samedi 31 mai 2014

Zemmour a raison

Profitez, un titre comme ça n'a aucune chance de se retrouver sur ce blog comme presque partout ailleurs.
Il a déclaré dans une émission d'une chaîne d'infos que la victoire du FN aux européennes n'était pas significative. Il a appuyé ses propos par une métaphore footballistique,  le FN n'a gagné qu'un match amical, les victoires qui comptent vraiment sont encore loin...
Oui, très loin ...et n'arriveront jamais.
C'était important de préciser tout ça, car ici ou là, certains s'enflamment et pensent que le grand soir  du déclin absolu est pour demain.
Les fascistes ou les réacs seraient ils devenus de grands rêveurs comme des étudiants attardés, idéalistes des années 70, capital sympathie en moins ?

mercredi 28 mai 2014

Ne pas tirer sur l'ambulance


Depuis de nombreux mois l'UMP va mal. Il y a quelque temps, on pouvait s'interroger sur leurs capacités à respecter la démocratie. On sait aujourd'hui que le problème est encore plus grave, n'est pas conjoncturel, il est structurel. On ne peut plus s'étonner des résultats catastrophiques de leurs dix dernières années de pouvoir. Finalement, leur remarquable incompétence n'a d'égal que leur malhonnêteté maladroite.
Quand on pense que des milliers de pauvres militants ou sympathisants ont participé au sarkothon...dégoûtés, ceux là vont se tourner vers le FN bien plus dégoûtant.
Cependant, aujourd'hui cela devient dangereux d'enfoncer ses adversaires politiques. Ils sont dans une merde noire mais il faut éviter d'en rajouter. C'est eux et seulement eux qui peuvent représenter une alternative démocratique au pouvoir en place. Le danger est réel. Ils disparaissent et un pilier de la république disparaît avec eux.
Les dernières élections ont encore confirmées l'absence d'autre choix au bipartisme.
Le FN ne veut pas le pouvoir...qu'il se rassure, on ne lui donnera pas, il ne l'aura jamais...parce qu'il ne peut pas l'exercer. Les divers hypothèses économiques démontrent que dans le cas improbable ou
ce parti d'abrutis (pardon, cela m'a échappé) était en mesure d'appliquer son programme, la France et surtout les français seraient ruinés en six mois selon le scénario le plus optimiste.
Quant au Front de Gauche, il est vraiment peu de choses et EELV, guère mieux. Ce ne sont que des forces d'appoint.
Je le répète, il faut garantir la survie à l'UMP. Bien entendu, nous pourrons nous contenter de sa présence dans l'opposition encore une bonne petite douzaine d'années.
Mais pour cela, il faut qu'ils évacuent tous leurs boulets. Le nombre d'implication dans des affaires est phénoménal. En quinze jours seulement, on peut citer, Guéant, Guaino, Balkany, Copé, Sarkozy et tous leurs seconds couteaux. A cela, on peut y ajouter les mini scandales dans les mairies de droite ; un maire qui double son indemnité, un autre profite des largesses d'une entreprise du bâtiment, encore un qui s'attribue des indemnités de participation à la gestion d'une SEM, un autre qui confond sa carte bleue avec celle de la mairie, ou enfin une asso qui voyage et fait voyager à peu de frais...


Et pendant ce temps là, le gouvernement bosse, obtient des résultats, ici sur la fraude fiscale, là sur le déficit, ose des réformes, territoriale, sociétale, sur la famille....et tout de suite fait bénéficier les plus modestes des avancées obtenues.
Dans ce contexte électoral catastrophique FH ne peut être qu'encouragé à poursuivre sereinement et pleinement son action.
Certains à gauche ont interprété les résultats des municipales et des européennes en souhaitant une politique plus marquée à gauche. Ils se trompent, toute la gauche a perdu. Les électeurs souhaitent
simplement des résultats. Ils viendront.

dimanche 25 mai 2014

Avoir vingt ans sous Giscard



Nous sommes quelques six millions à pouvoir encore dire j'ai eu vingt ans sous Giscard. Nous sommes sûrement plusieurs millions a ressentir de la nostalgie pour cette période. Et puis il faut ne pas tarder à en parler car notre population, celle des vingt ans sous ce septennat, a diminué de près d'un demi million en vingt ans...c'est angoissant, non ?
Je ne souhaite pas plagier la jeune Camille Chamoux qui rencontre un beau succès et une belle critique de Telerama avec une pièce que je ne connais absolument pas mais dont le titre m'a inspiré quelques lignes sans prétention.
Cette période démarre (presque) avec un film qui rencontrât un succès énorme, Les Valseuses. Pour les cinéphiles (neverbeen?) cette œuvre n'est sûrement pas le film du septennat. Le machisme de Bertrand Blier n'est pas toujours du meilleur goût, Depardieu n'était pas ce gros con d'aujourd'hui, Dewaere, Miou Miou, Jeanne Moreau, Brigitte Fossey étaient magnifiques, mais ce long métrage est à mes yeux emblématique d'une époque où les programmes des salles de cinéma étaient chargés en X....

Il y a déjà cinq ans que Brel, Ferré et Brassens se sont rencontrés et moi je préfère écouter après ZZTop ou Ten Years After, Lavilliers, Higelin ou Béranger. Plus difficiles à écouter sur les antennes classiques mais ...d'autres préféraient Claude François, moi je le tolérais pour les clodettes.
Deux hommes, des génies dans leur catégorie exploseront dans ces années Coluche et Platini. Bon, il faut aimer les conneries et le football ou plus exactement l'humour caustique et les artistes du ballon rond.
 Il faudra attendre le septennat suivant pour assister à une explosion libertaire et culturelle.
Cependant, politiquement, on peut considérer que cette période est pré progressiste.
Les réformes sociétales fondamentales comme la loi relative à l'avortement ou importante comme celle de la majorité à 18 ans ont marqué l'époque giscardienne. Économiquement, ces années sont synonymes de chômage et d'inflation. Ça la foutait mal pour un président qui se targuait d'être un grand économiste, ancien meilleur Ministre des Finances de la cinquième....

A l'époque le tandem Giscard Barre étaient de droite pour tous ceux qui pensaient un tant soit peu à gauche. Cette décennie verra la fin des vraies manifs de gauchistes. Quand on était gauchiste, on avait rien de commun avec les de gauche d'aujourd'hui. Combien de lois social-démocrates sont nées sur le terreau des gaucho, Mao, Coco, anarcho....et plus encore de ces années là ?
Aujourd'hui, on qualifierait ce tandem de centristes de droite, et encore..
Et pendant ce temps là, les réacs n'étaient qu'une poignée à la droite des gaullistes. Le bon temps quoi.
Personne ne se doutait qu'un Président Ukrainien ne pourrait être élu quarante ans plus tard, personne ne pouvait imaginer que ce machin qui faisait rêver, encore, 40 ans après ne déplacerait guère plus de 40 % d'électeurs (encore optimiste à l'heure où j'écris). On n'ignorait presque tout des pays de l'est et on espérait tout autant de la Communauté Européenne. Je vous le disais, le bon temps, surtout quand on lit les premières estimations catastrophiques de 20h
Finalement la France a bien plus de 70 ans de retard par rapport à l'Allemagne. Les fascistes obtiennent les meilleurs résultats maintenant. Le temps sera long pour gommer la connerie qui hante le cerveau d'un quart des votants. 1974-2014, quel contraste...

mercredi 21 mai 2014

Y a pas qu'à New York


Abel Ferrara doit avoir du talent, il a realisé quelques films visibles qui ne m'ont pas laisse un grand souvenir mais ....admettons.
Je n'oserais pas jusqu'à analyser certains aspects du film soulevés    par les critiques des grands médias notamment sur le caractère antisémite des allégations du new yorkais. A mes yeux, c'est lui faire trop d'honneur. Ce film est une merde sans nom.
L'image est quelconque, le jeu des acteurs est plus que médiocre, les dialogues sont d'une rare nullité. Rien n'est crédible.
Tout cela est d'une qualité bien en deçà d'une très mauvaise série B des années 1980. Après vingt minutes d'un porno sans pornographie, la scène du 2806 est d'une pauvreté inimaginable. Ensuite, impossible de ne pas dormir.....
Mais pour quelles raisons Depardieu a accepté de jouer dans ce navet ? Il craint peut être que les scandales liés ses prises de position, son admiration pour Poutine soient oubliées. Ce grand acteur a deux grands ennemis,  l'alcool et une bêtise dotée d'une certaine jubilation perverse.
Surtout ne pas voir même cinq minutes.
AS a raison, c'est tout simplement à vomir.

samedi 17 mai 2014

Croître, croître et croître encore


Comme mon billet précédent n'a intéressé personne (peu de lecteurs, pas de commentaires même pas une insulte), j'y apporte quelques compléments.
D'abord, un point qui me paraissait évident car  bien repris par les chaînes d'infos, la croissance 2013 est meilleure que prévu ou moins mauvaise. On pensait 0,3, ce sera finalement 0,4%.
Il convient maintenant de replacer ce résultat sur une période longue et relativiser ....est ce un bon ou un mauvais résultat ? Aborder à nouveau en quelque sorte l'idée de la décroissance.
Afin de résoudre nos problèmes de contemporains nous sommes à l'affût du moindre facteur favorable de croissance. Il faut produire plus et mieux mais surtout plus. Une production en augmentation est susceptible d'améliorer la vie de tous et enrichir quelques uns. La solution au
chômage, la croissance, un meilleur salaire pour les fonctionnaires, la croissance...etc....
La recherche d'une croissance éternelle donne le tournis.
Thomas Piketty dans son livre "Le capital du XXI siècle" rappelle très bien le principe de la croissance cumulée. Les chiffres sont impressionnants.
Une croissance de 1% sur un an apparaît politiquement comme un résultat modeste. En 30 ans, cette croissance serait de 35%. La croissance de 2,5% qui semble idéale aujourd'hui d'un point de vue économique, serait de 210% en 30 ans. La société serait complètement bouleversée, au bénéfice de qui ? Le progrès économique serait il accompagné de réelles avancées sociales ? L'environnement serait dans quel état ?
Joseph Siglitz propose d'autres indicateurs pour mesurer la bonne santé d'une économie, d'une société, le bien être. La croissance (économique ou démographique) n'est donc pas la solution, mais sûrement le problème....


jeudi 15 mai 2014

L'éloge de la décroissance


Selon l'Insee la croissance est absente pour ce premier trimestre 2014. Le PIB ne progresse pas et ne recule pas non plus. Ce n'est pas une bonne nouvelle que je comptais relativiser par quelques modestes réflexions politico-philosophiques.
J'avais un titre, je pensais broder quelque peu autour de ce thème. Même si la question se pose rarement au plus haut niveau, elle reste présente. Cette décroissance souvent mise en avant par les écolos est indiscutablement le risque majeur d'une économie de marché. C'est aussi la remise en cause des sociétés productivistes, d'un capitalisme non maitrisé, d'une agriculture intensive....a l'opposé, des nouveaux concepts sont apparus, le développement durable, les énergies renouvelables, l'agriculture biologique, l'économie sociale et solidaire...
Mais au bout du bout, le risque est le même l'épuisement des ressources naturelles, l'épuisement de la Terre. Dans un cas, on y va vite, dans un autre on recule l'échéance en gagnant n millions d'années. La seule solution pour assurer la pérennité de l'espèce ou du moins de son environnement pour les quelques milliards d'années d'espérance de vie de la planète, est la décroissance ( et encore sans faire trop d'enfants)
Le titre, le graphique et mes propos introductifs n'ont que peu de rapports, mais ça va venir.
L'objet principal de ces quelques lignes serait plutôt de souligner d'autres points communiqués par l'Insee mais beaucoup moins repris que le buzz du zéro de croissance.
Le premier point est le déficit de 2013. Au mois de mars, tous les médias avaient repris une info encore à confirmer :"l'aggravation du déficit public"
Il était à 4,9 % en 2012, il passait à 4,3 en 2013, alors que l'objectif était 4,1. C'était donc interprété comme un échec voire une aggravation...
En fait, les données définitives (qui peuvent être encore corrigées) indiquent un déficit à 4,2%.
Dans le même ordre d'idée, cette note indique que le montant de la dette publique est révisée à la baisse. Rien d'exceptionnel mais c'est mieux dans ce sens.
Pour clore ce modeste éclairage, je rappelle que l'Insee confirme que les administrations réduisent leurs dépenses. Une exception, les finances publiques locales se dégradent. La réforme territoriale apparaît cohérente voire évidente.
Enfin je souligne juste que le graphique proposé met en valeur une nouvelle fois les années Jospin. On a bien perdu dix ans avec la droite...2002...la cata.

mercredi 14 mai 2014

Sans résidu

Puisque le débat tombe très bas, je m'interroge, pourquoi ne pas parler du régime sans résidu ?
Mon billet précédent est très con mais je peux faire encore mieux. La preuve.
Le régime sans résidu, trois jours ou trois semaines. Trois jours en préventif, trois semaines en curatif.
Rien à voir avec une cure d'amaigrissement mais ce n'est pas plus gai.
On ne maigrit pas, on ne grossit pas. Pourtant on mange très mal. Enfin si, on maigrit car après une semaine, la nourriture n'intéresse plus...on mange moins, on ne mange même presque plus...
Des pâtes ou du riz, ou du riz ou des pâtes et pour varier de la semoule. Le reste doit être grillé ou cuit au court bouillon. C'est simple, il n'y a pas moins sexy.
Et puis, c'est un régime sec. Enfin, on boit beaucoup d'eau, thé, café, mais pas d'alcool, pas de vin, rien.
Tourt ça pour quel résultat ? un régime sans résidu, c'est comme un budget sans déficit, un pays sans chômeur, une section FN sans raciste, une journée sans voiture,..... ce n'est qu'un objectif....



Sans chemise, sans pantalon



Je ne comprends pas, depuis ce matin on ne cesse de parler ou d'écrire sur Juppé.
Qu'a t'il fait de si grave ?
C'est vrai, il s'est franchement mis en colère lors de la cérémonie de la commémoration de l'abolition de l'esclavage à Bordeaux. Il n'a pas souhaité laisser s'exprimer une sympathique députée PS. Député certes, mais PS et femme de surcroît. Ce n'était pas prévu. Le préfet n'a pas su intervenir (il est vrai que ce n'est pas le plus brillant que la région est connu...peut être devrait il faire un tour ailleurs). Et puis, ce n'est qu'une modeste représentante du peuple.
A l'échelon national, tout le monde ignore cet incident.
Alors quoi ?
C'est vrai qu'il demande l'exclusion de Guaino de l'UMP.
Sur cette question, on ne peut pas lui en vouloir. Les positions de ce député ex gaulliste mais toujours souverainiste sur l'Europe et dans bien d'autres domaines sont crispantes et passéistes. Qu'il retourne à l'écriture dans l'ombre d'un autre Sarkozy, c'est là où il est le meilleur.
Mais pourquoi Juppe ?

Certainement  encore un fantasme des réactionnaires en mal de souffrance intellectuelle, probablement traumatisés par l'Eurovision et le mariage pour tous. Faire un buzz, sur une connerie pareil !
A ce jeu, sur un malentendu, Juppé pourrait être élu Président, ce qui serait un très mauvais signe pour l'âge légal de départ en retraite.....

samedi 10 mai 2014

Un 10 mai....en images

Après la journée de l'Europe

Le 10 mai est le jour (si controversé) de la commémoration de l'abolition de l'esclavage. Cette journée aurait dû symboliser l'amitié entre les peuples mais d'abord le respect et l'estime entre les commémorants 


Ce ne fut pas vraiment le cas comme le montre la photo d'un Juppé hors de lui comme à la meilleure époque du "droit dans ses bottes".
Par ailleurs, je me demande l'utilité d'exercice de style de certains hommes du passé ( et du passif) qui tentent par des acrobaties intellectuelles, minimiser l'esclavage et ridiculiser ces cérémonies.

Cette journée est particulièrement riche en commémoration ou en anniversaire. Celui des cents ans de l'assassinat de Jaurès n'est pas des moindres. Ce grand tribun, défenseur du socialisme du possible


Assassiné par Villain, nationaliste d'extrême droite.....ça ne s'invente pas.

Et puis, il y a 33 ans, la gauche retrouvait un pouvoir dont elle était écartée depuis trops longtemps,
 grace au talent d'un homme...


Mais au fait, que peuvent bien fêter, les déclinistes nationalistes d'aujourd'hui ?



La mode réac


Comment en est on arrivé là ?
Au siècle dernier, les réacs se cachaient pour exprimer leurs idées passéistes. Ça se passait lors d'un déjeuner de famille, dans un milieu de beaufs , au sein d'un groupe de vieux. Il est vrai qu'on associe souvent vieux à réac . C'est un vieux réac.
Attention, ils sont très très loin d'être des imbéciles. Souvent cultives, il sont nostalgiques d'un passe révolu. Ils regrettent leur vingt ans voire même les vingt ans de leur parents.  Tout ce qui est suranné leur convenait mieux.
La plupart du temps, leurs sentiments ne s'expriment qu'avec une ironie nostalgique parfois passionnée, souvent pleine d'humour.
Ces caractéristiques deviennent beaucoup moins séduisantes lorsqu'ils abordent leur domaine de prédilection, la politique.
A mes yeux, cela devient difficile de les regrouper sous une même dénomination, réac. Politiquement,
 le réac irait du centre droit à l'extrême droite, de Giscard à Le Pen. Et là, tout devient bien moins comique, leur nostalgie est bien moins touchante....
Mais qu'est ce vraiment un réac ?
Wiki dit que c'est un apocope de réactionnaire, qui est attaché aux valeurs traditionnelles que certains considèrent comme dépassées. Alors certains, ce sont les pros (apocope de progressistes). Les pros n'ont pas toujours raison mais les réacs rarement.
Par exemple, un réac comme Giscard est attaché à la valeur travail et ne veut plus que le 8 mai soit chômé (il l'est d'ailleurs de moins en moins), tradition probablement obsolète. Le Pen veut ce que vous voulez à partir du moment où cela rapporte électoralement. C'est à la fois partisan des conservatismes de gauche et idées rétrogrades de droite, enfin un peu tout à partir du moment où c'est populaire et primaire donc populiste. Quelques exemples: contre les impôts, l'euro, l'Europe.
Le problème est qu'on les voit partout, dans tous les médias...ils sont à la mode. Leur influence gagne du terrain en partie  grace à cette crise économique.
Ce terme générique de réac regroupe des fascistes en devenir qui prendront le pouvoir qu'on voudra bien leur donner et des vieux nostalgiques romantiques à leur manière....
Et puis, il y a pire que les vieux réacs : les très vieux réacs qui n'ont pas encore digéré la victoire de Miterrand, un soir du 10 mai...il y a 33 ans....une joie populaire qui n'est pas prête d'être égalée...finalement on est tous le réac de quelqu'un ....

A lire  http://www.gogocamino.com/2014/05/le-coming-out-du-reactionnaire.html

mardi 6 mai 2014

Deux ans et toujours pas digérée


La fête de 2012 n'a toujours pas été digérée par une grande partie de la droite française.
FH est toujours illégitime, pas crédible, n'a pas réussi à endosser le costume présidentiel. Il ne s'est pas presidentialisé.
Ils cherchent en FH un chef, un leader qu'ils aimeraient voir s'évertuer à faire semblant de maîtriser les crises et résoudre les problématiques les plus complexes. Dans les faits ils aiment les grands acteurs, plutôt bons tribuns, capables de mentir sans l'ombre d'un regret. Ils n'apprécient que les politiques dotés d'un ego démesuré sans réelles compétences mais capables de les embarquer dans un discours lyrique qui les fait rêver ou  qui les rassure. Leurs impôts baisseront, leur épargne bien protégée. Les idées nouvelles, les réformes qui bousculent les autres, les privilégiés de la fonction publique, les fainéants des bureaux sans avenir, les ouvriers qui ne pensent qu'à leur RTT et leurs allocs, ils sont pour. Favorables au recul de l'âge de la retraite, ils y sont depuis leur soixante ans. La baisse des indemnités chômage, ils sont pour. Certains sont peut être un peu paresseux, ça va les booster de manquer....
J'arrête là la caricature car depuis deux ans ils souffrent. Le président est un incapable de gauche. En plus, il a l'air bêtement gentil. Heureusement il échoue et tout le monde le déteste.
Quand même, Il a le culot de reculer les élections !

Les uns après les autres les signaux se verdissent, les indicateurs s'améliorent, et sa volonté de réforme s'accentue.
La réorganisation territoriale va s'accélérer, les services déconcentrés de l'Etat vont devoir s'adapter. Au final, l'ensemble des réformes économiques et administratives sur un quinquennat vont être d'une ampleur inégalée depuis 30 ans.....et le chômage baissera ....et l'indigestion se poursuivra pour un nouveau mandat....
Bon, j'ai donné de la matière à un de mes anonymes qui me fait l'honneur de me lire. " l'humaniste à la petite semaine, suppôt hypocrite du FN" exagère ?

dimanche 4 mai 2014

Est ce un pari sot ?


Selon cet adage bien connu le Medef mène à tout il suffit d'en sortir, Laurence Parisot est bien tentée par la politique.
Son passage (long passage) aux plus hautes responsabilités au mouvement des entreprises a été particulièrement prolifique pour son éducation politique. Elle qui se croyait depuis toujours à droite, s'est découvert une âme de centriste. Non, non pas de centre droit, du centre complément central.
Valls lui plait bien, c'est manifeste mais elle s'est recentrée aux contacts des syndicalistes (ceux d'en face). Leurs forces de conviction lui ont permis de mieux appréhender les contraintes de la vie de salariés.
Je manie mal,l'ironie car il faut lui reconnaître une chose : sa forte opposition à une baisse du smic.  C'est bien non ?  Mais n'aimerait elle pas son successeur ? Un deuxième bon point, elle déteste le FN.
Finalement, on pourrait exprimer un regret, sans ces fameux statuts, elle serait réélue  et à savoir, avec un mandat ou deux de plus elle serait devenue socialiste...mais pas de l'ombre ....faire de la politique oui mais en pleine lumière.
Après ça, comme disent certains, la vie politique est en pleine recomposition. Quand on pense qu'après le recentrage de Parisot, Benoit Apparu est encore torturé par le remords suite à son vote défavorable au Pacte de responsabilité.
Les réacs ont raison, tout fout le camp, c'est angoissant.

vendredi 2 mai 2014

Une œuvre funeste



Récemment un personnage public bien connu qualifiait un processus en devenir d'œuvre funeste.
De quoi parlait il ?

Ce machin a permis la réconciliation de peuples qui se sont faits la guerre pendant des siècles.
Il a assuré la paix depuis 70 ans et probablement pour toujours.
Ce machin est envié par de nombreuses nations proches ou plus ou moins éloignés.
Il attire toujours plus et est jalousé par des machins bis sans ambition humaniste.
Encore en 2014 des hommes se sont battus pour en faire partie.
Ce machin a construit une organisation presque une institution inimaginable il y a 50 ans, offrant aux jeunes étudiants la possibilité d'étudier dans les capitales universitaires européennes.
Il constitue l'organisation la plus puissante au monde d'un point de vue économique mais pas seulement.
Il a créé une nouvelle monnaie facilitant les déplacements et les échanges tout en faisant d'énormes économies.
Dès  sa création cette monnaie devenait la deuxième au monde.
Ce machin est le seul territoire au monde qui tente de respecter et d'améliorer l'environnement.
............
Ce machin a bien des défauts mais son objectif principal, la prospérité pour tous les peuples d'une trentaine de nations demain , ou un peu plus, unies, doit s'affirmer encore un peu plus.

Et tout ça serait une œuvre funeste ? J'en vomirais.

jeudi 1 mai 2014

L'exemplarité


Après les élections municipales brillamment remportées par la droite et l'extrême droite, nous étions tous en droit d'attendre des décisions emblématiques de la part des nouvelles municipalités.
Le gouvernement accusé de tous les maux se démène pour tenter de résoudre les problèmes économiques dans lesquels le pays est ancré depuis une douzaine d'années. Les mesures qui seront mises en place sont particulièrement courageuses, douloureuses pour quelques uns, malheureusement probablement indispensables et espérons suffisantes. Le courage en politique ne paie pas car FH est incroyablement impopulaire pour l'instant. Il n'y a pas d'alternative crédible et toute autre politique aggraverait soit les difficultés des français, soit le chômage, soit les comptes publics et dans la plupart des cas les trois a la fois. FH pourrait payer lourdement ce plan d'économie. La courte mémoire des français peut néanmoins laisser beaucoup d'espoir.
Bref, dans ce climat pour le moins difficile économiquement et financièrement tant d'un point de vue national qu'individuel, on était en droit d'attendre des mesures d'économie et de soutien des populations en difficultés de la part des nouveaux élus locaux.
Évidemment, les décisions prises par les mairies FN sont loin de tout ça. Les plus remarquables sont
l'augmentation des indemnités d'élus. Cette décision a été prise dans deux municipalités FN, jusqu'à présent.
Je rassure les fascistes, cela a été fait aussi dans des mairies de droite.
Le nouveau maire de Pessac a par exemple pris la décision de doubler le régime indemnitaire alloué au maire et à ses adjoints. Les pessacais sont de cette manière rapidement informés du nouveau ton de la politique municipale.
Il est probable que ce type de scandale va se multiplier.
Récemment la Presse se faisait l'écho des problèmes de l'ancien maire UMP de Bruges qui avait bénéficié de largesses d'entreprises du BTP. Cela se concrétisait par des voyages offerts.
Et bien, que peut on découvrir au détour d'une ligne ? Le maire sortant de VO réélu est cité dans cette affaire. Oh, pas au titre d'une augmentation de son indemnité, c'était déjà fait avant l'élection, mais parce qu'il a bénéficié d'un voyage gratuit.
Finalement, c'est un homme qui aime les voyages. Après avoir (probablement) bénéficié des offres de "sport pour tous", il enchaîné avec le BTP. Qu'en pensent les Villenavais qui ignoraient tout ça lors du premier tour ? Mais pourquoi ne serait il pas vraiment inquièté ? Il est peut être temps de lui demander des comptes, non ?
Si son amour des voyages pouvait l'éloigner définitivement de VO, ce serait parfait...mais qu'il n'oublie pas son fils...