lundi 3 mars 2014

La bien-pensance

Tout le monde comprend qu'en fait la bien-pensance ne conduit à rien d'autre qu'à des mauvaises pensées. Il s'agit d'avis normés, conformistes, sans relief....en somme des opinions qui n'en sont pas. Les bien-pensants ne répètent que des informations ou des analyses qu'ils ont bien pu comprendre sans réflexion, sans ajout ou jugement critique ou apport personnel.
Ils seraient donc des moralistes sans intérêt.
Qui utilise le plus souvent ce terme qu'il positive pour mieux le critiquer ?
Aujourd'hui on pourrait penser que ce sont les réacs mais il y a quelques années c'était la gauche en parlant de la droite molle. Ces bien-pensants changent donc en fonction des époques ou des sujets.
A vrai dire, les socialistes modérés et même un peu plus les centristes sont le plus souvent mis dans cette catégorie.
Les réacs, eux, ne le sont pas. Ils n'échappent pas à la critique mais sont très à la mode en ce moment, ce qui est un comble quand on est réac.  Ils seraient même le contraire de la bien-pensance.
Prenons quelques sujets au hasard afin de tenter de définir les opinions d'un bien-pensant et en contraste de celle d'un bon réac.
Sur le plan international :
Un réac est contre l'union européenne, contre l'euro, contre tout élargissement. Le bien pensant, c'est l'inverse.
Un bien pensant aime bien Obama, Israël mais aussi les Palestiniens(il est donc parfois bien torturé)..le réac n'aime pas Obama et les conflits du moyen orient l'agacent parfois mais le plus souvent ne l'atteignent pas.
Le réac aime bien Poutine et souhaite que l'Ukraine soit annexée dans sa totalité même s'il peut de temps en temps regretter que certains manifestants n'aient pas pris plus radicalement le pouvoir. Le bien pensant déteste les agissements antidémocratiques de Poutine et est inquiet pour les Ukrainiens
Sur le plan politique intérieure :
Le réac ne supporte pas le mariage pour tous alors que le bien pensant accepte les évolutions des mœurs et plus généralement les changements societaux.
Tous les deux n'aiment pas plus les impôts que la dette. Leur différence ? Le niveau d'impôts qu'ils ressentent comme intolérable.
Le racisme ? Qui est raciste ? qui ne l'est pas ? Aucun des deux, j'ose le penser. Par contre, le réac ne sera jamais antiraciste.
Autres questions :
Le nucléaire ? Le bien pensant est contre mais ne sait pas comment s'en passer. Le réac est pour mais préfère la centrale loin de chez lui.
Le changement climatique ? Le réac n'y croit pas ou s'en fout (après lui le déluge). Le bien pensant le constate avec effroi mais ne change rien à ses habitudes......
......
Évidemment, ces questions sont traitées de manière schématiques et caricaturales. Mon bien pensant ou mon réac type n'existe pas. Au final, avec un peu plus de temps, on pourrait se rendre compte qu'on est toujours le réac de l'un et le bien-pensant de l'autre.
L'utilisation de termes ou d'appellation génériques est toujours réducteur et dévalorisant. (Bien pensance ?)



4 commentaires:

  1. Surtout pas les opposer mais les confronter de manière approximative, oui.
    En fait, la bien pensance soulève à question du politiquement correcte voire même de la liberté d'expression....au fond, le respect ou l'estime va bien au delà des idées que l'on porte, tendance bien pensante ou tendance réac.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non. La bien pensance souligne le fait qu'à gauche on en est. Or tout le monde est le bien pensant de quelqu'un. Et cette forme de bien pensance interdit à un camp d'être en désaccord avec qui que ce soit du même camp.

      Supprimer
    2. Tu dis non, mais oui tu as raison, c'est bien que que je pense " interdit d'être en désaccord avec qui que ce soit du même camp"
      Bon, j'espère qu'on fait en sorte de ne pas être trop bien-pensant, pour se contredire sans se contrarier

      Supprimer

L'emploi pour les nuls

Non, Monsieur Macron, les emplois aidés ne dénaturent pas la politique de l'emploi. Elle est constituée de nombreux axes de développeme...