mardi 30 septembre 2014

Les vieilles flèches de la droite

La droite est en plein renouveau. Gérard Larcher, 65 ans va devenir le nouveau président du Sénat après avoir déjà occupé le poste de 2008 à 2011.
La droite possède une capacité phénoménale à se renouveler.
Néanmoins, dans toute cette affaire, je relève un point extrêmement positif.
Raffarin, autre jeunot de l'UMP, briguait cette fonction depuis quelque temps. Afin de s'assurer le succès, il s'est empressé de déclamer sur tous les médias qu'il soutenait avec un réel plaisir le retour de l'ex. Bien mal lui en a pris car ses vieux petits copains n'ont pas apprécié du tout sa position (peut être même son revirement). Ils lui ont préféré un fringant plus au centre.
Cette élection bien anodine apporte quelques enseignements non négligeables sur l'esprit et les intentions des umpistes élus envers l'ex. Il est donc loin d'être aussi désiré qu'il peut le prétendre.
Élection anodine , certes, mais du numéro deux de la république quand même ....
Pour conclure, j'ose à peine me répéter en souhaitant la disparition ou la rénovation profonde de cette assemblée. Combien de millions d'euros économisés ?
Trois raisons parmi cent :
Un quart de femmes seulement...
Ils n'ont pas été foutus de voter tout de suite la levée de l'immunité de l'autre Dassault...
Les seuls qui apportent de la nouveauté sont les élus du FN  (26 ans pour l'un d'entre eux...). Un désastre....

Désole, la suite de mon propos est sans aucun lien avec ce qui précède.
Je suis hanté, comme beaucoup probablement, par l'odieux assassinat de Hervé Gourdel.

Même si j'ai bien conscience que de multiples autres actes abjects sont commis de par le monde, ce crime m'est incompréhensible et évidemment intolerable.
Je pense que nombre d'anonymes sont comme moi, ce qui ne changera rien...
Cela dit, je ne vais pas m'empêcher de terminer par une boutade bien mal venue : mais pourquoi Estrosi était son ami ? Est ce que ça l'a aidé ? Hum ?
Bon d'accord désolé (deuxième fois).
Voilà, c'était ma dernière flèche.

lundi 29 septembre 2014

Dans tous mes états

Pendant que la gauche perd la seule assemblée qui sert tellement peu que je serais favorable à sa suppression ou au pire (au mieux ?) à une réforme profonde à la Cohn Bendit, le PS pose les principes d'une refondation. L'idée est d'inventer ( mettre à jour) le nouveau progressisme.
Débat essentiel évidemment dont les réacs s'affranchissent allègrement. A leurs yeux, pour se renouveler, il suffit De se pencher sur le passé et relire leurs réacs favoris.
Tout le monde peut comprendre que créer, inventer est plus complexe que copier et coller. Encore qu'il faut savoir le faire ce qui n'est apparemment pas dans les possibilités de la droite extrême (ce n'est pas moi qui le dit, c'est sa cheffe).
Quelques questions sont soumises au débat. 
Quelques unes ont déjà été abordées ou le seront ici.
Voici les plus intéressantes : 
Une gouvernance mondiale est elle concevable et comment la faire advenir ?
Les souverainistes devraient être ravis de ce type de réflexion. Pourtant n'est elle pas en devenir ? Les organismes internationaux sont nombreux mais leur pouvoir reste vacillant. Une présidence mondiale avec une fédération géante ?

Comment concilier le progrès humain et l'épuisement de la biodiversité ?
La croissance verte, est ce une gageure ? La décroissance, est ce la seule solution ?

Comment lutter contre la rente ?
Taxi, notaire, ou tout simplement rentier, héritier ....comment réduire cet avantage qui bloque la modernisation du pays...

Comment réaliser l'intégration des populations immigrées ?  (Vous avez deux heures)

Comment penser maintenant et agir pour longtemps ? 

Peut on dire a la fois je et nous ?

ok les questions sont difficiles mais la politique, c'est autre chose qu'un catalogue d'idées simplistes à la mode de l'ex.

jeudi 25 septembre 2014

Le drame de l'islam

Le cauchemar continue. L'histoire de l'humanité  n'est qu'une suite de guerres de religion sans fondement.
Quand une religion dominante s'éteint, une autre s'étend comme une pandémie, et bouleverse l'équilibre du monde.
Certains s'étonnent encore de cette particularité de la laïcité à la française !
La tolérance ! Supporter la pratique d'une religion...séparer le religieux de l'Etat....prioriser les lois de la république sur tout autre principe religieux. C'est plus compliqué que réinitialiser une guerre de religions larvée.
Quand on est de gauche, on croit en l'homme, en son humanité, à la diversité de l'expression de sa bonté...en bref on fait le pari que tous les hommes sont égaux et bons (à l'exception des fascistes , bien entendu). Certains actes et les hommes qui les ont commis, sont plus que condamnables mais une communauté entière ne peut être jugé sans distinction. L'amalgame n'est pas tolérable.
De tous temps les esprits simples ont reconnu leurs ennemis de par la couleur de la peau ou grâce a leur pratique religieuse. Souvent, la cohérence des deux critères levait toute ambiguïté.
Des centaines et des milliers d'années après, nous en sommes au même niveau.
La bêtise des uns, le fanatisme des autres provoquent les mêmes barbaries.
On était égorgé parce qu'on était protestant, gazé parce que juif, persécuté parce que catholique....islamisé parce que trop con.
On ne peut que haïr les religions, toutes les religions à l'exception  de celles qui ne font pas de prosélytisme ou celles en voie d'extinction et dont les restes sont tellement fragiles qu'ils deviennent sympathiques et nécessaires de protéger.
Pour toutes les religions, en leur nom, des crimes horribles ont été commis. Des extrémistes criminels fous continuent dans cette voie qui ne conduit qu'à une impasse souvent apocalyptique.
Après un crime, d'autres se préparent. Et pendant ce temps, on s'interroge sur les motivations d'un acte aussi méprisant que celui qui va suivre.
Dans les années 70, la gauche ne s'embarrassait pas avec le religieux. Il était tolèré mais écarté de la société de la pensée.
La religion n'accepte le progrès scientifique et les évolutions sociétales qu'après des années ou des siècles...le musulman borné a remplacé le chrétien moyenâgeux.
Enfin, comment convaincre qu'un fanatique religieux même d'une culture inouïe est aussi con qu'un cochon ?

Est ce qu'un médiologue pourrait m'aider ?

dimanche 21 septembre 2014

A droite rien de nouveau

La question qu'on peut se poser aujourd'hui pourrait être : quelle stratégie face au retour de l'ex quand on est blogueur de gauche ou de gouvernement pour faire court ?
1 l'ignorer
C'est vrai et le titre de ce petit billet le prouve, son retour ne modifie rien, n'apporte rien de neuf à la droite. Tout le monde en convient.
2 l'insulter
C'est tentant. L'ex a une capacité a faire monter le déchaînement populaire contre sa personne d'une manière incomparable. C'est tentant mais ça ne sert a rien de dire l'autre con est de retour ou Le nain va nous en jouer une autre, ou bien pire encore... C'est nul.
3 le contrer
En fait, chacune de ses idées pourrait être demontee voire ridiculisée tant elle serait inadaptée à la situation de la France. La plupart de celles émises durant son quinquennat a rencontré une réelle animosité ou alors elles ne se sont appliquées que partiellement. Les résultats ont d'ailleurs été majoritairement catastrophiques. Cela dit, pour le contredire, il faudrait qu'il ait des idées nouvelles. Comment voulez vous qu'un homme de près de 60 ans qui fait de la politique politicienne depuis 40 ans puisse développer de vraies nouvelles idées ?
4 attendre
La demie douzaine de casseroles qu'il détient devrait se charger de l'écarter. Dans le cas contraire, je lui fais confiance pour se deligitimer tout seul avec l'aide de ses meilleurs ennemis bien entendu. Le meilleur ennemi de l'ex reste lui même 

Cette dernière option me semble la plus intéressante actuellement. Les autres ne sont pas à éliminer non plus excepté le point 2, car dans tous les cas il fera tout pour se victimiser ; je pense notamment à ses problèmes judiciaires.
Dernier conseil :
Surtout, ne pas allumer son poste de télévision ce soir avant 21heures, ou alors pour une fois choisissez TF1.

vendredi 19 septembre 2014

La France est en guerre

Depuis ce matin l'aviation française a survolé et bombardé un lieu stratégique d'une région d'Irak.
FH est aux responsabilités depuis 28 mois, c'est déjà le troisième conflit dans lequel la France est engagée.
La question n'est pas anodine.
Il a fallu prendre ces décisions, d'une difficulté extrême.
La vie de militaires est en danger dans une nouvelle région du monde. Des jeunes gens doués et courageux risquent et vont risquer leur vie sur le théâtre d'un conflit dont nul ne connaît le dénouement. Je n'évoque même pas les coûts d'une opération de cette importance.
Cependant, qui pourrait condamner cette option ? Comment ne pas lutter contre des islamistes extrémistes, criminels fous, assassins de la pire espèce ?
C'est une période dramatique qu'au bout du bout un homme assume seul au nom de la France.

Bref, le ton solennel de la conférence de presse d'hier, c'est principalement ça. Il n'y a pas de quoi faire la fête et sortir des bons mots et des blagounettes toutes les deux minutes quand on vient d'engager son pays dans une nouvelle guerre.

Après ça, les conneries dans Facebook, , vous voyez ce que j'en fais...
Un point quand même : quand on a occupé les plus hautes fonctions j'aurais apprécié un peu de retenue, un peu de respect pour cette armée dont on a été le chef.
D'autant plus que la guerre, un de ses amis lui a déjà déclarée.
Tout cela va être grand-guignolesque car Juppé ne veut pas prendre le risque, bien mince il est vrai, que la France reprenne cinq ans de l'ex. En une journée, il a réussi à diviser les réacs, on peut être sur qu'en un mois il va faire exploser la droite.
Et l'ex, un peu de décence, s'il vous plait !


jeudi 18 septembre 2014

Quel talent !

Je suis désolé pour les opposants de FH, non seulement il est magnifiquement humain et honnête, non seulement il est talentueux mais en plus objectivement il est excellent dans les domaines de sa compétence.
La gauche de la gauche est morte, l'UMP va se chercher encore longtemps, les anciens bloqueront la relève, les fascistes n'ont pas d'avenir mais ça, ce n'est pas nouveau.
Tout le monde cherche le prochain président, vous le connaissez maintenant.

Ça sera tout pour ce soir car les paroles sont aussi des actes.

mercredi 17 septembre 2014

Où il est question des impôts

C'est une problématique que je souhaitais aborder depuis quelque temps. Nicolas, Le Blogueur de gouvernement m'a précédé brillamment mais je vais traiter la question sur un autre angle.
Mes deux derniers billets étaient assez nuls voire plus, pourquoi m'arrêter là ?
Partons des principes élémentaires  : l'impôt direct et progressif est de gauche alors que l'impôt indirect et constant, éventuellement sous forme de taxe, est de droite.
Ces fondamentaux semblent incontestables, ils datent d'un siècle au moins lors de l'avènement de l'impôt sur le revenu. Je peux me tromper mais ce n'est pas cela l'essentiel.
Sont ils toujours valables ? Sont ils toujours indiscutables dans un monde où les médias et les réseaux sociaux sont les maîtres de la communication, dans un monde où le ressenti passe souvent avant la réalité. Désormais, on parle autant de température ressentie que celle mesurée.
L'impôt sur le revenu qu'on aurait pu estimer comme le "chantre" de l'égalité républicaine est aujourd'hui l'emblème de l'injustice.
A force de l'avoir trituré, complexifié, utilisé à des fins électoralistes, cet impôt est devenu insupportable par ceux là même qui pourraient en payer le moins. L'imposable au modeste taux de 4 ou 5% devient solidaire de celui à 30. Tout le monde paye trop d'impôts car on ne sait plus à quoi il sert. Sa progressivité devrait être le garant de la justice et de la solidarité. Ce n'est plus le cas.
Cet impôt a perdu toute sa symbolique.
Il est de plus la ressource qui permettrait des dépenses pharaoniques de privilégiés, un peu à l'image des seigneurs aux temps anciens.
Manuel Valls, homme de gauche modéré, semble t'il, n'a cessé depuis qu'il est à la tête du gouvernement de s'attaquer à cette impôt générateur d'un mécontentement croissant.
Il fait d'abord de la politique avant d'imaginer une nouvelle stratégie fiscale. Certes. Néanmoins, on doit pouvoir aujourd'hui se poser la question de ce qui est de gauche ou pas. Le sentiment du citoyen moyen d'être spolié même à une échelle modeste ne peut satisfaire un pouvoir de gauche.
Donc, il a probablement raison. La gauche, c'est les impôts, comme la droite, c'est la sécurité, seront des idées préconçues du 20ieme siècle.
Un dilemme subsiste quand même  : les recettes de l'Etat doivent se consolider.
D'où viendront elles ? Des impôts indirects ? A voir dans un prochain billet où il sera question d'une TVA sociale de gauche...



mardi 16 septembre 2014

Et bien valsons maintenant

Complètement incultes en politique, certains pensaient que la dissolution était la prochaine étape.
D'autres surjouaient la dramatisation de la situation en réclamant la démission de FH.
D'autres encore réclamaient les deux, dissolution et démission. Il est vrai que pour cela il faut se nommer Jacob, Estrosi ou Morano, les penseurs de l'UMP. Avec ces trois là, on est tranquille, le PS est au pouvoir jusqu'en 2027.
Il était prévisible que tous ces gens soient déçus. Même dans un contexte difficile, même avec une politique courageuse et parfois impopulaire, le gouvernement peut désormais travailler à l'amélioration des conditions économiques et donc de l'emploi en alliant compétitivité et justice sociale. Ils ont le pouvoir et la responsabilité de tout faire pour que la situation s'améliore ou au moins ne se dégrade pas. Car en réalité, la vie n'est pas tendre pour certains d'entre nous, certes, mais la grande majorité bénéficie d'une situation que beaucoup d'autres occidentaux nous envient. Mais là n'est pas mon propos.
Avouer que je ne suis pas fan de Valls, ok. Mais il faut raison garder, il est probablement l'homme de la situation. Maintenant ni les anaphores, ni le Medef ne pourront faire reculer durablement le chômage. La politique de l'offre peut être, mais surtout une politique d'investissement à l'échelon européen. Et cela passe par Angela, mais apprécie t'elle la danse ?

dimanche 14 septembre 2014

Les inégalités se réduisent...légèrement

La dernière étude de l'Insee sur les niveaux de vie 2012 n'apporte rien de bien révolutionnaire.
Si j'osais, je la résumerais en ces mots : les sans dents sont légèrement moins nombreux, les sans souci sont guère moins aisés, les sans rien en ont moins tout comme les sans patrimoine....
Une bonne nouvelle : les inégalités diminuent légèrement dans un pays qui est un des moins inégalitaires.(baisse de l'indice de gini)
Une mauvaise nouvelle : la paupérisation se réduit aussi mais les pauvres sont plus pauvres.
Enfin le niveau de vie médian baisse de 1%.
En attendant 2013 (année complète FH), pas de quoi sauter au plafond...
Plus tard, après la pauvreté monétaire, on parlera de la pauvreté en conditions de vie....
J'en profite pour préciser à ceux qui rêvent d'une alternative droitière, tous les travaux des économistes démontrent, comme Charles Wyplosz par exemple, que le programme du FN produirait un profond et durable appauvrissement. La baisse du niveau de vie médian ne serait pas de 1% mais de près de 20.
En effet, au lieu de se placer dans une posture du type "tout va mal" ou "rien ne s'améliore vraiment", il conviendrait de se rendre compte que certains choix politiques présents ou passés ont permis d'éviter nombre de catastrophes économiques et sociales. C'est compliqué mais le nombre de pauvres n'explose pas, bien au contraire.

jeudi 11 septembre 2014

Sarkozy, moi aussi je m'en fous

Quel enchantement ! Sarkozy se fout du mariage pour tous. Il va bien au-delà, il qualifie les manifestants contre, de fascistes. C'est particulièrement intéressant de voir cet homme se couper volontairement de ses soutiens potentiels en une remarque, une seule.
Il fait un genre de strausskhanite aiguë. Il fait tout, officiellement, pour recouvrer le pouvoir mais au plus profond de lui, ça ne fonctionne pas. Inconsciemment il va se mettre en situation d'échec programmé.
On savait déjà que la liste de ces rendez vous avec les juges était longue. Elle grandit presque chaque mois. A cela il ajoute l'inconstance.
Cet homme a une fascination incontrôlée pour le pouvoir et l'argent. Le premier, il a eu le meilleur...il lui faut désormais le second coûte que coûte.
Tout le monde sait maintenant que c'est un formidable apporteur d'affaires et un médiocre président de la république (du calme, médiocre, c'est moyen...)
Il se fout des problèmes sociétaux car au pire (au mieux) il est dans la ligne des progressistes.
Sincèrement, il vaut mieux pour lui qu'il renonce à un vrai retour. Dans le cas contraire, il le sait, l'échec sera au bout. Copé, un de ceux qui le déteste le plus au monde, le soutient.
 C'est un signe, non ?

La gauche n'est pas au mieux mais au moins, elle est au pouvoir, la droite est au plus mal et a perdu aujourd'hui son champion....

Demain je dirais quelques mots sur autre chose dont se foutait aussi Sarkozy, le niveau de vie des déciles "médians", des défavorisés et de l'évolution de la pauvreté...


mercredi 10 septembre 2014

Merci Finkie

J'apprécie beaucoup que vous tentiez de défendre FH envers tout et contre tout.
Je prends le genre (ou le style, vous préférez peut être) réponse par lettre ouverte. C'est très à la mode. Je trouve ça très con, mais cela permet des facilités ou des fautes de style. On ne peut pas être tous littéraires (ou littéraire ?).
Néanmoins, malgré quelques perfidies de bon aloi votre soutien me semble parfois teinté d'une réelle sincérité. Ce qui doit mettre en émoi vos fans habituels qu'on appelle cruellement des réacs alors qu'ils ne sont que des passéistes trop souvent dépassés.
J'ai beaucoup de respect et d'admiration pour vous. Même si je ne partage qu'une partie bien modeste de vos idées, votre talent de philosophe est indéniable. Votre humour me semble d'un niveau légèrement inférieur mais je me répète, je ne suis pas littéraire, je n'ai d'ailleurs même pas lu votre dernier livre "l'identité malheureuse", pour vous dire où va la France.
Enfin, vous connaissez Mollat, vous détestez Mediapart, vous êtes pour le mérite républicain. Ok.
Dommage que vous terminiez votre discours fiction en actant la démission de FH après quelques lignes plus tôt avoir douté de la consistance de son discernement....
Vous avez raison , ce n'est qu'un être humain qui a beaucoup de qualités dont le sang froid nécessaire à cette haute fonction qu'il exercera jusqu'au bout je vous l'assure (il ne s'énerve pas dès qu'on le contrarie un peu comme un tragédien trop exalté)

lundi 8 septembre 2014

Ce qui me réjouit, c'est Estrosi

Christian Estrosi, c'est un peu Nadine Moreno homme.
Pas physiquement, bien sur ; ce politique de 59 ans est bien conservé et n'a rien de féminin.
Il utilise une teinture capillaire proche de celle de FH mais il assure le niçois.
Cela étant, on peut constater qu'au niveau du regard, il ne se passe pas grand chose....
Cette impression est vite confirmée dès qu'il ouvre la bouche.
Il aborde tous les sujets de manière caricaturale à la manière du FN en pire parfois. En inventant, déformant, sans un seul souci d'objectivité....à l'ancienne...comme on n' en voit plus dans les partis de gouvernement,... à l'exception, peut être, de Mme Moreno.

Bref, je conseille dix minutes d'Estrosi à toute personne qui doute de l'intérêt de garder un pouvoir de gauche, de centre gauche......
Il est plus que clivant, il serait capable de "refonder"une large union de la gauche.
Lui qui souhaite une démission et une dissolution, peut dissoudre la droite sans difficulté.
 J'espère que sa candidature à la tête de l'UMP aura le succès que la droite mérite.
Merci Estrosi.

samedi 6 septembre 2014

Atterré

Mon atterrement n'a cessé de s'amplifier depuis une quinzaine de jours noirs comme les nuages du mois d'août 2014.
Les moments où mon accablement  étaient tels que je suis resté coi sont nombreux.
Je vais m'attarder quelque peu sur les principaux.
Atterré d'abord je le fus par ce moment de politique politicienne imaginée par ce diable de Montebourg et ce diablotin de Hamon. Heureusement que le ridicule ne tue pas ou plus exactement que l'ego n'empêche pas de respirer ...nombreux seraient morts étouffés ici ou là (peut être même certains de mes amis blogueurs). Mais que tout cela est triste car dans les faits, et la trentaine de députés frondeurs et quelques centaines de militants de vive la Gauche ne doivent l'ignorer, les positions des uns et des autres sont proches, très proches même. La seule différence réside dans la posture notamment au sein de l'union européenne et face à sa cheffe.
Atterré ensuite par l'attitude des EELV durant la construction du nouveau gouvernement...pauvre Placé qui effectue une recherche éponyme, en jouant l'idéologue.
Atterré par le discours de Valls devant les patrons parfois aussi entrepreneurs que moi (et encore...)
Cela dit ce Premier Ministre déborde d'affection car un peu plus tard il déclarait sa flamme aux socialistes, et souhaitait qu'on affectionne fortement FH qui en aurait bien besoin....sur quoi je suis bien d'accord.
Atterré par les déclarations post (ou ante) nomination du nouveau Ministre de l'économie, Macron, le bien nommé. Qu'est ce qu'il ne faut pas faire pour rassurer les marchés et la cheffe de l'Europe !
Atterré par les déclarations de ce bon Rebsamen, qui m'est sympathique pour plusieurs raisons, mais qui pour le moins me semblent peu à l'aise dans son rôle.
Atterré par les attaques sexistes et racistes de la droite contre cette toute jeune Ministre de l'Education..
Atterré par la légèreté du nouveau Secrétaire d'Etat au commerce extérieur envers ses obligations fiscales, ce qui n'augurait rien de bon pour celles liées à ses nouvelles fonctions...
Atterré par les demandes renouvelées et incessantes des uns et des autres pour une démission de FH...

Et puis il y a eu le bouquin....
Comment peut on croire cinq secondes que FH déteste les pauvres ? Comment détester les pauvres quand on est de gauche depuis toujours ? Par contre, il peut détester la pauvreté, ne pas aimer lutter contre cette endémie, sans obtenir les résultats escomptés. Tout ça est ridicule, bêtement écrit ou bêtement interprété.
Je suis atterré mais je soutiens toujours l'homme FH, j'approuve toujours globalement sa politique et celle de son gouvernement (avec quelques réserves, mais les choix restent douloureux) mais que le climat est lourd, on ne lui aura rien épargné...mais les résultats viendront avant mon atterrement (enterrement) complet..?

Un grand chagrin d'amour, mis à prix, vingt euros

On peut penser qu'avec la souffrance tout bon sens s'évanouit.
Dans le cas de l'ex presque première dame de France, la vengeance a pris le pas sur la souffrance.
Ce qu'on supposait de l'orchidoclaste se confirme. Elle aime l'argent et les premiers rôles. Elle n'aimait peut être que ça.
Pourtant, en réalité, la fin d'une d'histoire conduit à bien d'autres douleurs....


L'emploi pour les nuls

Non, Monsieur Macron, les emplois aidés ne dénaturent pas la politique de l'emploi. Elle est constituée de nombreux axes de développeme...