vendredi 31 octobre 2014

Les gens bons



Désemparé, je me sens parfois comme la tranche de jambon coincé entre deux morceaux de pains, rassis d'un côté et plein de trous de l'autre.
Mes prises de position dans ce blog bien sûr ou plus souvent ailleurs font souvent l'objet de réactions contraire à mes avis pourtant bien modérés dans la plupart des cas.
Dans le désordre je suis soit un bisounours, un légitimiste (ça j'aime bien), un aveugle soutien à FH, un inculte qui ne connaît rien au dossier, un idéaliste, un gauchiste évaporé, un centriste qui penche dangereusement à droite, un libéral, un laxiste, un anti écolo, un à côté de la plaque, un vieux con ou un jeune écervelé (sûrement un compliment) mais le pire, un soutien à Valls...(rarement quand même).
Je pense bien que c'est le lot d'un peu tout le monde, encore que la liste est un peu longue, pourtant je suis certain d'en avoir oublié.
C'est comme ça, la vie est plein de gentils et de gentillesses.

Du coup (comme on dit maintenant),  je me suis interrogé, qui serait l'icône de la bonté pour le plus grand nombre ?
J'ai trouvé deux candidats ( désolé pas de candidate, j'aurais pu proposer Simone Veil dans la lumière ces temps ci).
Moi, je préfère le plus coloré mais c'est mon côté antiraciste à fleur de peau qui m'est aussi reproché....



mercredi 29 octobre 2014

La grenade indigne



De tout temps les manifestations contre des grands projets  dont les bénéfices environnementaux étaient douteux, furent des exemples de lutte contre le pouvoir en place. Ils fédéraient nombre d'écologistes déterminés, verts extrémistes, gauchistes violents, anarchistes délirants ou jeunes, très jeunes idéalistes révoltés.
Il m'est difficile d'être objectif ou tenté de l'être sur ce dossier qui semble particulièrement complexe et controversé du barrage de Sivens.
En gros les opposants reprochent au projet de favoriser l'agriculture intensive et notamment la culture du maïs. Il semble néanmoins que les besoins en eau ne se limitent pas à ceux des agriculteurs mais il apparaît aussi que d'autres alternatives sembleraient crédibles.
Difficile donc de prendre position pour ou contre une décision qui semble partagée par de nombreux acteurs locaux ou nationaux. Il est néanmoins clair que cette décision ne date pas du gouvernement Valls et de Ségolène Royale.
Cela rajoute un certain intérêt aux déclarations de Cécile Duflot ou Delphine Batho qui ont exercé il y a peu de temps des responsabilités au pus haut niveau.
Il est vrai que la moindre déclaration des deux citées plus haut a pour conséquence immédiate de
déclencher chez moi une certaine méfiance pour être soft ou une forte opposition completement subjective. Après tout, c'est mon blog, je ne suis pas obligé de tenter ( en vain ) d'être objectif.
J'avoue, je ne les supporte pas, surtout Cécile Duflot. La teneur de son dernier bouquin a confirmé mon agacement bien irraisonné. Bref, j'ai l'intime conviction qu'elle va aider à faire plonger un peu plus son parti.
Cela dit, ce jeune idéaliste est mort pour, ou contre un barrage alors qu'au final cela aurait pu l'aider à vivre. Pourtant, comment lui reprocher de se mobiliser pour une cause qu'il croyait juste ?
Il est évidemment sain et nécessaire de s'indigner, de se révolter, de se battre pour un idéal ou une idée quand on a vingt et un ans.
Mais mourir pour ça  ! C'est scandaleusement cruel et injuste.
Je ne rêve plus à une police de gauche mais quand même ! Les forces de l'ordre ont pour mission de protéger la population et notamment la jeunesse au prix parfois de quelques pierres sur le coin du nez mais c'est la dure loi du métier.
Utiliser des grenades offensives contre de simples manifestants même déterminés, c'est simplement irresponsable, c'est indigne ....cela l'est presque autant qu'utiliser ce drame politiquement.
Le risque pour les écolos seraient de provoquer une aversion du grand public à l'écologie, et cela serait bien dommageable.


mercredi 22 octobre 2014

Et con à la fois



J'espère que mon blog ne va devenir une suite de billets sur les opposants socialistes au gouvernement socialiste.
Un type qui vient de quitter sa fonction de Ministre, déclarer que FH met la république en danger, 
C'est hallucinant.
Il a perdu tout sens de l'intérêt général. Ils sont peut être quelques uns à participer à un concours sur la petite phrase la plus assassine du quinquennat. 
Que recherche Benoit Hamon ? Le dissolution ? Le chaos ? Une lutte à mort avec Valls  (qui ferait bien de ne pas en rajouter, le PS doit rester le PS) ?
Nombreux sont les militants qui se réjouissent de ces prises de position. Le PS doit être réorienteé plus à gauche, peu importe les conséquences economiques (la relance ne peut se faire qu'à l'échelon europeen). Cela permettra de gagner les prochaines élections, pensent ils. Les soutiens de ces militants les trompent dangereusement.
En réalité, les réactions du grand public sont très defavorables. Ils désapprouvent ces discordes trop violentes, trop théâtralisées et publiques. Cela les renforcent au contraire dans une contestation sans limite. Leur éloignement aux idées de gauche se réaffirme chaque fois un peu plus.
En période de crise, il convient plutôt de se serrer les coudes, d'expliquer les choix politiques, de les critiquer mais d'une manière constructive en abordant des questions complexes et non politiciennes ou populistes.
Je trouve ça  futile mais dangereux et contreproductif. 
Mais il y a au moins un avantage, cela occupe les  réacs....les néocons...



lundi 20 octobre 2014

Où est le loup ?




Martine Aubry répète partout qu'elle ne candidate à rien, qu'elle souhaite juste participer aux débats d'idees.
Ce déversement médiatique ne peut pas ne pas être anticipé, prémédité, soigneusement organisé. Ses réponses sont alors floues. Et quand c'est flou....
Un coup d'œil à la liste de ses reproches envers la politique du gouvernement nous apprend deux choses : 
- en réalité, la politique qu'elle mènerait serait très proche de celle d'aujourd'hui avec quelques inflexions mineures.
- une vraie critique sur deux points, un mineur "le travail le dimanche", l'autre majeur "le réforme fiscale"

Pour quelles raisons les gens de gauche dont j'en suis, critique farouchement le travail le dimanche ?
Est ce que cela n'existe pas déjà ? Est il nécessaire de s'arc-bouter sur ce principe et refuser toute évolution ? Sommes nous pas progressistes ?
En fait, le jour du seigneur, à gauche on s'en fout un peu. Le jour de repos en famille ? Oui peut être une fois tous les six mois....le modèle familial du 20ieme siècle explose...on doit pouvoir profiter de ses enfants,de ses parents à bien d'autres moments que le dimanche. Et puis la proposition n'est pas "tous les dimanches."
Le pouvoir d'achat est au point mort. On ne peut pas consommer plus....c'est faux...l'épargne continue de progresser, surtout grâce aux CS + qui manquent de temps pour consommer....
On dit aussi : "Le dimanche doit être le moment où l'on se cultive"....pas évident dans les périphéries et les campagnes où rien ne se passe surtout le dimanche.
Évidemment les règles doivent être claires et la rémunération bien meilleure. Le travail le dimanche peut modestement  créer des emplois, de la richesse et surtout désengorger les zones commerciales le samedi que nombreux renoncent d'affronter.
La société ne sera pas plus consumériste écologique et intelligente qu'avant mais ce n'est pas l'objectif non plus.

A l'opposé, je regrette aussi l'abandon d'une réforme fiscale ambitieuse dont les axes majeurs seraient le prélèvement à la source et la fusion avec la CSG en ce qui concerne le seul impôt sur le revenu. Pour la TH il y a aussi du travail...pour ça, il n'y a pas de loup, une crise de cette envergure complique largement ce type de "révolution"

Pour conclure, si Martine Aubry n'a plus d'ambition, elle est autorisée à ne pas mettre de l'huile sur le feu....a ce rythme la prédiction de quelques politicards mal intentionnés pourrait se réaliser.
Une dissolution mettrait tout le monde à terre....


samedi 18 octobre 2014

Les frondeurs sans boussole




Ils sont sûrement bien sympathiques ces frondeurs. Ils réussissent à fédérer tous les déçus de la social-démocratie, les mesures prises par le gouvernement ne sont pas assez à gauche, trop libérales.
Rien ne trouve grâce a leurs yeux.
J'ai le sentiment qu'ils ont pris la grosse tête. Ils ne peuvent plus se passer des micros.
Un des problèmes est qu'ils sont complètement perdus. Comme on dit aujourd'hui leur logiciel de gauche est cassé.
Prenons l'exemple de la modulation des allocations familiales ; il n'y a pas le début d'un doute, cette mesure relève de la justice sociale dans un contexte économique dégradé (qui pourrait s'aggraver encore). Que le front de gauche le conteste, on sait maintenant que cette organisation est dans l'opposition. Ce front n'est pas de gauche. Ce n'est d'ailleurs pas un front...Ce n'est donc pas étonnant.
Que certains syndicats s'y opposent, ce n'est pas plus surprenant. Là, on est plutôt dans des stratégies
qui mélangent, influence, élections professionnelles et gros sous..
On peut admettre qu'un débat s'ouvre sur la pertinence de la suppression de la première tranche. La gauche traditionnellement doit renforcer et convaincre des vertus redistributrices et de justice sociale de la progressivité de l'impôt sur le revenu. Je crois qu'il faut engager une réflexion sur ce point. Est ce toujours aussi évident ? Une réforme fiscale qui permettrait le prélèvement à la source et la fusion avec la CSG est à mes yeux un préalable. Ensuite on pourra être en mesure de convaincre les récalcitrants a l'impôt.
Mais que des socialistes contestent la justesse de la modulation, ce n'est guère acceptable. Ou alors,  il faut qu'ils aillent au bout du processus et démissionnent non seulement du PS mais aussi des mandats obtenus grâce à cette étiquette. Pour une grande majorité d'entre eux avant FH ils n'étaient rien.
On est bien loin du courage des frondeurs face à Mazarin....

vendredi 17 octobre 2014

La France inter pour Florence



Il est probable que ce billet soit le quatrième ou cinquième inspiré par l'invité matinal de Patrick Cohen. Après j'arrête.
Il est vrai que ce monsieur a du goût et du talent pour animer son émission et choisir ses invités. Évidemment, il n'est pas tout seul mais quand même.
La dernière en date,  Florence Aubenas. plus connue du grand public (moi compris)  pour sa longue détention que pour ses articles, était ce matin sur France Inter pour présenter son nouveau livre "En France". Constitué de l'histoire de ses rencontres quotidiennes parfois banales, son ouvrage semble poignant, d'une grande justesse, plein de bon sens...en tous cas, elle en parle très bien.
Bravo aussi à Seb Musset dont le tweet a été cité. Il a en effet relèvé une remarque particulièrement pertinente de Florence Aubenas (de mémoire) : "le vote FN n'est pas la conséquence de grandes théories mais celle de petites crispations " mal maîtrisées, accumulées, je ne sais plus, mais c'est
tellement vrai..
A méditer....
Ok, le billet est trop court, mais faut lire le livre, on verra plus tard....

jeudi 16 octobre 2014

Macron pas si con

Le projet de loi du Ministre de l'Economie encore tout neuf fait du bruit même au sein de la Blogosphère haut de gamme
Peu d'inspiration depuis le début de la semaine, moins de 5% de batterie sur l'IPad, mon billet sera très court.
L'ouverture le dimanche, pas tous, une douzaine, moins de freins pour l'installation des pharmaciens mais pas d'ouverture de la vente des médicaments en hyper ( n'est ce pas l'essentiel?), amorcer la baisse de tarifs d'autres professions réglementées ( il n'y pas un peu d'abus du côté des notaires ?), faciliter la creation de lignes d'autocar, favoriser la transparence sur le commerce des prothèses dentaires (cela va de soi, non ?).
Les embouteillages m'ont permis de découvrir ce jeune ministre sur France Inter ce matin.
Sur la forme, il rappelle Fabius jeune. Autant dire qu'il est particulièrement brillant et qu'il est facile de lui prédire un avenir tout rose.
Il balaye avec une certaine véhémence et une réelle sincérité les critiques de la vieille gauche, celle que j'ai adorée dans les années 70. Le réduire à un banquier ou à un réactionnaire me semble pour le moins très limite pour ne pas dire minable.
Il faudra qu'il soit fort ce petit car rien ne lui sera épargné (même pas certains aspects de sa vie 
privée).
Alors son projet de loi ? J'ai résumé les grandes lignes plus haut et il est tout aussi difficile de m'extasier que de me renfrogner.
La surprise vient quand même de la libéralisation des transports en autocar. La première question qu'on peut se poser : est ce bien développement durable ? Oui si l'on considère qu'une personne ou une famille pourra prendre un car plutôt que son véhicule personnel. Il n'y a pas de ligne sncf partout, et le coût peut être dissuasif même si c'est plus rapide. Pour tout dire, j'ignorais même que cette activité fut si réglementée.
Pour le reste, c'est pragmatique, du bon sens.
Prenons l'exemple du travail le dimanche (quelques dimanches) : accéder à un commerce le samedi constitue souvent un véritable exploit, construire d'autres zones commerciales ignobles me paraît complètement idiot, refuser la possibilité de travailler à des volontaires si l'on se pare de toutes les garanties en termes de volontariat et d'avantages rémunérateurs...est ce scandaleux ?
Non, non, ce n'est pas si con , Macron !


dimanche 12 octobre 2014

L'influence de Rousseau


Le titre et l'illustration de ce billet sont mensongers. Je suis bien incapable d'écrire quelque chose de puissant autour des idées et surtout de l'œuvre de Jean Jacques Rousseau
Il y a pourtant dans sa bibliographie et plus précisément dans le paragraphe famille et enfance d'un article de Wikipedia une information particulièrement étonnante pour ne pas dire plus, surtout pour ceux qui me connaisse un peu. Quel qu'en soit l'origine, c'est très amusant.
L'homme est naturellement bon et c'est la société qui est injuste. Ce progressiste, notamment au niveau de l'éducation, d'une grande sensibilité, amoureux de la nature n'a rien de commun avec ce brave Zemmour.

Il concentre en ce moment tous les médias sur son bouquin qui enfonce, selon que j'en lis et ce qu'il en dit, les portes ouvertes classiques du réactionnariat à la française. C'est malheureux qu'une nouvelle bien pensance est née avec lui et quelques autres intellectuels bien droitises. Cela dit, revenir à une époque révolue depuis longtemps est impossible, tout comme la plupart de ses idées sexistes et j'en reste là dans les mots en iste ou phobe pour ne pas être trop désagréable.
Le buzz du week end est partagé avec le nouveau ministre de l'économie qui n'en manque pas une. J'ai d'ailleurs la faiblesse de penser qu'il le fait volontairement. Ce sont des coups de coms qui permettent de mesurer l'accueil des uns et des autres à une réformette à venir.
Il est vrai que quatre milliards de déficit pour la branche chômage n'est pas une gageure et qu'il est vraisemblable que la commission européenne, nouvelle ou ancienne, pourrait s'émouvoir que nous laissions ce trou abyssal tel que sans commencer à imaginer quelques changements. L'ensemble du budget proposé par le gouvernement pourrait être en danger devant cette instance.

Mais alors qu'imaginer ?
Le contexte est rude et les allocations chômage constituent une bonne partie de l'amortisseur social tant envié (mais aussi décrié.).Il est surtout considérer comme indispensable pour la gauche même moderee de gouvernement aujourd'hui.
Il n'y a malheureusement que deux solutions car celles qui peuvent être évoquées ne seront pas suffisantes. Je pense notamment à la réduction de la durée et au durcissement des droits des intérimaires du spectacle. Ce dernier point serait très loin de boucher le trou et une durée plus courte ne ferait que transférer les dépenses sur le RSA, certes moins onéreux.
Les deux solutions sont l'augmentation des cotisations (y compris patronales) et la diminution des indemnisations et particulièrement celles des cadres.
Donc, rien de bien réjouissant. On peut comprendre qu'il soit urgent d'attendre.
On peut espérer aussi une amélioration de l'emploi ....pour 2015

Zemmour et  Macron ont fait le buzz ce dimanche, à quand le tour des idées de JJ Rousseau ?



samedi 11 octobre 2014

Attali 1 - Zemmour 0

Particulièrement tendu, Zemmour savait qu'il est difficile de débattre avec un homme de l'intelligence de Jacques Attali . Il reste néanmoins étonnant, tout rétréci sur son fauteuil, les jambes nouées entre elles, les bras croisés, il est prêt à en découdre. Le non verbal, la position de son corps, de ses mains, refermé sur lui même, expriment déjà ce qu'il dira.
La position d'Attali tranche. Droit, ouvert sur les autres, il regarde tranquillement ses interlocuteurs.
Il dira par exemple que deux idéologies s'affrontent : l'idéologie de la peur 



Et celle du respect, de l'acceptation de l'autre, du respect qui porte l'avenir, l'idéologie de l'empathie, de l'altruisme, de l'ouverture au monde.
Éric Zemmour lui rétorque que c'est un homme hors sol incapable en quelque sorte de comprendre les réalités. Lui, il est là depuis mille ans et veut rester comme ça encore des milliers d'années. Il a hérité d'une civilisation, il ne veut plus que ça change.
Zemmour est dans un registre autarcique, Attali au contraire souhaite l'ouverture. 
Il est favorable au travailler plus mais à conditions que chacun s'éclate dans ce qu'il fait.
Il n'est pas dans l'héritage mais dans la transmission. Chacun doit s'intégrer....
En quelques mots, il est capable de se projeter trente ans ou cinquante plus loin et définir les contours d'une organisation mondiale avec notamment l'avènement d'un gouvernement mondial, échelon indispensable pour équilibrer les tensions économiques. 

Les quelques commentaires dont j'ai pris connaissance sont quasiment tous favorables à Zemmour.
Il est en effet plus facile de se recroqueviller sur des petites idées bien rétrécies que de faire l'effort de tenter de comprendre des concepts plus complexes, à la fois dynamisant et porteurs d'espoir. Sans le vouloir sûrement, Éric Zemmour a utilisé les mêmes postures que Le Pen, victimisation et provocation.
On pouvais l'apprécier comme chroniqueur mais comme essayiste ....
Pour se faire une idée plus précise du talent des deux personnages, il suffit de lire un des multiples ouvrages dont de très beaux romans d'Attali et un de ceux de Zemmour. Comme on dit, y a pas photo.


La popularité en hausse


Il fallait seulement que l'ex revienne pour que les français redécouvrent les qualités de FH.
Les derniers sondages vont tous dans le même sens, celui de la reconquête.
A l'image de son dernier déplacement à Angoulême qui fut une vraie réussite.

Comme une bonne nouvelle  n'arrive jamais seule, on sait maintenant que Juppé est en tête des sondages des primaires et qu'une baisse est enregistrée dans les intentions de vote pour Le Pen....
Bon week end

vendredi 10 octobre 2014

C'est con un blog

Mais à quoi ça sert un blog ?
Il est l'héritier de quoi ?
A quoi mesure t'on son intérêt, son succès, son "audience" ?
Quand on aura répondu a ces quelques questions, on pourra conclure tranquillement que c'est con un blog, c'est très con, c'est quasiment une nouvelle addiction pour nombre d'entre nous. Ce qui n'est pas une preuve de sa connerie mais excuse ses habitués.

Son utilité est d'abord pour parfaire un ego soit démesuré, soit en voie de le devenir, soit un remède pour lutter contre un complexe d'infériorité non encore assumé. Encore que, comme je répète souvent, laissez moi mes complexes, ils me font vivre.
Je ne sais pas trop où me classer mais d'autres trouveront à ma place et se classeront eux mêmes.
Il y a quand un autre profil : le journaliste en herbe. Je ne parle pas là du vrai journaliste, du pro, mais du blogueur qui en a presque toutes les qualités mais qui n'a pas eu l'occasion de concrétiser sa passion dans la vie réelle. Encore qu'il faut une sacrée dose d'égocentrisme pour devenir un journaliste...mais là n'est pas la question.
Alors, cette occupation succède a quoi ? Les passéistes ont sûrement une idée.
Pour ma part, je proposerais quatre possibilités :
Autrefois, cela aurait pu ressembler à un conteur...qui accepte les commentaires, ce qui était moins courant.
A un écrivain, raté ou pas, ils se creve les yeux pour gratter quelques pages tous les soirs....les commentateurs étaient alors ses lecteurs occasionnels ...qui le décourageaient rapidement dans la plupart des cas.
A ses soirées de salon où les intellectuels étaient sensés briller devant une cour improvisée...les commentateurs ? Un ou deux impertinents qui osaient contredire la star...
Ou tout simplement, à l'écriture d'un journal secret dont l'auteur ne rêvait et ne redoutait en même temps qu'une chose, être lu...

Enfin, quel est son intérêt ?
Pour les observateurs, il est évident : Mesurer un peu l'état de l'opinion en ce qui concerne les blogs à contenu qui se veulent politique...
Et pour les autres ? Le blogueur, son cas est traité ci dessus.
Les simples lecteurs sont des gens curieux de tout et veulent peut être se forger une idée sur un sujet donné. C'est un public très hétérogène, difficile à apprehender, probablement peu fidèle à un blog particulier. Les commentateurs sont une population intéressante. Il y a par exemple le voyeur qui de temps en temps ose trois mots pour montrer qu'il est passé. Il y aussi celui qui voudrait bien créer son propre blog mais par flemme préfère pirater celui d'un inconnu. Enfin, mais ma liste typologique n'est pas exhaustive, il y a celui qui prend le blog des autres pour un défouloir, un exutoire. En principe, il y exprime les idées les plus saugrenues ou extrêmes...

Souvent, c'est idiot mais on mesure le succès d'un blog par le nombre de pages vues. Cet indicateur n'a aucun intérêt et est surtout peu fiable....mais il vrai que certains blogueurs exclusivement politiques pourront s'en contenter.

C'est donc très con mais il y a tellement pire que je vais m'autoriser à continuer d'y relater mes divagations encore quelque temps.

jeudi 9 octobre 2014

Trop d'allocs tue l'alloc

Les faits :
Certains députés socialistes proposent de soumettre a des conditions de ressources l'octroi des allocations familiales.
FH ne semble pas franchement pour mais pas complètement contre à partir du moment où l'on considère que cette mesure ne serait pas une réforme de structure mais simplement un moyen de réaliser des économies dont le pays a bien besoin en ce moment.
Valls n'est pas dans ce trip ; il bloque connement sur des propos completement antinomiques où il paraît qu'il serait plus juste et plus efficace de réduire les allocations chômage dans leur durée et leur montant. La réussite de Schröder lui monte à la tête. La prochaine étape est la suppression du smic car le succès allemand fut au prix des boulots à un euro de l'heure. Bref, pas bien inspiré le danseur catalan en ce moment mais il va se reprendre...
Les enjeux : 
La politique nataliste, l'adhésion de l'opinion, réduire les dépenses, certaines mauvaises langues ajouteraient "donner des raisons de s'extremiser à la manif pour tous" pour mieux la ringardiser, la FNiser...etc...

Une politique nataliste, est elle toujours nécessaire ? Oui et non. 
Non car nous avons un taux de fécondité excellent qui permet le renouvellement des générations en assurant l'avenir d'un pays et la survie de ses vieux. Il n'est donc pas utile de faire mieux. En réalité, la vivacité de notre démographie depend aussi de la qualité de l'accueil des jeunes enfants. Et pour une fois, on est plutôt bon.
Toujours non, car ce dynamisme devrait nous assurer une croissance économique d'au moins 0.6 % par an , sans autre facteur de progression. On est donc en récession assez souvent. Nos enfants nous coûtent chers. De plus, est ce utile de procréer à ce niveau alors que d'autres viendraient d'ailleurs pour équilibrer nos éventuels déficits en population active, ce qui ne manquera pas de faire plaisir à nos réacs préférés ...et pourtant...je vois bien les réacs de demain réclamer le respect des frontières européennes 
Oui, ben , parce que ça fait plaisir à la droite qui est présente même au sein des électeurs de gauche    ( je me comprends)
L'adhésion de l'opinion, qui pourrait être pour en dehors des seniors qui n'ont plus d'enfants ou petits enfants.
Toute la gauche devrait être pour. Contrairement à ce que prétend Mélenchon.
L'objectif des allocations est d'offrir les moyens d'élever ses enfants même à une famille modeste.
Une famille dont les revenus excédent 5 000 euros par mois n'a pas besoin de cent et quelques euros. Par contre quand on en a 1 500, même les quelques sont importants.
Je ne pose plus la question de la nécessité de faire des économies. Je n'ai pas les moyens de convaincre ceux qui doutent encore et pour les autres, c'est évident, le tout est de le faire le plus justement et équitablement possible.

Comme je suis de gauche, je vais conclure en proposant une dépense supplementaire : l'octroi d'une allocation des le premier enfant quand les revenus sont en deçà de x...n'est ce pas juste ?
Mais comme je suis un pragmatique courant Jospin, je terminerai par la proposition d'une économie  substantielle pour l'Etat : la suppression de la modulation du Supplément Familial de Traitement (plus 
on gagne, plus les enfants vous rapportent),voire sa diminution ...pour les fonctionnaires 


mardi 7 octobre 2014

Le dragueur des miss météo


Vous le connaissez par cœur.
Il paraît qu'il a offert  Ducon, un beau chien, à Chirac.
Cet homme débordant d'attention pour la gente féminine fait en ce moment la promo de son dernier livre. Le thème, l'Europe.
Il est favorable à une Europe des états nations ...à douze, probablement pour commencer.
Il prétend que les peuples y sont favorables.
Que le référendum tout comme les dernières élections n'ont été que le reflet du rejet des gouvernements en place.
Même si ce n'est pas complètement faux, quant à penser que les français seraient partant pour une fédération a l'américaine avec à la clé une perte de souveraineté dans quasiment tous les domaines sauf l'éducation et la justice, il y a un monde.
Ou une bonne trentaine ou cinquantaine d'années..à attendre
Hormis le fait que c'est un peu ridicule de sortir (ou ressortir) ces options fédéralistes au moment où les souverainistes et les réacs sont très a la mode, je dois admettre que j'y suis aussi très favorable.
Cela dit, il n'a pas changé. Il a gardé son côté innovant mais conservateur, libéral constipé .
Il a un sens politique bien à lui qui lui permet de perdre suffrages ou élections même s'il lui arrive d'avoir raison.
Tout cela est extrêmement rafraîchissant, car il a prédit une dissolution de l'assemblée qui n'arrivera donc pas. De plus, le Figaro qui s'y connaît, compare le retour en politique de l'ex au sien...

Enfin, à part les miss météo, il paraît qu'il drague toujours BB....et dire qu'à deux points près, on en prenait pour sept ans de plus...





lundi 6 octobre 2014

L'inespoir


Pour une fois, je sors des sentiers battus politiques pour évoquer l'espace de quelques mots ce poète musicien rocker franc comtois et ancien séminariste.
Mon titre ne fait référence qu'à celui de son prochain album "stratégie de l'inespoir" qui sortira le mois prochain.
Ce n'est pas le désespoir mais c'est connoté triste et négatif.
Ben tiens, ça doit être l'état d'esprit des manifestants du dimanche : "une belle manifestation inespérée , une abrogation inespérable...."
A mes yeux, c'est plutôt désespérant que les cetaitmieuxavant soient si nombreux. 70 000 qui marchent parce que trop préoccupés du cul de leurs voisins. Ils ont oublié le slogan que les mêmes utilisaient il y a presque 40 ans : " laissez les vivre"
il est vrai que pendant que les orchidoclastes martèlent le pavé, elles et ils nous foutent la paix....et puis avec le temps....
Ben voilà, j'ai volé mon âme à un clown....


samedi 4 octobre 2014

Dimanche les élites de l'intolérance seront dans la rue


Ces gens là pensent représenter le peuple. Ils ne sont rien d'autres que des opportunistes qui surfent sur l'ignorance et la bêtise humaine.


La résistance des religieux aux évolutions des mœurs, de la société ou de la science n'est pas nouvelle. Ici, ce n'est que navrant. Ailleurs, ils se transforment en odieux criminels comme trop souvent dans l'histoire de l'humanité.



Est ce que toutes les pratiques religieuses seront représentées dans la rue dimanche ?

Alors qu'aucun leader de la droite républicaine est favorable à l'abrogation de la loi dite Taubira, quelques illuminés vont en profiter pour semer le doute dans les cerveaux fragiles. 

Les gagnants ? Sûrement pas la France, encore moins les français, pas plus la droite que la gauche, seul le FN peut à très court terme y trouver avantages....tout ça pour ça