundi 20 avril 2015

Mais on vous aime bien mes petits cocos !

Les communistes sont particulièrement susceptibles. A croire que les années 70 sont symboliques.
Il est vrai qu'à cette période ils faisaient des scores très intéressants lors des différentes élections. Il n'est pas rare que le PC dépassait le PS qui, sans Mitterrand, aurait pu sombrer au cours de cette décennie. Les communistes étaient à l'apogée de leur pouvoir d'influence et pour eux ce fut le début de la fin.
Ils avaient fort à faire. Coincé entre une extrême gauche (les gauchistes, hein, les vrais) puissante et un PS renaissant. Le PSU n'avait d'ailleurs pas résisté à cette concurrence multiple. Il s'est éteint bien avant le PC en nous léguant quand même Michel Rocard puis Huguette Bouchardeau qui fit un score mémorable lors de sa candidature à l'élection présidentielle de 1981 (guère plus de 1 %). Son programme était  merveilleux. Le PC de l'époque semblait bien timide et déjà ringardisé. Les propos et la vision de la société de cette future Ministre m'avaient séduit ; j'avais donc voté pour elle. C'était une époque bénie où l'on pouvait se permettre quelques fantaisies au premier tour même pour une élection capitale. Le Pen existait à peine. Il avait auparavant accompagné les populistes de la fin des années cinquante. Tout le monde savait qu'il était fasciste, et à l'époque, on était certain qu'il ne passerait pas (le fascisme)
Et puis, curieusement, plus le PC baissait, plus le FN montait et cela presque mathématiquement jusqu'à encore il y a une dizaine d'années.
Les Le Pen ont compris qu'il convenait de draguer à gauche avec des slogans bien populaires sans perdre leur fonds de commerce pour enfin gagner et jouer à qui perd perd. Bien entendu, ils détestent toujours les étrangers et méprisent les pauvres mais ont un programme complètement archaïque très proche en effet des communistes de l'époque. En réalité, cela est plutot bon signe quand on regarde ce que ces derniers sont devenus par la suite.
Alors, j'ai toujours beaucoup d'admiration pour les communistes d'aujourd'hui, qui auraient du changer cent fois de nom, mais qui ont des convictions d'une force impressionnante. Ils sont particulièrement touchants et méritent le respect de par leur désintéressement et leur abnégation.
Néanmoins, il convient de leur rappeler quelques petits "détails". Je me contenterai de deux : au cours de cette fameuse décennie, ils soutenaient la plupart du temps la politique du grand frère russe ou de l'aîné des Castro sans beaucoup sourciller ; ensuite, il faut se souvenir comment ils ont traité Mitterrand au cours de la décennie suivante.....par ailleurs, leurs positions sur Israël étaient guère mieux...
Bref, on aime bien nos amis communistes mais qu'ils ne renoncent à un peu d'humour, à un peu d'autodérision ...Ceux d'hier ne sont plus ceux d'aujourd'hui.
Et puis, en s'alliant avec Mélenchon, ils ont renoncé à tellement de choses ....jusqu'à accepter qu'il soutienne Poutine...

dimanche 19 avril 2015

Il a plu

Il a beaucoup plu en ce début de quinquennat. Toute cette pluie devenait le symbole d'un naufrage politique. C'était attendu, mais FH a beaucoup déçu.
Aujôurd'hui l'avenir semble plus radieux. Des résultats économiques favorables, une maîtrise des dossiers, tout est en place pour un tournant...
Pourtant, rien ne lui sera épargné. L'esprit Charlie s'est évaporé. On lui reproche déjà une loi liberticide. On a oublié que depuis le 11 janvier, plus rien ne sera comme avant. Les démocraties ne peuvent plus tendre la joue pour subir de nouvelles atrocités. Les bourreaux doivent bien s'amuser. Voir ainsi se démener de potentielles futures victimes pour défendre la liberté de tuer en bande organisée.
FH l'a annoncé, il saisira le conseil constitutionnel. C'est inédit. Chacun devra prendre ses responsabilités.
FH a été très bon aujourd'hui. Il a plu, vraiment.

mercredi 15 avril 2015

Comme un oiseau sans aile

Je me suis inscrit très récemment à Twitter. C'est facile rapide et j'ai été "accueilli" gentiment par quelques blogueurs bien connus.
Et puis voilà .
Que puis je bien faire de ce machin ?
D'abord lire les tweets des autres. C'est vrai, cela peut être amusant, informatif, instructif mais souvent bien énigmatique.
Un problème : mais y en a plein !
Je ne passe pas mon temps à regarder mon téléphone ; Mon iPad  ne me suit pas partout.
Il est vrai que je ne suis pas obligé de tout lire ....mais je pourrais tweeter.
Alors, j'ai vérifié, c'est bien un verbe. Je tweete, tu tweetes, il tweete....(oui il, j'ai le sentiment qu'il y a plus de il que de elle), nous tweetons. ...Je sais ça fait un peu vieux con.
Néanmoins, quoi tweeter ?
Aujourd'hui, j'aurais pu parler de la prédiction de Hamon pour 2017. Hollande n'y sera pas. Mais comment le dire sans laisse penser que je n'apprécie pas Hamon ? Il est dans un processus congrèsien et il n'est pas le seul à dire des conneries et en plus à le faire savoir...
J'aurais pu parler de Charb...vaudrait mieux que je le lise un peu même pour une centaine de malheureux caractères.
...ou évoquer le futur nom de l'UMP...c'est très con ....et que dire...
Tant pis, j'ai peu de temps, le cerveau embrumé, marre de réfléchir à la problématique des mobilités professionnelles ( si vous avez des idées ) et comme la chanson de Couture, "oh il fait lourd"

vendredi 10 avril 2015

Aubry, elle, n'a pas tué le père !

La solution de facilité aurait été de prendre la tête des frondeurs. Elle n'en a rien fait. Elle a choisi de travailler avec, au lieu de s'opposer. L'affichage, la communication stérile, le pouvoir pour le pouvoir... Des stratégies d'un autre âge. Elle reste dans la ligne de Hollande, lui même dans celle de Delors.
Le contraire de l'autre qui est prête à tout pour garder l'espoir de conquérir le pouvoir.
Pourtant son père n'a pas changé le moins du monde de ligne politique depuis quarante ans, pourtant le FN n'a pas fait évoluer ses idéaux et les fondements de sa stratégie politique, pourtant les électeurs historiques sont majoritairement de l'avis du vieux sans l'ombre d'un doute....la base, les militants de cette organisation sont en phase avec les déclarations du vieux depuis toujours. Elle le sait. Elle s'en fout. Elle préfère afficher des mensonges grotesques pour continuer d'espérer. Elle préfère renier le père à qui elle doit tout, plutôt qu'assumer un tant soit peu sa ligne politique. Bien entendu, je me fous de ce vieux fou, raciste et fasciste mais cela dénote une fois de plus l'état d'esprit de cette femme d'une ambition sans nom. Définitivement, le pouvoir lui échappera. C'est heureux, comme elle l'a trahit son père, elle trahirait la France et les français.

mardi 7 avril 2015

Suicide politique ou suicide tout court

Pas facile de rebondir après la grande fête des départementales ( fête qui a lieu presque exclusivement dans le sud ouest), pas facile de s'extasier sur telle ou telle commémoration, pas facile de mettre en avant un projet de loi, pas facile de commenter l'actualité peu propice aux commentaires, pas facile d'écrire n'importe quoi comme dans le blog de n'importe qui...
Qu'importe,  j'aurais pu évoquer la super proposition de Boubakeur qui ne sait vraiment pas quoi dire pour se rendre intéressant. Doubler le nombre de mosquées. Voilà une idée qui va plaire au plus grand nombre. On sent bien qu'elle va fédérer le peuple francais. Sur le coup, la chance nous a souri ; il aurait pu déclamer son idiotie avant les élections. Les 30 % des autres auraient alors pu être atteints voire dépassés...plutôt que doubler les mosquées, il serait préférable de rendre présentables celles qui existent deja...et attendre que la ferveur religieuse des musulmans s'éteignent peu à peu, comme ailleurs. Le congrès du Bourget etait une trop belle occasion pour montrer qu'il existe encore...pas de chance pour Boubakeur, chacune de ses sorties tombe à plat.
J'aurais pu évoquer des questions internationales : l'accord prochain avec l'Iran ( très bien pour ce peuple, on verra pour la région ), le nouveau renoncement des grecs qui affirment une nouvelle fois leur volonté de rester dans la zone euro et assument leur responsabilité financière ( c'est heureux même si cela ne fait pas plaisir à Mélenchon),  les horreurs en Afrique....
Par contre, comment pourrais je évoquer le suicide d'un homme ? Je ne connais rien à cette histoire ; aucune idée des faits qui lui seraient reprochés. C'est d'ailleurs un comble. S'en est presque grotesque.
Se suicider car son honneur est bafouée alors que tout le monde ou presque ignore de quoi il s'agit ...
Peu importe, tout cela est bien triste.
Ce qui l'est moins, c'est le suicide politique du créateur du FN. Il vient dans un interview haut en couleur rappeler les fondements de sa pensée en même temps que ceux du FN. Il faut bien avouer que c'est très réjouissant d'entendre ce qu'on peut encore appeler un homme politique déballer toutes ses idées sans le plus mince début de langue de bois. Sans aucune retenue, il dit tout. Il est sa propre caricature. Et à son âge, il a bien raison de répéter qui il est vraiment, c'est à dire un fasciste raciste sans l'ombre d'un remord. A sa décharge, il faut bien reconnaître qu'il ne s'est guère caché tout au long de sa vie. Je ne vais pas détailler et je vous laisse le soin de vous faire une opinion ( et encore il n'a pas tout dit...) . En gros, il aime Pétain, Poutine et les blancs....et les français mais quand ils le sont depuis des centaines d'années.
Bien dommage qu'il ne se soit pas mis en scène deux ou trois semaines plus tôt.

vendredi 3 avril 2015

Je crois, tu crois, il croit...

L'Insee prévoit 1,1 % de croissance en 2015. C'est en soi une excellente nouvelle (sauf peut être pour la planète) mais cela ne devrait pas suffire pour réduire le chômage.
Le contexte économique et les mesures gouvernementales devraient objectivement permettre une croissance bien supérieure.
Alors la faute à qui ?
La frilosité des entrepreneurs est indiscutable. Gattaz peut fanfaronner. Il a tout obtenu. On va les aider encore à s'enrichir en espérant qu'ils acceptent de recruter afin de leur permettre de s'enrichir un peu plus. Difficile de comprendre comment ils peuvent renoncer à investir dans une conjoncture aussi favorable. Tellement bien que les experts de l'Insee s'interrogent (en creux) sur la fiabilité de leur indice. L'investissement doit repartir ; mais non, " on est pas encore assez confiant, on se retient". Les marges sont désormais meilleures que les allemands, mais non, pas encore...
Il paraît qu'être entrepreneur c'est investir, prendre des risques....peut être, à l'exception des amis de Gattaz.
Il est vrai que depuis plusieurs mois leurs copains de droite leur ont tout annoncé, mais rien n'est arrivé. FH devait démissionner, dissoudre l'assemblée, le franc devait faire son retour, les différentes lois sur les régionales, sur l'économie ne seraient pas votées, le déficit allait se creuser (il se réduit de 10 %)....etc
Comment leur dire que leurs copains de droite sont nuls et ne font que de la politique de bas étage.
FH a annoncé une série de mesures qui ne peut que favoriser l'investissement sans prise de risque.
Certains passent leur temps chez les juges, d'autres bossent pour l'intérêt général....
Et Gattaz, son pin's "un million d'emplois", où peut il se le mettre ?

lundi 30 mars 2015

Zéro, zéro, zéro, zéro...

C'était la chanson des bidasses qui terminait leur service national, militaire précisément. Le décompte des jours en uniforme qui commençait souvent à cent, se terminait enfin. On ignorait que cette période de notre vie comporterait des souvenirs inoubliables et même agréablement inoubliable.
Ce refrain inconnu des jeunes et même des moins jeunes d'aujourd'hui, pourrait être repris en cœur par les dirigeants du front national. On annonçait trois départements au minimum, certains en prévoyaient une dizaine. Ce sera zéro.
Dans cette soirée douloureuse à l'échelon national., c'est une compensation presque inespérée.
A celà, s'ajoute une formidable victoire sur le canton du binôme socialiste, dont la conseillère sortante avec un score a faire pâlir de jalousie la municipalité de droite. Ce qui confirme que le maire est là, un peu par hasard. Et le hasard fait parfois mal les choses....
Enfin, une trentaine de départements perdus, c'est grave, tres grave, certes.  Mais il fallait les avoir conquis avant de les perdre ! .
Au fait, n'est ce pas qu'une élection locale ? Je crains donc que demain rien ne change. Mais, au fond, le faudrait il ?

dimanche 29 mars 2015

La réserve

Départementales : Altkirch, le canton où la gauche n’existe pas
http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/elections-departementales-2015/20150326.OBS5685/departementales-altkirch-le-canton-ou-la-gauche-n-existe-pas.html


On ne savait quoi faire des abrutis de la république. On les a regroupé dans ce canton.
On est tranquille. Ils jouent aux cow-boys et aux indiens. Ils rêvent à des trucs d'abrutis. Les plus à gauche sont à droite de la tendance Sarko.
Il sont à la fois influencés par la Suisse et sa neutralité islamophobe, l'Allemagne et son passé nazi, leur peur de tout et leur tête de... ( non pas le physique), leur ignorance et leur méchanceté cultivée.
Il ne faut surtout pas que ce canton devienne un précurseur destructeur de la république. Il est déjà la honte de la France.
On peut imaginer ou rêver que certains blogs et leurs commentateurs puissent s'y domicilier définitivement.

Surtout n'oubliez pas de voter, à gauche de préférence.

vendredi 27 mars 2015

Les pauvres


La droite en campagne sur le canton a été victime d'une grosse désillusion dimanche dernier. Seulement 24 % contre 40 % pour le binôme socialiste.
Ils y croient encore. Comment le leur reprocher ? Après tout rien est encore perdu.
Leur nouveau mot d'ordre : " c'est Villenave d'Ornon avant tout ! " ou " votez pour l'avenir de Villenave d'Ornon "
C'est beau. C'est grand. C'est mobilisateur.
Seulement le canton est composé de deux communes. C'est ballot hein ! là je crains que....

mardi 24 mars 2015

Les socialistes girondins surfent sur la rive gauche

Les girondins socialistes, contrairement à leurs glorieux "ancêtres ", affichent depuis plusieurs mois des positions plus à gauche que le pouvoir central.
Ils naviguent sur la vague "vive la gauche", soutiennent largement les frondeurs, critiquent souvent franchement le gouvernement ou la vallsination des esprits, et ça leur réussit.
Moi qui suis plutot un légaliste, un girondin à l'ancienne, je me félicite pourtant de leur succès qui reste à confirmer.
Mais quand même, réaliser un score de 40 % sur un canton dont la ville principale est gérée par la droite depuis 20 ans, c'est remarquable dans le contexte actuel. D'autant plus que le Front de Gauche atteint 15 % et l'autre front presque 20.
Evidemment, les qualités de la conseillère générale sortante d'une grande partie du canton constituent  les fondements de ce succès qui se profile.

dimanche 22 mars 2015

Valls a fait le lit de Sarko

A la surprise générale, Sarko est donc le grand vainqueur de ce premier tour.
C'est une très mauvaise nouvelle pour Juppé mais une excellente pour Hollande.
Valls s'est tellement bien occupé du FN que la progression de ce dernier a été stoppé au bénéfice de Sarko.
Finalement, les braves gens se sont dit, comme voter FN c'est mal, voter socialiste pour une élection locale c'est ridicule et ça ne fait pas plaisir, le mieux, c'est voter pour le parti de celui qui ressemble le plus à Valls...mais bien de droite.
C'est le premier enseignement.
Le second enseignement de ce premier tour est, quand l'abstention recule, la part du FN baisse. Une part non négligeable des électeurs de cette organisation est issue des CS qui traditionnellement sont peu abstentionnistes et inscrites sur les listes électorales. A l'inverse, les partis de gauche ont une part de leur électorat qui est très volatile et peu mobilisé mais mobilisable. Pour les faire déplacer, il faut dramatiser les enjeux mais cette option peut générer des effets collatéraux. La victoire de Sarko en est un.


vendredi 20 mars 2015

L'abstention piège à cons

La Défense de la république passe d'abord par l'expression du suffrage universel.
Croire que ça ne sert à rien, que ça ne nous concerne pas, que le vote doit être une sanction est à côté de la plaque. La politique déçoit toujours, comme l'humanité, mais elle est encore pour longtemps le lieu où s'élabore la société.
L'abstention, c'est le triomphe de l'individualisme, le refus de faire société. Nous avons plus que jamais besoin d'un sursaut !
Stéphane Hessel le disait à raison : à l'indignation doit succéder l'engagement....

Timothée Duverger

jeudi 19 mars 2015

Pourquoi il faut voter dimanche

Il m'apparaît necessaire de compléter ma série de billets sur les enjeux des élections departementales. Les enjeux sont un grand mot . Pas qu'elles en soient dépourvues, mais surtout parce que je ne me suis attaché à parler seulement du bulletin de vote en effleurant le contexte.
Mon triptyque ( c'est joli et j'ose) ne pouvait se clôturer sans "m'adresser" aux abstentionnistes potentiels dont on dit qu’ils font partie du premier parti de France.
Incroyable. Des gens qui se foutent des élections à venir sont en proportion les plus nombreux !
Bon, d'abord, ce n'est pas fait. Ou plutot ils ne se sont pas encore abstenus ; ils peuvent renoncer à ne pas le faire.
Mais d'abord, auraient ils raison ?
On peut le penser. La politique départementale ne change pas la vie. Le pouvoir des conseillers restent limités. Il faut un regard bien avisé pour remarquer l'intérêt de leurs actions. Et même, la parité contrainte peut paraître ridicule et donner l'impression que les rôles sont déjà distribués avant même les résultats.
De plus, l'avenir du département est plus qu'incertain. Il est même probable que cette élection première de par son organisation risque d'être la dernière à ce niveau géographique. Le département devrait, à terme, disparaître pour éclaircir ce fameux millefeuille que notre gourmandise politique a encouragé au point de faire grossir notre dette globale.

A la réflexion, ils auraient bien tort de s'abstenir.
Parce que, premièrement, les absents ont toujours tort. Ne pas voter c'est en quelque sorte s'absenter jusqu'aux prochaines élections. Dans les faits, c'est surtout laisser la parole aux autres. Leur laisser la parole, c'est leur laisser penser qu'ils ont raison, c'est se défiler devant ses responsabilités, c'est refuser le débat, sous entendu je n'ai pas d'argument valable, je suis trop con car je m'en fous. Pour aller plus loin, c'est même admettre une certaine infériorité devant les autres qui eux savent et votent.
C'est aussi donner plus d'importance aux extrêmes. L'extrémiste n'est marginalisé que si les non extrémistes sont bien plus nombreux. Mais si les non extremistes ne disent rien, l'extrémiste prend du poids. On ne parle plus que de lui alors qu'il ne représente que lui même. Le poids de l'opinion est alors biaisée et les éventuels élus n'ont pas de légitimité.
Ensuite, contrairement à ce que j'écrivais un peu plus haut, s'occuper notamment de l'action sociale et des deux âges extremes de la vie est particulierement noble et important. Bien entendu, une politique sociale d'un département géré par la droite présente de fortes différences à celles d'un département géré par la gauche. Je ne parle même pas d'une autre probabilité encore bien plus douloureuse à mes yeux.
Enfin, l'argument fort de l'abstentionniste est sur deux tons "tous pourris et font rien de bien". Cet argument mène inevitablement a laisser élire des encore plus pourris et des toujours plus incompétents.
Donc, il faut voter, mais bien hein !

mardi 17 mars 2015

L'illisibilité de la droite


Pour faire un effet de style la droite villenavo-bèglaise a imprimé son programme en choisissant de jouer sur le contraste gris tres clair/noir soutenu des caractères ( la photo n'est que l'image de la réalité).
Au final, leur prose est illisible. Ainsi, on ne perd rien, surtout pas notre temps à essayer de décripter ces billevesées.
Dans la partie lisible, on apprend quand même que PP maire de VO depuis 20 ans, présenté sans étiquette, soutient ces candidatures avec ferveur. Ce type qui est un caractériel de droite dure a l'ambition d'avoir un pied dans la sphère departementale après s'être installé à la Métropole, dont par ailleurs il conteste la légitimité.
Vous me suivez.
 Il est vice Président de la Métropole, perçoit une indemnité pour cela, mais ne souhaitant pas perdre le moindre petit pouvoir au sein de sa commune, il est opposé à cette nouvelle collectivité et à l'étendu de ses compétences. Par contre, il veut bien mettre un de ces adjoints au département afin de le manipuler pour ces petits projets communaux d'un autre temps. Cet homme est dépassé et voudrait imposer un de ces valets au canton. VO qui est une commune déjà bien marginalisée le serait un peu
plus.
Ces gens sont illisibles et dangereux pour l'avenir du canton.

lundi 16 mars 2015

Pourquoi il ne faut pas voter FN

Le dernier sondage connu semble annoncer une amorce de recul des intentions de vote pour le FN.
32  %  pour l'UMP UDI, 29 % pour le FN, 26 % pour le PS, 7 % pour le Front de Gauche...etc
Le total des voix de gauche ferait 36,5, le total des voix de la droite républicaine 32,5...
Non seulement le FN n'est plus sur de gagner mais il est nécessaire pour la nation française qu'il perde nettement et se retrouve derrière le PS. Le vote FN est inutile, c'est une évidence.
Pour s'en convaincre il suffit de lire ce qui devrait être son programme. Ça ne ressemble à rien et même si certains points peuvent séduire, il suffit de réfléchir trente secondes pour se rendre compte que tout n'est que démagogie, rien n'est applicable. Il faut se rendre à l'évidence (oui encore), si cette organisation qui se veut un parti politique possédait les solutions pour retrouver la prospérité, il y aurait des partis similaires au pouvoir dans d'autres pays. Mais il n'existe rien de semblable.
J'ai un peu de mal à comprendre comment un parti de ce type peut faire rêver mais dans tous les cas il faut revenir sur terre. La situation est complexe, elle est en train de se dénouer quelque peu, inutile d'ajouter la tragédie et la honte à la crise.
Certains disent, "on a tout essayé, rien ne marche, ce sont tous des incapables et des malhonnêtes, essayons le FN, on a rien à perdre"
D'abord, il ne faut pas attribuer plus de pouvoirs aux politiques qu'ils en ont. Si la situation n'est pas idyllique, d'autres en portent la responsabilité. Ensuite, si l'argument est " ce sont des incapables et des malhonnêtes", pour qu'elles raisons voter pour des gens qui sont encore plus incompétents et inexpérimentés serait pertinent. D'autant plus que leur honnêteté est plus  qu'incertaine. Pour s'en convaincre, il suffit de prendre connaissance des dizaines voire des centaines d'informations relatives aux simulacres de candidats d'extrême droite. Dans certains cas, il suffit de lire leurs pages Facebook. C'est édifiant.
Par la même occasion, il est facile de constater que beaucoup d'entre eux sont racistes, homophobes, islamophobes, antisémites, xénophobes ou d'une méchanceté sans nom. Ce serait triste de voter pour des frustrés qui véhiculent les sentiments les plus bas de l'être humain, non ?
Au final, une voix au FN sera donc une voix perdue, car même présent au second tour ce candidat fasciste n'aura qu'une chance infime d'être élu. En admettant que par une suite de malentendus ce pauvre candidat soit finalement accidentellement élu, il n'aura aucun pouvoir. Si un : percevoir une
indemnité mais sans rien faire.
Historiquement, le fascisme n'a jamais été une solution, mais le problème.

mercredi 11 mars 2015

Pourquoi il faut voter PS

Depuis plus d'un mois mes billets sont courts, de plus en plus courts. J'en entends deux ou trois, s'esclaffer (oui parce qu'un reac ça s'esclaffe) qu'ils sont bien encore trop longs. Donc, afin de respecter cette nouvelle tradition (tradition, ça leur parle aux ..., nouvelle, non ils n'apprécient pas, c'est vrai qu'on s'approche de l'oxymore), je vais faire court, presque un tweet.
Revenons en au sujet du jour : Pour quelles raisons il faut voter socialiste, sous entendu malgré tout, ou même si on est déçu.
Je peux comprendre qu'on soit déçu. Je ne le suis pas. Une déception ne peut se révéler qu'après des attentes sans rapport avec la réalité.  Avec une crise aussi profonde que celle de 2008 et des suivantes en cascade, la gauche ne peut que corriger des injustices ou plus exactement repartir l'effort de manière juste et équilibrée et développer une politique économique pragmatique priorisant l'emploi.
Dans ces temps de crise, il n'y a pas de miracle même l'extrême gauche grecque se fracasse (comme dirait l'autre) contre les réalités budgétaires.
Déçu, admettons ; mais l´enjeu, c'est quoi ? Un FN projeté à 30 %. Est ce qu'un électeur qui misait sur la gauche pour réaliser des réformes de gauche en profondeur pourrait laisser la droite et l'extrême droite diriger la quasi totalité des départements ?
La problématique est simple mais tragique. Il parait que Camba l'a bien résumée ce matin sur France Inter
Inutile de chercher un échappatoire à la gauche du PS, son leader le plus charismatique soutient Poutine.... C'est tout dire.
Ou alors voter contre le FNPS ? C'est très con..... voilà pourquoi il faut voter PS, et surtout voter.



mardi 10 mars 2015

Le sort s'acharne.....

Après les dessinateurs, journalistes, économiste, c'est au tour des sportifs d'être des victimes d'un autre terrorisme, celui de la télé realite. Il est moins violent, moins fondamentaliste mais il est tout aussi radical et fait régulièrement des victimes, suicides ou accidents répètés.
Dans les deux cas, la connerie tue gravement, comme on dit maintenant.
J'espère qu'on se sortira un jour de cette vague de terreur islamiste, pour le reste, je crains que cela soit encore plus compliqué.

dimanche 8 mars 2015

Trop Hardy

Compliqué d'écrire un billet même court en critiquant les propos d'une personne qui se bat courageusement contre une maladie de type " longue"....tant pis...
Après avoir échappé au discours probablement pro " zadiste sivens" ( ou pas ) de José Bové grace à un sommeil profond, j'ai eu le regret de m'éveiller au cours de l'interview de Françoise Hardy dans ONPC.
En dehors du fait qu'elle a souhaité se payer Caron, ce qui peut se comprendre sous certains aspects, on peut se demander comment une personne si fine, introvertie, si talentueuse etc.. réussit à aligner tant de poncifs, de clichés, de lieux communs, de banalités pour une femme de droite en si peu de mots et en si peu de temps.
C'est curieux, car elle donne l'impression que le peu d'énergie qui lui reste, elle souhaite en profiter pour s'amuser encore en mettant le masque de la bonne reac de base...
Cela dit, elle a raison, qu'elle en profite, mais qu'on ne se sente pas obligé de l'inviter pour blablater autour de son bouquin...
Et pendant ce temps là, Guéant est mis en examen pour des faits en lien avec le financement de la campagne de Sarko. Ça tombe mal pour ce dernier tant aimé par Françoise Hardy, ça tombe mal pour l'UMP avant les élections departementales mais ça tombe bien pour le partie du borgne qui décidément a toutes les chances pour lui en ce moment.
Valls n'est pas le seul à avoir peur que son pays se fracasse contre le FN.
Allons, n'ayons pas peur, soyons hardis.

jeudi 5 mars 2015

Les réacs sont donc des enfoirés

Les enfoirés sont réacs, la preuve en chanson, et la réciproque est vraie.
Il y a quelques mois, je m'interrogeais sur le moteur du réactionnaire.
J'en avais déduit que le principal était la peur. La peur du lendemain, la peur du déclassement, la peur du changement. Situation bien identifiée en management lors d'évolution brutale de l'organisation ou du fonctionnement d'une entreprise ou simplement d'un service.
Un commentaire m'avait corrigé à juste titre, le moteur principal du reac était la nostalgie.
Seulement, La nostalgie n'est pas un sentiment assez puissant pour véhiculer avec force des idees reacs. En réalité, la peur engendre la nostalgie. Retrouver un temps oú ce sentiment de crainte n'existait pas, d'où la nostalgie de la jeunesse.
Cela ne les affranchit pas d'un nouveau qualificatif qui leur va à merveille, enfoiré. Ils sont donc bien des enfoirés, sympathiques parfois, intelligents peut être Oú souvent, de bonne compagnie sûrement, mais des enfoirés, peut être meme au sens où Coluche le laissait entendre.
Beaucoup sont quand même de beaux enfoirés à ne pas hésiter à insulter FH sans retenue.
Alors un peu de respect.
Est ce que je me permets d'appeler l'autre, la vache blonde bretonne ? Ou l'autre encore, le roquet nain ? Le fion sourcilleux ? L'immondice borgne ? Ou encore la chiasse verte ? Ou enfin la vieillerie bordelaise ?
Non, évidemment, je ne me permets pas, d'autant qu'aucun ne serait en mesure de comprendre la plaisanterie car ils sont peu pourvus entre les deux oreilles, à l'exception du dernier bien entendu.

Je précise que toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé ne serait que fortuite.



L'emploi pour les nuls

Non, Monsieur Macron, les emplois aidés ne dénaturent pas la politique de l'emploi. Elle est constituée de nombreux axes de développeme...